L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques

Par
,
le
L'architecte François Pelegrin s'est consacré pendant plusieurs mois à la rénovation des deux derniers étages et des combles de l'ancien hôtel particulier de Joséphine Baker. Considéré avant les travaux comme une véritable "passoire énergétique", l'endroit atteint désormais d'excellentes performances énergétiques. Retour sur un chantier mené dans le respect du bâti existant.
François Pelegrin n'a visité qu'une seule fois l'endroit avant de l'acheter. Il faut dire que le bien - un appartement de 250 m2 situé dans l'ancien hôtel particulier de la célèbre Joséphine Baker - correspondait à toutes ses attentes. Depuis son emplacement -dans le 20e arrondissement -, jusqu'à son architecture - typique des années 30 - en passant par sa disposition sur plusieurs niveaux - idéale pour abriter à la fois son lieu de vie et de travail, tout lui plaisait !
"Une passoire énergétique"
Le tableau aurait vraiment pu être parfait si l'endroit n'avait pas présenté un aussi mauvais bilan énergétique. "Il n'y avait aucune isolation digne de ce nom dans les murs, les fenêtres étaient équipées d'un vitrage simple... Bref, c'était une véritable passoire", se rappelle François Pelegrin. Or, en tant que défenseur de la première heure des questions environnementales, impossible pour lui de laisser les lieux en l'état d'où l'idée d'entreprendre une rénovation thermique complète. "Nous avons décidé de mettre la barre haut puisque le défi consistait à transformer cet immeuble en un bâtiment basse consommation et à atteindre une consommation d'énergie inférieure à 80kWhep/m2/an", explique-t-il, interviewé sur place par Maison à part.
Un chantier qui s'annonçait difficile dans la mesure où la façade du bâtiment - y compris les fenêtres - est classée par la ville de Paris.
Pour lire la suite de l'article, rendez-vous en page suivante.
L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques

L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques

C. Chahi Bechkri
C. Chahi Bechkri © C. Chahi Bechkri
Dans un premier temps, tous les efforts se sont concentrés au niveau de l'enveloppe du bâtiment qu'il a fallu rendre totalement hermétique. Ne pouvant pas toucher à la façade de l'immeuble, François Pelegrin a opté pour des systèmes d'isolation et d'étanchéité à l'air installés par l'intérieur et réalisés avec des produits Isover. "Cette solution a l'inconvénient de faire perdre des m2 mais, en même temps, elle permet d'intervenir sur les lieux sans les dénaturer", commente-t-il.
Conserver un maximum d'éléments existants, telle a d'ailleurs été l'une des préoccupations premières de l'architecte durant toutes les étapes du chantier. A certains endroits dans l'appartement, on peut ainsi voir des traces du passé du lieu : des corniches aux plafonds, par exemple, ou encore des fresques en mosaïque et vitraux dans les escaliers.
Une mise en œuvre complexe
Avant de démarrer les travaux, un grand soin a été apporté au choix des produits. Il a en effet fallu trouver ceux les mieux appropriés aux murs d'une part, et aux rampants sous toiture d'autre part. "Pour les parois extérieures, explique Paulo Carvalho, le conducteur de travaux, nous avons mis en place une laine de verre semi-rigide dernière génération de 100 mm d'épaisseur sur un support de type fourrure tandis qu'en toiture, nous avons opté pour une double couche croisée de laine minérale de 100 mm d'épaisseur. Dans les deux cas, poursuit-il, le complexe isolant est complété par une membrane d'étanchéité à l'air régulatrice d'humidité qui est placée à l'interface isolant/plaque de plâtre". Des produits qui ont été compliqués à mettre en œuvre notamment dans les combles à cause de la forme arrondie du bâtiment mais également de la présence d'une charpente en bois laissée apparente venant ponctuer les parois. Seule solution pour éviter les déperditions : soigner les raccords entre les différents rajouts et les éléments structurels existants. "Nous avons veillé à ce que les passages de câbles soient traités avec des adhésifs spécifiques pour assurer l'étanchéité à l'air entre la membrane et les gaines techniques".
Découvrez la suite de l'article en page suivante.
L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques

L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques

L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques - Isover
L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques - Isover © Isover
Au final, l'architecte aura réussi à atteindre son objectif puisque la consommation énergétique est désormais inférieure à 80kWhep/m2/an et les besoins en chauffage sont passés de plus de 400 à 15 kWhep/m2/an soit une diminution de 92% de la consommation. En termes de ressenti, le bâtiment s'avère désormais agréable à vivre toute l'année. "Finies les surchauffes sous les toits l'été et les variations de températures permanentes", se réjouit François Pelegrin.
L'isolation seule n'aurait cependant pas permis d'atteindre de tels résultats si toute une panoplie d'équipements de chauffage et de ventilation ultra-performants n'avaient pas été installés pour venir compléter le dispositif Isover. Parmi eux : une VMC double flux, une pompe à chaleur, un chauffage au sol rayonnant, des films rayonnants dans les rampants de la toiture...
"Cette réalisation apporte la preuve que n'importe quel bâtiment, quelle que soit sa date de construction ou sa nature, peut viser et surtout atteindre l'excellence thermique", conclut l'architecte. Un discours soutenu par Isover. Jugeant la mise en œuvre de ses produits particulièrement bien faite, le fabricant a en effet décidé de lui attribuer un prix dans le cadre de ses Energy Efficiency Awards, concours récompensant les projets de construction et de rénovation les plus réussis sur le plan de l'efficacité énergétique.
Pour avoir un aperçu plus complet de cette réalisation, cliquez sur les pages suivantes.
Fiche technique :
Architecte : François Pelegrin
Maître d'ouvrage : François Pelegrin
Intervenants :
Société TCB Carvalho (isolation Isover, Fenêtres Velux, Electricité Legrand, Parquet Tarkett, Panneaux coulissants Sogal)
Entreprise La boîte de fer (Fenêtres métal)
Tias (Planchers et plafonds rayonnants Hora)
IPC (Chauffage Ventilation Aldès)
Produits Isover utilisés :
Optima GR32 pour les murs
Isoconfort 32 en 60 mm
Isoconfort 32 en 100 mm
Isoconfort 35 en 60 mm
Membrane Vario Duplex et accessoires
Multimax 30 en 2x45 mm
Equipements et systèmes installés :
VMC double flux Aldès
Chauffage au sol rayonnant Militwin
Film rayonnant des rampants de la toiture Hora Eswa
Performances énergétiques après rénovation :
Consommation énergétique inférieure à 80kWhep/m2/an
Besoin en chauffage : 15kWhep/m2/an
L'ancienne demeure de Joséphine Baker s'ouvre aux progrès énergétiques

Vue extérieure

Vue extérieure - Isover
Vue extérieure - Isover © Isover
L'architecte François Pelegrin a investi les deux derniers étages de l'ancien hôtel particulier de Joséphine Baker. Situé dans le 20e arrondissement de Paris, l'immeuble est classé par la ville de Paris ce qui l'a empêché d'intervenir au niveau de la façade.
Vue extérieure

Rénovation complète

Rénovation complète - C. Chahi Bechkri
Rénovation complète - C. Chahi Bechkri © C. Chahi Bechkri
L'endroit présentant un très mauvais bilan énergétique, il a été décidé d'entreprendre une rénovation thermique complète. Toutefois, tout a été fait pour conserver un maximum d'éléments existants.
Rénovation complète

Isolation par l'intérieur

Isolation par l'intérieur - C. Chahi Bechkri
Isolation par l'intérieur - C. Chahi Bechkri © C. Chahi Bechkri
L'architecte a choisi d'isoler l'endroit par l'intérieur. Une solution intéressante pour conserver l'esthétique les lieux mais qui a l'inconvénient de faire perdre des m2.
Isolation par l'intérieur

Le bon choix

Le bon choix - C. Chahi Bechkri
Le bon choix - C. Chahi Bechkri © C. Chahi Bechkri
Il a fallu trouver les produits les mieux appropriés aux murs d'une part, et aux rampants sous toiture d'autre part. Ici, en toiture, une double couche croisée de laine minérale de 100 mm d'épaisseur a été installée.
Le bon choix

Mise en oeuvre complexe

Mise en oeuvre complexe - Isover
Mise en oeuvre complexe - Isover © Isover
La mise en oeuvre a été rendue complexe à cause de la forme arrondie du bâtiment et de la charpente en bois laissée apparente et dont les éléments ponctuent les parois intérieures.
Mise en oeuvre complexe

Equipements ultra-performants

Equipements ultra-performants - Isover
Equipements ultra-performants - Isover © Isover
De nombreux équipements de chauffage et de ventilation sont venus compléter le dispositif d'isolation, notamment une VMC double flux, une pompe à chaleur et un chauffage au sol rayonnant.
Equipements ultra-performants

Faux plafond

Faux plafond - C. Chahi Bechkri
Faux plafond - C. Chahi Bechkri © C. Chahi Bechkri
Dans la salle de réunion de l'agence, qui se situe au 2e étage de l'immeuble, le chauffage est dissimulé dans un faux plafond laissant apparaître l'ancienne corniche de la pièce.
Faux plafond

Mosaïque

Mosaïque - C. Chahi Bechkri
Mosaïque - C. Chahi Bechkri © C. Chahi Bechkri
L'architecte ayant tenu à conserver un maximum d'éléments existants, quelques traces d'art nouveau sont visibles sur les murs.
Mosaïque

Vitraux

Vitraux - C. Chahi Bechkri
Vitraux - C. Chahi Bechkri © C. Chahi Bechkri
De même dans l'escalier menant à l'appartement.
Vitraux
Nous vous recommandons

Passionnés par l'art contemporain, les propriétaires souhaitaient faire aménager leur extérieur en une terrasse spacieuse et équilibrée.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic