L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Quatre terrasses posées sur un jardin en pente

Par Leslie Cottenceau-Mathurin
,
le 19 Février 2010
Quatre terrasses posées sur un jardin en pente
1/18
terrasse
terrasse © Bruno Cateland

Construire quatre terrasses sur un terrain en pente. Un défi relevé par l'architecte Bruno Cateland. Découvrez ce projet en images.

Lorsqu'ils ont acquis leur maison, il y a près de dix ans, Maud et Christophe ont été séduits par le point de vue magnifique qu'offrait leur habitation sur le village de Courzieu (Rhône), situé à quelques centaines de mètres, en contrebas. Un panorama rendu possible par le fort dénivelé du terrain. Seul problème : les commerces, tous proches du bas du jardin, étaient difficilement accessibles du fait de la pente de 60% du terrain. Pour y remédier, le jeune couple a demandé à l'architecte Bruno Cateland de relever un défi de taille : réaliser un escalier entrecoupé de terrasses sur toute la longueur de ce jardin escarpé.

Une intervention minimaliste

De prime abord, le chantier s'annonçait difficile : "Devant la tâche, beaucoup d'artisans se sont d'ailleurs découragés, reconnaît Bruno Cateland. D'autant que les propriétaires avaient une exigence particulière : conserver l'ensemble du jardin dans son état d'origine, comme si les terrasses avaient simplement été 'posées' sur le terrain".

Pour répondre à la volonté du jeune couple, l'architecte a opté pour un système très léger : "Les fondations des terrasses et des murs de soutènement sont superficielles. Elles descendent à seulement 1,50 mètre, précise-t-il. Elles ont été réalisées au fur et à mesure, vers le bas, et les coffrages déplacés à chaque fois". Un système qui a également permis de limiter le coût des travaux à 45.000 euros hors taxe. En outre, tous les talus déplacés pour les besoins du chantier ont été reconfigurés et la majorité de la végétation protégée. Au final, seul un arbre a dû être coupé.

Des matériaux à l'état brut

Les quatre terrasses - de 102 mètres carrés pour la plus haute, 32 mètres carrés pour la terrasse basse et de quatre et six mètres carrés pour les deux paliers intermédiaires - s'intègrent parfaitement au milieu naturel : "Des roseaux coupés puis agrafés se dressent tout autour des plateformes pour servir de pare-vue. La charpente est en Douglass raboté tandis que du pin autoclave recouvre les sols".

Dans le prolongement des terrasses, les escaliers sont bien souvent constitués de matériaux naturels. Dans le bas du jardin, la descente est d'ailleurs assurée par de simples emmarchements de bois dans la terre, enfoncés grâce à un fer à béton. Le second escalier, quant à lui, comme les murs de soutènement, est en béton brut : "C'est une démarche volontaire, justifie l'architecte. Ce matériau est magnifique : en s'approchant, le visiteur peut même apercevoir en relief les fibres de bois gravées dans le béton". Un contraste béton-bois, comme un écho à la maison dont le rez-de-chaussée est en dur et le premier étage, en ossature bois.

Fiche technique :

Superficie : 850 m²

Largeur : 22 mètres
Durée des travaux : 3 mois
Coût : 45.000 euros hors taxe
Prix : Meilleur réalisation catégorie terrasse / piscine, Lauriers de la construction bois 2008

Quatre terrasses posées sur un jardin en pente
à lire aussi
Le jardin est trop souvent négligé lors de la rénovation d'une maison. Pourtant, quelques modifications peuvent redonner un nouvel éclat à une bâtisse qui a subi les effets du temps. Découvrez dix exemples concrets d'aménagements extérieurs ...
Nous vous recommandons

A l’heure de la transition énergétique et du développement durable, vous êtes de plus en plus nombreux à prendre conscience que vos choix actuels façonnent l’avenir des générations futures. Maison à Part à sélectionné pour vous 15 solutions porteuses d’innovation dans les domaines de la fiabilité, de l’esthétisme et de l’efficacité énergétique.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic