L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

En Savoie, une reconstruction au lieu d'une démolition...

Par
,
le
D'une maison savoyarde classique, les architectes Emmanuel Naud-Passajon et Jean-Paul Déjos ont fait une majestueuse bâtisse contemporaine, intégrant les contraintes du terrain aussi bien que les souhaits des nouveaux propriétaires. Visite en images.
En Savoie, une famille vient d'investir dans une maison posée sur un terrain de 700 m2, offrant une belle vue sur le massif des Bauges. Mais la construction, pourtant en bon état, ne plaît pas aux nouveaux propriétaires. Datant des années 50-60, elle est d'un style très classique, plutôt désuet, et est assez mal agencée à l'intérieur.
Ils font appel à deux architectes, Emmanuel Naud-Passajon et Jean-Paul Déjos, avec l'idée de faire démolir entièrement la bâtisse, et reconstruire à sa place une habitation contemporaine à toiture plate. "Lorsque nous avons visité les environs, nous avons noté que les maisons voisines présentaient toutes une toiture à deux pans, avec un faîtage perpendiculaire à la rue", se souvient Emmanuel Naud-Passajon.
Pour ne pas briser l'harmonie du quartier, les experts convainquent les acquéreurs d'opter pour une toiture à deux pans, sans concession sur le style contemporain de la construction. Et pour réduire le budget et optimiser les éléments existants, ils proposent de conserver le sous-sol semi-enterré et la dalle de béton, et de s'y appuyer pour rebâtir une maison à étage, combinant structure en béton et ossature bois.
Découvrez plus de détails du projet ainsi que des photos avant et après...
En Savoie, une reconstruction au lieu d'une démolition...

Avant : une façade en crépis traditionnelle et une toiture classique

La maison avant l'intervention des architectes
La maison avant l'intervention des architectes © Emmanuel Naud-Passajon
Le style très classique de la maison existante ne plait pas aux nouveaux habitants. Malgré une toiture en harmonie avec celles des habitations voisines, ils rêvent d'une construction avec toiture terrasse.
Avant : une façade en crépis traditionnelle et une toiture classique

Après : une maison au style contemporain malgré sa toiture en pente

Côté rue, la nouvelle maison contemporaine
Côté rue, la nouvelle maison contemporaine © Emmanuel Naud-Passajon
Les architectes réussissent le tour de maître de réconcilier leurs clients avec la toiture à double pan. Ils optent pour des chevrons porteurs pour éviter les pannes apparentes, et des tuiles coloris ardoise pour le style. "Ce sont les détails qui la rendent contemporaine", souligne Emmanuel Naud-Passajon.
Clin d'oeil au souhait d'origine des propriétaires : une terrasse est installée au premier étage, qui donne sur l'espace dédié aux enfants.
Après : une maison au style contemporain malgré sa toiture en pente

Une façade au camaïeu de gris pour une touche moderne

La toiture à double pan reste contemporaine
La toiture à double pan reste contemporaine © Jean-Paul Dejos
Fini le beige vieilli, place à un camaïeu de gris pour la façade de la nouvelle maison. Ici, côté nord, la taille des fenêtres est limitée pour ne pas surexposer la famille aux regards extérieurs. L'emplacement des ouvertures est souligné par un bardage anthracite.
Côté isolation, les architectes associent l'ITE sur les murs en béton et la laine de bois dans les parties à ossature bois.
Une façade au camaïeu de gris pour une touche moderne

Avant : un espace réduit à cause du terrain en pente

Le jardin était sous exploité
Le jardin était sous exploité © Emmanuel Naud-Passajon
La pente du terrain avait-elle découragé les constructeurs à investir le jardin ? Toujours est-il que la maison existante ne s'étendait que sur une partie limitée du terrain.
Avant : un espace réduit à cause du terrain en pente

Après : une maison largement ouverte sur l'extérieur

Après : une maison largement ouverte sur l'extérieur - Une piscine a été creusée dans le jardin
Après : une maison largement ouverte sur l'extérieur - Une piscine a été creusée dans le jardin © Jean-Paul Dejos
Après l'intervention d'Emmanuel Naud-Passajon et Jean-Paul Déjos, la nouvelle bâtisse s'ouvre très largement sur le jardin grâce à une grande baie vitrée. Les ouvertures nombreuses permettent de profiter du soleil côté sud, et une piscine est venue compléter le tableau.
Après : une maison largement ouverte sur l'extérieur

Un sous-sol aménagé pour optimiser le terrain en pente

Le terrain en pente contraignant est optimisé
Le terrain en pente contraignant est optimisé © Jean-Paul Dejos
L'une des contraintes structurelle majeure du terrain est sa pente. Le garage est de plain-pied avec la rue, à l'avant de la maison, tandis que le sous-sol affleure avec le jardin, à l'arrière. Des escaliers et une conception astucieuse permettent de faire oublier cette pente. Profitant de cette configuration, les architectes installent un abri de jardin derrière le garage, ouvrant sur le côté ouest de la maison (ici, à gauche).
Un sous-sol aménagé pour optimiser le terrain en pente

Un claustra pour se protéger du soleil... et des regards

Un claustra est installé sur le portique béton
Un claustra est installé sur le portique béton © Jean-Paul Dejos
"Quand on ne peut pas cacher quelque chose, autant le montrer", plaisante Emmanuel Naud-Passajon. Le porte-à-faux de la maison, côté jardin, est soutenu par un portique en béton... qui aurait pu être disgracieux s'il n'avait été équipé d'un claustra. Ce dernier a une double fonction : protéger la terrasse bois du soleil de l'ouest, et éclipser les occupants des regards des voisins !
Un claustra pour se protéger du soleil... et des regards

Un salon largement ouvert sur la terrasse et le jardin

Un salon ouvert largement sur le jardin
Un salon ouvert largement sur le jardin © Emmanuel Naud-Passajon
Les architectes ont souhaité un espace de circulation facilité entre la grande pièce principale décloisonnée, au rez-de-jardin, et les parties extérieures de la maison. Ainsi, la terrasse bois est accessible et l'ensemble du jardin visible du canapé.
Un salon largement ouvert sur la terrasse et le jardin

A l'intérieur, des couleurs en harmonie avec la façade

Un camaïeu de gris pour la déco intérieure
Un camaïeu de gris pour la déco intérieure © Jean-Paul Dejos
Le rez-de-chaussée se compose d'une grande pièce principale avec cuisine ouverte et salle à manger, d'un escalier central, d'une suite parentale et de pièces de service. Les architectes ont opté pour une déclinaison de gris, qui rappelle nettement celle de la façade. Au sol, un béton ciré apporte une touche contemporaine.
A l'intérieur, des couleurs en harmonie avec la façade

Jeux de peinture grise sur les murs

La cuisine blanche et son ceillier gris
La cuisine blanche et son ceillier gris © Jean-Paul Dejos
Les murs du cellier (ici, à gauche) sont peints en gris, comme tous les espaces de service. "Le choix de la teinte permet d'accompagner le regard et de jouer sur la perception", précise Emmanuel Naud-Passajon.
Jeux de peinture grise sur les murs

Un beau volume à l'étage pour l'espace des enfants

A l'étage, un beau volume pour les enfants
A l'étage, un beau volume pour les enfants © Emmanuel Naud-Passajon
Enfin, l'étage est dédié aux enfants, avec 4 pièces dont 3 chambres et une salle de jeux transformable en chambre d'amis. Ils profitent ainsi d'un beau volume puisqu'il n'y a pas de combles perdus.
 
Fiche technique
Reconstruction d'une maison de ville
Lieu : Savoie
Maître d'ouvrage : privé
Maître d'oeuvre : Naud-Passajon Architecte
Architecte associé : Jean-Paul Déjos
Surface : 156 m2 habitables + 78 m2 de sous-sol
Durée des travaux : 11 mois
Budget : non communiqué
Un beau volume à l'étage pour l'espace des enfants
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic