L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Un pavillon exploite ses combles pour générer espace et lumière

Par
,
le
Trop petit pour ses nouveaux propriétaires, ce pavillon des années 60 a été agrandi via la surélévation d'une partie de sa toiture. Par ailleurs, l'utilisation des combles perdus a permis d'apporter plus de lumière et d'espace aux pièces de séjour situées au rez-de-chaussée.
Situé dans un quartier résidentiel des Yvelines, ce pavillon se trouve niché au coeur d'un jardin verdoyant. Un coup de foudre pour les nouveaux propriétaires, qui regrettent cependant la surface réduite de la maison. "Les pièces de séjour notamment étaient très petites et sombres", se souviennent Sébastien Demont et Hortense Reynaud, les architectes qui se sont chargés de donner un nouveau souffle à l'habitation.
A l'origine, ce pavillon, un préfabriqué des années 60 avec une ossature bois, présente des combles perdus dits en "fermettes américaines" (bois de faible section qui compose une structure légère). Alors qu'il aurait été plus simple de le démolir, pour reconstruire une nouvelle maison, cette solution est exclue par le plan local d'urbanisme. "Nous pouvions envisager une augmentation de la surface au sol de 30% maximum", précise Sébastien Demont.
Les architectes choisissent alors de créer une surélévation d'une partie seulement de la toiture, pour créer un étage supplémentaire sans dépasser le seuil imposé des 30%. C'est dans ce nouvel espace que sont aménagées trois chambres d'enfant et une salle de bains qui leur est dédiée.
Découvrez les photos de la maison avant et après ces changements radicaux, en pages suivantes.
Un pavillon exploite ses combles pour générer espace et lumière

Des combles perdus dans un pavillon préfabriqué

Des combles perdus dans un pavillon préfabriqué - Surélévation d'un pavillon francilien
Des combles perdus dans un pavillon préfabriqué - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Les combles en fermettes américaines ont l'inconvénient de ne pas pouvoir être aménagés. Pour envisager une surélévation, les architectes de l'agence Demont Reynaud PPIL ont dû reprendre complètement la charpente de la maison. "Pour soutenir l'extension, il a fallu créer de nouvelles structures jusqu'aux fondations et ajouter des poteaux en béton", commente Sébastien Demont.
Des combles perdus dans un pavillon préfabriqué

Un étage en plus grâce à une surélévation partielle

Un étage en plus grâce à une surélévation partielle - Surélévation d'un pavillon francilien
Un étage en plus grâce à une surélévation partielle - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
La réglementation interdisant une surélévation totale de la toiture pour doubler la surface de cette aile de la maison, les architectes ont dû opter pour une extension partielle. "L'emplacement de l'extension s'est imposé de lui-même, compte tenu de la distance par rapport aux maisons voisines, mais aussi de l'ensoleillement et de l'articulation de la maison", nous explique Sébastien Demont.
En outre, les ouvertures ont été agrandies et les menuiseries remplacées par des modèles en aluminium plus contemporains.
Un étage en plus grâce à une surélévation partielle

Un étage réservé aux enfants

Un étage réservé aux enfants - Surélévation d'un pavillon francilien
Un étage réservé aux enfants - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Le nouvel étage a été aménagé de manière à créer trois chambres pour les enfants de la famille. Une grande salle de bains a également été créée. L'étage est desservi par un escalier qui prend son origine en face de l'entrée de la maison.
Un étage réservé aux enfants

Une extension des années 80 qui nécessitait une rénovation

Une extension des années 80 qui nécessitait une rénovation - Surélévation d'un pavillon francilien
Une extension des années 80 qui nécessitait une rénovation - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Dans les années 80, une première extension avait déjà été réalisée, créant une aile supplémentaire à la maison. Y ont été installés à l'époque deux chambres, une salle de bains et des toilettes.
Une extension des années 80 qui nécessitait une rénovation

Une suite parentale dans l'extension rénovée et végétalisée

Une suite parentale dans l'extension rénovée et végétalisée - Surélévation d'un pavillon francilien
Une suite parentale dans l'extension rénovée et végétalisée - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
L'aile a été entièrement rénovée, les ouvertures agrandies et les menuiseries remplacées. Cette partie du pavillon est désormais réservée aux parents, avec une suite comprenant une salle de bains, un espace de transition avec un bureau et un dressing (ici, à droite, face à la première porte fenêtre) ainsi qu'un espace nuit (ici, à gauche).
La toiture de cette extension a été végétalisée, "pour favoriser la rétention d'eau pluviale, améliorer l'isolation et cacher la toiture à partir de la rue", précise Sébastien Demont.
Une suite parentale dans l'extension rénovée et végétalisée

Un pavillon très cloisonné au plafond trop bas

Un pavillon très cloisonné au plafond trop bas - Surélévation d'un pavillon francilien
Un pavillon très cloisonné au plafond trop bas - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Dans sa version d'origine, le pavillon était découpé en de nombreuses pièces peu spacieuses, en particulier le séjour (en bas à droite sur le plan) et la cuisine (en bas à gauche).
Un pavillon très cloisonné au plafond trop bas

Un rez-de-chaussée consacré aux pièces à vivre

Un rez-de-chaussée consacré aux pièces à vivre - Surélévation d'un pavillon francilien
Un rez-de-chaussée consacré aux pièces à vivre - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Décloisonnée et repensée, la maison se présente sous un nouveau jour. Le rez-de-chaussée est à présent réservé aux pièces à vivre : le séjour (ici, en bas du plan), l'espace salle à manger (au milieu) et la cuisine ouverte (au milieu, à gauche). La circulation est favorisée, pour les occupants comme pour la lumière.
Un rez-de-chaussée consacré aux pièces à vivre

Un salon lumineux avec un grand volume

Un salon lumineux avec un grand volume - Surélévation d'un pavillon francilien
Un salon lumineux avec un grand volume - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Les combles en fermettes ayant été supprimés, le salon profite d'une hauteur sous plafond beaucoup plus importante : 4m30 au faîtage, au lieu de 2m40. Les fenêtres de toit ajoutées de part et d'autre de la toiture permettent de baigner la pièce de lumière naturelle.
Un salon lumineux avec un grand volume

Une salle à manger centrale sans être sombre

Une salle à manger centrale sans être sombre - Surélévation d'un pavillon francilien
Une salle à manger centrale sans être sombre - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Face à l'entrée, se trouve une salle à manger largement ouverte sur le salon. "Nous avons installé une verrière pour l'isoler un peu de l'escalier de l'entrée", décrit Sébastien Demont. Son style industriel apporte une touche contemporaine, associée à la décoration épurée du séjour.
Une salle à manger centrale sans être sombre

Une cuisine ouverte, épurée et contemporaine

Une cuisine ouverte, épurée et contemporaine - Surélévation d'un pavillon francilien
Une cuisine ouverte, épurée et contemporaine - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Sur le côté de la maison, face à la nouvelle terrasse bois, une grande cuisine a été aménagée. "Pour réduire le budget, nous avons opté pour des meubles standards et nous avons adapté l'agencement de la cuisine en conséquence", expliquent les architectes.
Une cuisine ouverte, épurée et contemporaine

Un miroir dans la cuisine pour apporter encore plus de lumière

Un miroir dans la cuisine pour apporter encore plus de lumière - Surélévation d'un pavillon francilien
Un miroir dans la cuisine pour apporter encore plus de lumière - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Au-dessus de la plaque de cuisson, dans l'alcôve de la cuisine, un miroir a été installé. Il permet de refléter la lumière provenant de l'extérieur... et crée une forme de trompe-l'œil, puisque l'on a l'impression de voir les fenêtres de l'autre côté de la maison, alors qu'il s'agit bien du reflet !
Un miroir dans la cuisine pour apporter encore plus de lumière

Un escalier de bois pour accéder à l'étage

Un escalier de bois pour accéder à l'étage - Surélévation d'un pavillon francilien
Un escalier de bois pour accéder à l'étage - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Un bel escalier de bois, dessiné pour la maison, ouvre accès à l'étage. Grâce à une fenêtre de toit au niveau de la surélévation, il est naturellement éclairé.
Un escalier de bois pour accéder à l'étage

A l'étage, des puits de lumière pour éclairer le rez-de-chaussée

A l'étage, des puits de lumière pour éclairer le rez-de-chaussée - Surélévation d'un pavillon francilien
A l'étage, des puits de lumière pour éclairer le rez-de-chaussée - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Sur le palier de l'étage, une fenêtre de toit apporte de la lumière. Au sol, pour illuminer aussi la salle à manger qui se trouve directement sous cette partie de la surélévation, les architectes ont fait poser un puits de lumière en verre (ici, au centre, sous le garde-corps).
A l'étage, des puits de lumière pour éclairer le rez-de-chaussée

Une extension rénovée devenue suite parentale

Une extension rénovée devenue suite parentale - Surélévation d'un pavillon francilien
Une extension rénovée devenue suite parentale - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Dans l'extension des années 80, une grande salle de bains a été aménagée. Là encore, l'apport de lumière a été optimisé par le biais d'une fenêtre de toit qui s'ouvre automatiquement pour aérer la pièce.
Une extension rénovée devenue suite parentale

Une terrasse en bois pour ouvrir la maison sur l'extérieur

Une terrasse en bois pour ouvrir la maison sur l'extérieur - Surélévation d'un pavillon francilien
Une terrasse en bois pour ouvrir la maison sur l'extérieur - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
L'une des demandes des clients était d'ouvrir la maison sur l'extérieur. Une terrasse en bois a ainsi été créée. "Elle est en ipé, d'une teinte qui se grisera avec le temps, pour se rapprocher de celle des volets coulissants en bois", précise Sébastien Demont.
Une terrasse en bois pour ouvrir la maison sur l'extérieur

Fiche technique - Un pavillon exploite ses combles pour générer espace et lumière

Fiche technique - Surélévation d'un pavillon francilien
Fiche technique - Surélévation d'un pavillon francilien © Agence Demont Reynaud PPIL
Programme : Surélévation et rénovation d'un pavillon
Localisation : Yvelines (78)
Maître d'ouvrage : privé
Maître d'oeuvre : Agence Demont Reynaud PPIL - architectes DPLG
Budget : non communiqué
Fiche technique - Un pavillon exploite ses combles pour générer espace et lumière
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic