L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Rentabiliser son jardin, c'est possible

Par
,
le
Rentabiliser son jardin, c'est possible
Rentabiliser son jardin, c'est possible © ThinkstockPhotos
A l'heure où les espaces verts se raréfient, les jardins privés sont plus que jamais de véritables atouts, des atouts dont les heureux propriétaires peuvent désormais tirer des revenus. En le louant à d'autres particuliers pour quelques heures par exemple, en y accueillir des campeurs, en le prêtant à des jardinier ou encore en y installant un studio meublé. Petit tour d'horizon des solutions qui existent pour rentabiliser son jardin.
Après les maisons, les appartements, les voitures, les outils, voilà que les jardins viennent se rajouter à la longue liste des biens que les particuliers ont et qu'ils peuvent rentabiliser facilement, lorsqu'ils ne s'en servent pas, grâce à Internet et aux services collaboratifs. La location de jardins entre particuliers, l'accueil de campeurs sur son terrain, l'installation d'un studio meublé dans son jardin... Autant de solutions qui permettent de monétiser son jardin et ainsi d'arriver à en tirer une source de revenus complémentaires.
Plus simplement, les propriétaires peuvent aussi décider de le prêter à des jardiniers qui vont s'occuper de l'entretenir, de l'exploiter, une autre manière de valoriser son espace extérieur mais tout aussi intéressante pour les propriétaires puisque le jardin est entretenu gratuitement.
Présentation de ces nouveaux services collaboratifs ci-dessous...

La location de jardins entre particuliers

Louer son jardin, l'idée peut paraître saugrenue mais elle est tout ce qu'il a de plus sérieuse. Comme on loue des maisons ou des appartements entre particuliers, plusieurs sites Internet - Oh-mygarden.com, jardins-prives.com, louerdehors.com - ont développé le même concept participatif pour les jardins, terrasses ou balcons.
Le principe est simple : offrir la possibilité aux propriétaires de mettre en location leur espace extérieur lorsqu'ils ne s'en servent pas. A la clé : des revenus complémentaires mais aussi des moments d'échanges et de partages. "L'offre s'adresse principalement aux citadins en manque de verdure et d'air frais", explique Sabine Dissaux, fondatrice du site louerdehors.com . "Cela peut être l'occasion pour eux d'organiser un goûter d'anniversaire, un repas entre amis dans un autre cadre que celui de la ville. Et lorsque le terrain comporte une piscine, on peut même en profiter pour apprendre calmement à nager aux enfants", détaille-t-elle.
Sur le même modèle qu'Airbnb, les "hôtes" déposent une annonce avec photos détaillant les caractéristiques de leur jardin ou de leur terrasse et les équipements dont peuvent bénéficier les "guests" : barbecue, transats, parasol... Ils fixent ensuite eux-mêmes un tarif. "Plus l'espace est équipé et bien entretenu et plus il est louable cher", commente Sabine Dissaux. Elle ajoute : "les revenus potentiels dépendent de plusieurs paramètres tels que la capacité d'accueil, la disponibilité, la localisation géographique, l'accessibilité... Sur cette base, on estime qu'un jardin nu sans équipement, peut rapporter jusqu'à 6.000€ par an à ses propriétaires et jusqu'à 15.000€ à ceux disposant d'une piscine".
Seule obligation qui incombe aux hôtes : laisser un accès libre à des W.C. Par ailleurs, l'espace doit être propre, facilement accessible et sécurisé. Même chose pour la piscine. Pour rassurer les propriétaires, la plupart des plateformes réclament au moment de la réservation des dépôts de garantie qui protègent des éventuelles dégradations causées par les tiers.

L'accueil de campeurs sur son terrain

Rentabiliser son jardin, c'est possible
Rentabiliser son jardin, c'est possible © ThinkstockPhotos
 
Autre solution pour rentabiliser pleinement son jardin : y accueillir des campeurs le temps d'une ou plusieurs nuits. "Il suffit juste que l'on puisse y planter une tente et qu'il dispose d'un accès à l'eau, à l'électricité et à des sanitaires mais, même s'il ne dispose pas de tout ça, cela n'est pas rédhibitoire. L'on peut très bien installer des équipements provisoires, des toilettes sèches par exemple ou des douches solaires, pour apporter le minimum de confort", rassure Joseph Léopold, co-fondateur de la plate-forme Gamping.com. "Inutile d'enjoliver l'annonce, mieux vaut jouer la carte de la transparence. Si le terrain a des défauts, autant ne pas les cacher car cela risquerait de créer de la déception chez les campeurs", conseille-t-il.
Il ajoute : "les jardins en bordure de Littoral rencontrent beaucoup de succès mais attention, si la situation géographique est importante, elle ne fait pas tout". "On peut très bien attirer beaucoup de monde en étant en rase campagne", insiste-t-il. L'accueil des propriétaires, les équipements fournis, l'environnement de la parcelle, les services additionnels proposés... Autant d'éléments qui peuvent faire grimper en flèche la cote de popularité du terrain. Pour augmenter le tarif de la nuitée, les propriétaires peuvent en effet proposer aux campeurs une formule petit-déjeuner inclus voire des ateliers.
A l'arrivée pour les propriétaires : quelques milliers d'euros de revenus complémentaires par an. Pour rester dans la légalité de la location saisonnière, les propriétaires sont limités à un maximum de 20 personnes sur 6 emplacements et ne peuvent pas louer plus de 90 jours d'affilée.

Le prêt de son jardin à des jardiniers

Rentabiliser son jardin, c'est possible
Rentabiliser son jardin, c'est possible © ThinkstockPhotos
 
Autre pratique permettant non pas de rentabiliser son jardin mais tout simplement de le valoriser : le prêter à des jardiniers. Le principe ? Vous prêtez une partie plus ou moins grande de votre jardin à un jardinier afin qu'il exerce ses talents il et, en échange, il vous fait profiter d'une partie de sa récolte. Mais vous pouvez aussi décider de lui prêter une parcelle de terre contre l'entretien du jardin. C'est à vous de fixer les règles dans l'annonce que vous mettrez en ligne.
Là encore, tous les terrains sont acceptés, comme le précise le site Pretersonjardin.com : "il n'est pas nécessaire de posséder un terrain immense. Que ce soit en ville ou à la campagne, quelques mètres carrés suffisent pour planter des tomates". Lancé en mars 2010, le site diffuse de nombreuses annonces concernant des jardins implantés dans toute la France.

L'installation d'un studio meublé dans son jardin

Un studio de jardin modulable
Un studio de jardin modulable © Antonio Duarte
 
Parce qu'un jardin reste avant tout de la surface à exploiter, certains constructeurs (Greenkub, Wood Design, Acroterre, Copacabanon, etc.) se sont spécialisés dans la fabrication de petits modules d'habitation - également appelés "appartements de jardin" - pouvant être installés au fond de son jardin. Grâce à ces structures modulaires qui s'implantent sans permis de construire, qui sont isolées et qui sont raccordées à l'eau, à l'électricité et au réseau d'évacuation, les particuliers peuvent accroître leur surface habitable en un temps record et ainsi réaliser de la location saisonnière. "Nous avons inventé un habitat innovant comme une extension indépendante de la maison dans lequel les options sont multiples", indique Alexandre Gioffredy, PDG de l'entreprise Greenkub. Ainsi, chaque futur résident choisit les éléments qu'il souhaite intégrer : douche, cuisine, équipement électroménager, meuble de rangement, climatisation, toiture végétalisée... Encore faut-il vouloir et pouvoir investir : de l'ordre d'environ 40.000 euros pour un studio de 20 m2. Un investissement qui sera rentabilisé avec la mise en location du module. Selon l'entreprise Greenkub, la rentabilité locative se situe entre 10 et 15 %, un chiffre supérieur à un investissement immobilier classique. "Déjà propriétaire de son terrain, le particulier optimise son espace foncier en toute simplicité" argumente la société.
Découvrez ici comment un couple de propriétaires a enrichi son jardin d'un studio de 20 m2...
Rentabiliser son jardin, c'est possible
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic