L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Initiation à l'architecture bretonne

Par
,
le
Maison bretonne
Maison bretonne © Halfton - Fotolia

Loin des clichés habituels, la maison bretonne adopte des styles très différents selon sa situation géographique. De la longère à la malouinière, en passant par la maison de pêcheur, Marie Le Goazion, auteur du livre l'âme des maisons bretonnes, dresse le portrait de ces maisons typiques.

Maison à part : Qu'est-ce-qu'une maison bretonne ?

Marie Le Goaziou : La maison bretonne ne se contente pas d'être blanche avec des volets bleus. Au contraire, il existe énormément de styles et de silhouettes différentes. On trouve des longères, qui sont de petites maisons rurales de plain-pied. Sur le littoral, ce sont plutôt des maisons de pêcheurs. Mais il y a aussi les maisons à avancée, caractérisées par leur pignon "avancé" que l'on trouve beaucoup dans les environs de Morlaix. Plus prestigieuses, les malouinières sont assez caractéristiques de la région de Saint-Malo.

MAP : Ces maisons possèdent-elles des caractéristiques communes ?

M LG : Toutes ces habitations sont très différentes mais possèdent deux points commun : leurs murs sont en granit et leurs toits, en ardoise. Il reste encore quelques toits de chaume, mais beaucoup ont disparu car les réglementations successives les ont progressivement interdits à cause des risques d'incendie. Pour le reste, elles sont en général orientées plein sud et disposent souvent d'un pignon à l'ouest pour se protéger du vent. Elles possèdent aussi des volets intérieurs car cela évite d'ouvrir les fenêtres les jours de tempête. Certaines sont dotées de doubles fenêtres, ce qui permet une meilleure isolation.

MAP : Plus précisément, quelles sont les spécificités de chaque style de maison bretonne ?


Marie Le Goazian - Avis d'expert maisons bretonnes © DR

 

M LG : La longère prend la forme d'une maison de plain-pied, dotée d'un toit à deux pentes, parfois coiffée de chaume et dont les fenêtres sont disposées à la limite du toit. On accède à ce dernier grâce à un escalier extérieur. A l'intérieur, les pièces sont en enfilade. Le penti quant à lui, est une maison de pêcheur que l'on trouve surtout en pays bigouden. Il s'agit de petites maisons rassemblées dans de petits villages de pêcheurs. Doté lui aussi d'un toit à deux pentes agrémenté de lucarnes, le penti se compose de deux pièces en bas et d'une autre sous le toit. Dans le Finistère et la côte d'Armor, il existe par ailleurs ce que l'on appelle des "maisons à avancée". Comme leur nom l'indique, elles possèdent une avancée latérale sur laquelle descend le toit. C'est un style qui a beaucoup été repris par les promoteurs dans les années 60. Enfin, il existe également des malouinières, qui sont des sortes de manoirs datant du 17ème et 18ème siècle. A l'époque, les armateurs se sont construit leurs maisons de plaisance à la campagne, dans les environs de Saint-Malo. Ces habitations sont assez luxueuses, en hauteur avec de hautes cheminées et un toit à quatre pentes en ardoises. Plus modestes mais dans le même esprit, on trouve aussi les maisons de capitaine. Elles sont quant à elles dotées de caves dans lesquelles les propriétaires pouvaient y entreposer leur butins.

MAP : Comment insuffler "l'esprit Breton" dans sa maison ?

M LG : Il faut savoir que les boiseries dans les maisons bretonnes, sont souvent peintes, ce qui les rend chaleureuses. Les volets, toujours très colorés, ne sont pas forcément bleus ! Au départ, les bretons peignaient leurs volets avec les restes de peinture qu'ils utilisaient pour leurs bateaux, ce qui donnait lieu à toutes sortes de couleurs.

Concernant le mobilier, il faut penser aux grandes armoires, type presse-à-lin, et aux vaisseliers. Côté jardin, les plantes de prédilection restent les hortensias et les agapanthes, notamment l'été. Arrosés naturellement, les jardins bretons sont exubérants et souvent très cosmopolites.


L'âme des maisosn bretonnes - avis d'expert © Editions Ouest-France

 

L'âme des maisons bretonnes

120 pages
Texte : Marie Le Goaziou
Photographies : Bernard Galéron
Illustrations : Lise Herzog
Editions Ouest-France
Prix public indicatif : 18 €

Initiation à l'architecture bretonne
Partagez - commentez
à lire aussi
Rénovation de ruines : Deux abris de berger transformés en un gîte provençal
Au coeur de la Provence, des abris de bergers en ruines ont été reconstruits depuis leur base et reliés par une pièce de verre pour en faire un gîte rural de 100 m2. Découverte en images.
Nous vous recommandons

Les jours qui rallongent, la météo clémente et les vacances qui approchent… autant de raisons qui vous poussent à vous lancer dans un projet de rénovation de votre habitat. Avec Maison à Part, découvrez un panel de produits incontournables pour concrétiser vos projets.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic