L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Quels équipements pour répondre à la RT 2012 ?

le
La réglementation thermique 2012, qui est désormais généralisée à toutes les constructions neuves, comporte trois exigences de résultats et de moyens. De celles-ci découlent une série d'équipements et de solutions techniques adaptés aux besoins d'un bâtiment basse consommation. Panorama.
La réglementation thermique (RT 2012) comporte trois exigences de résultats : besoin climatique ; consommation d'énergie primaire ; confort d'été. A ceux-ci viennent s'ajouter quelques exigences de moyens : recours aux énergies renouvelables ; traitement des ponts thermiques ; perméabilité à l'air ; surface minimale de baie vitrée ; système de protection solaire ; mesure des consommations d'énergie par usage... Après avoir détaillé ces exigences, nous vous proposons, cette fois, un panorama des solutions techniques et équipements qui répondent aux besoins d'un bâtiment basse consommation (BBC).
Mais existe-t-il à proprement dit des matériaux ou composants RT 2012 ? "La notion n'a pas de sens, même si cet étiquetage apparaît inévitablement dans la publicité", prévient BTP Banque, dans une étude menée pour la FFB (Bâtimétiers - décembre 2012). En effet, tout en visant une performance globale, la RT 2012 laisse cependant le concepteur entièrement libre du choix de ses matériaux.
Or, si aucun procédé ou matériau n'a pris l'avantage sur l'autre, sur un total de 60.000 logements BBC comptabilisés à fin juin 2012 (source BTP Banque), la nouvelle réglementation a cependant fait émerger de nouveaux composants tels les rupteurs de ponts thermiques, et remis sur le devant de la scène l'isolation thermique par l'intérieur ou la ventilation double flux. "Dans tous les cas, vérifier que les matériaux choisis sont certifiés", conseille la Fédération française du bâtiment.
En pages suivantes, découvrez les différents équipements répondant à la RT 2012.
Quels équipements pour répondre à la RT 2012 ?

Penser le bâti

Tout savoir sur les ponts thermiques
Tout savoir sur les ponts thermiques © Hormann
Un bâtiment basse consommation, qui entend répondre aux normes de la RT 2012, doit tout d'abord accorder un soin tout particulier au bâti, à son enveloppe et à sa structure. Privilégier la performance du bâti passe avant tout par une bonne isolation. Ainsi, selon le cabinet d'études Développement Construction, l'isolation thermique par l'extérieur (ITE) est le système constructif dominant pour le logement collectif, avec 53,6% des systèmes plébiscités. Concernant le logement individuel, c'est l'isolation par l'intérieur qui prime (29,2%).
L'inertie thermique des matériaux est aussi une composante essentielle pour répondre aux exigences de la RT 2012. A priori, les lotissements actuels tendent à privilégier les structures types "briques terre cuite" de 25 cm d'épaisseur ou type "blocs béton cellulaire" - qui profitent d'une isolation répartie pouvant amoindrir l'impact des variations de température - en complément de rupteurs de ponts thermiques.
Concernant la mise en œuvre de ces derniers, un expert interrogé dans l'étude BTP Banque explique que "le problème tient moins à la mise en place des rupteurs thermiques qu'au calcul de leur impact sur la structure et au choix du modèle à utiliser".
Au final, les modes constructifs n'ont pas profondément évolué, note la dernière étude Céquami pour la maison individuelle. Le parpaing et la brique restant les matériaux de construction les plus utilisés, avec respectivement 46 % et 43 % des maisons, très loin devant les autres modes (béton cellulaire et structure métal, 4 %, structure bois, 2 %...).
Penser le bâti

Isolation = ventilation - Quels équipements pour répondre à la RT 2012 ?

Ventilation double flux
Ventilation double flux © L C-M
Qui dit isolation renforcée, et donc forte étanchéité à l'air, dit aussi système de ventilation performant. En effet, la ventilation doit impérativement être adaptée en conséquence, tout particulièrement pour des raisons sanitaires (qualité de l'air) mais aussi en vue d'assurer la durabilité du bâtiment. VMC hygroréglable ou à double flux et autres puits canadien doivent donc être associés judicieusement selon le système d'isolation choisi.
De ce fait, l'utilisation de la climatisation est-elle compatible avec la RT 2012, se demande BTP Banque. La réponse est oui, dès lors que le niveau de consommation conventionnelle d'énergie primaire (Cep) du bâtiment reste sous le niveau de référence.
A souligner également que "le renforcement de l'isolation thermique, avantageux pendant la saison froide, pourra se révéler défavorable au confort d'été, et nécessiter vraisemblablement l'équipement en climatisation d'immeubles situés en zone climatique H3 (Côte d'Azur)".
Isolation = ventilation - Quels équipements pour répondre à la RT 2012 ?

Energie et chauffage

Solaire thremique
Solaire thremique © Ra Boe
A priori, toutes les énergies sont compatibles avec la RT 2012. Mais, note l'étude BTP Banque/FFB (Bâtimétiers - décembre 2012), "le taux de conversion utilisé pour exprimer les consommations en énergie primaire limitent certaines applications de l'énergie électrique, comme l'effet joule, d'où l'intérêt des équipements thermodynamiques (pompes à chaleur), dont le coefficient de performance compense le taux de conversion de l'énergie consommée en énergie primaire". Cependant, dans la pratique, le choix se fait davantage au cas par cas et en fonction de la zone climatique.
Plusieurs solutions de chauffage
Avant toute chose, la sélection d'un système de production de chauffage doit être associée à son réseau de distribution et de régulation. Ainsi, les solutions envisagées pour les constructions RT 2012 sont les suivantes : chaudière à condensation, chaudière bois, pompe à chaleur, raccordement réseau de chaleur, poêle à bois ou insert. Les planchers chauffants, électriques ou à eau, sont également envisageables.
En détail, grâce à son système de récupération, une chaudière à condensation garantit un rendement supérieur à 100% en régime nominal. Concernant la chaudière bois automatisée, elle assure la valorisation d'une énergie renouvelable (EnR) à performance énergétique élevée, comme l'exige la RT 2012. La pompe à chaleur valorise, quant à elle, des apports d'énergie gratuits (eau, air, sol), tandis que le raccordement au réseau de chaleur favorise les EnR ou l'utilisation de déchets, tout en permettant de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre. Enfin, le poêle ou l'insert à bois se révèlent une solution intéressante pour valoriser le bois et assurer un confort thermique, au vu du peu de besoin de chauffage en maison individuelle RT 2012.
Les sources d'eau chaude sanitaire
En chiffres, la dernière étude Céquami a observé une nette baisse de la proportion de maisons utilisant les bouquets de solutions "Pompe à chaleur + eau chaude sanitaire (ECS) thermodynamique" et "PAC + ECS solaire". C'est la chaudière à gaz, fournissant l'eau chaude sanitaire et le chauffage qui a pris le relais, une solution "plus économique et mieux maîtrisée par les professionnels, plutôt logique avec le contexte économique tendu de l'année 2012", analyse l'étude. Bien qu'en recul, le recours à l'électricité reste encore important pour le chauffage (39 %) tandis que le bois a connu une progression (10 %).
Fin de l'électrique ?
La RT 2012 a-t-elle sonné le glas des solutions électriques ? Non, se défendent les intéressés, qui précisent que l'avènement des systèmes hybrides, par exemple, utilisent à l'origine de l'électricité, à l'instar des pompes à chaleur ou des systèmes de géothermie. Non, clament également les fabricants de systèmes de planchers rayonnants électriques (PRE), qui, avec l'arrivée de la RT 2012, ont vu leur activité en nette régression. "Les PRE ne sont pas interdits dans la nouvelle réglementation. Au contraire, il est même possible de les utiliser", nous explique le groupe Deléage, leader en France sur ce marché.
Energie et chauffage

Quid des énergies renouvelables ?

Puits canadien
Puits canadien © Villa Soleil
L'effet joule a également démontré qu'il était compatible avec la RT 2012, notamment lors des derniers Challenges des Maisons Innovantes de l'Union des maisons françaises (UMF) où deux réalisations "effet joule" ont été primées.
Systèmes innovants
Du côté des systèmes énergétiques innovants, les puits canadien ou provençal peuvent paraître une solution intéressante en maisons individuelles et petit tertiaire, à condition qu'ils soient bien installés et bien gérés, rappellent les spécialistes. "En effet, en mi-saison, la température du sol est généralement inférieure à la température extérieure. Il n'y a donc aucun intérêt à ce que l'air circule à travers le puits avant un soufflage dans le bâtiment. Dans le cas contraire, on dégrade fortement le confort dans le bâtiment" (source Alcor-contrôles).
Pour ce qui est de la cogénération, qui assure une production de chauffage et d'électricité en simultané, il reste un système moins intéressant économiquement - vu le bas prix de rachat du kwH en France - malgré un intérêt énergétique sans conteste.
Enfin, la RT 2012 impose de recourir à au moins une énergie renouvelable. Elle se fait en particulier pour le poste eau chaude sanitaire (ECS), en exploitant le solaire thermique ou via une PAC aérothermique. Le photovoltaïque demeure une solution d'avenir compte tenu de l'augmentation des prix de l'électricité, même s'il est devenu financièrement moins intéressant qu'à une époque.
Quid des énergies renouvelables ?
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic