L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Installer un ascenseur, combien ça coûte ?

Par
,
le
Installer un ascenseur dans une copropriété n'est pas chose aisée. Quelles sont les démarches à suivre pour porter ce projet ? Comment le faire valider et quel est son coût ? Maison à part à enquêté pour vous.
L'installation d'un ascenseur est assez souvent l'occasion de débats houleux entre copropriétaires. Il y a ceux, logés à des étages élevés, qui ont tout à gagner à une telle installation. Et ceux des étages inférieurs, dont l'utilité de l'ascenseur n'est pas si évidente, qui se passeraient bien de ces dépenses supplémentaires. Pourtant, on comprend bien les motivations des partisans de ce type d'équipement. A l'heure où les prix de l'immobilier commencent à baisser, une telle installation permet de valoriser son appartement à moindre coût : un sixième étage fraîchement pourvu de cette commodité s'apprécie en moyenne de 20 % ! Un logement au quatrième peut quant à lui, gagner 5 à 10% de valeur. Pour les étages inférieurs (le 1er et le 2e par exemple), le gain existe également, même s'il est moins flagrant.
"C'est une marque de standing. La présence d'un ascenseur améliore forcément l'impression que peut avoir un acheteur lorsqu'il visite un appartement", estime Nathalie Naccache, patronne d'une agence Century 21 dans le centre de Paris. Une valorisation qu'ont entreprise près de 2.000 copropriétés dans des immeubles anciens en 2007, selon la Fédération des ascenseurs.
Pour savoir combien coûte une installation et les modalités de vote et de répartition des charges, cliquez sur suivant.
Installer un ascenseur, combien ça coûte ?

Un coût dépendant du contexte

Un coût dépendant du contexte - ascenseur
Un coût dépendant du contexte - ascenseur © MAP
Le coût de cet aménagement est très variable. La facture finale dépend essentiellement des travaux de préparation pour loger cet équipement. En effet, toutes les copropriétés n'offrent pas les mêmes commodités pour ce type d'installations et tous les immeubles ne permettent pas d'installer une telle machine. Il n'est, par exemple, pas toujours possible de le placer dans le vide d'une cage d'escalier. Il arrive également qu'il faille annexer des parties communes (WC collectifs, débarras...) afin de disposer de l'espace nécessaire. La solution la moins onéreuse est d'ailleurs une installation par l'extérieur.
La première étape est donc de s'assurer de la faisabilité des travaux. "Si le chantier ne présente pas de grosses difficultés, le coût global de l'opération oscille généralement entre 80.000 et 90.000 euros", indique Jean-Luc Tavernier, responsable de la communication à la Fédération des ascenseurs. Cette somme sera bien-sûr à répartir en fonction des millièmes détenus par chaque propriétaire, mais aussi en fonction leur utilisation supposée du futur équipement.
Un coût dépendant du contexte

Le vote par la copropriété

Le vote par la copropriété - ascenseur
Le vote par la copropriété - ascenseur © MAP
Il existe deux possibilités pour valider l'installation d'un ascenseur. La première requiert la double majorité (2/3 des millièmes - en valeur absolue - ainsi que la majorité des copropriétaires présents ou représentés à l'AG). Dans ce cas de figure, tous les copropriétaires participent au financement de l'opération, selon des quotes-parts spécifiques. Les logements ainsi que les commerces situés en rez-de-chaussée n'auront pas à débourser un centime puisqu'ils n'en n'auront pas l'usage. Les habitants du premier auront la plus faible quote part, les habitants du dernier étage, la plus importante.
La deuxième solution consiste à financer les travaux d'installations par les copropriétaires favorables à création d'un tel appareil. Cette décision se prend à la majorité absolue, c'est-à-dire la moitié des millièmes + une voix. Les copropriétaires favorables à cette décision prendront à leur frais la réalisation d'un ascenseur. Ils seront les seuls à pouvoir l'utiliser (l'ascenseur peut-être bloqué par un code ou une clé). Évidemment cette solution donne plutôt une mauvaise image de la copropriété aux potentiels acquéreurs et aux visiteurs. En cas de changement d'avis d'un copropriétaire, il sera toujours possible de lui revendre un droit d'utilisation.
Le vote par la copropriété

Les frais d'entretien : 2.000 euros par an.

répartition charges ascenseurs
répartition charges ascenseurs © Centre européen de contrôle d'installation
Plus l'on habite un étage élevé et plus la part des travaux financée est importante. Selon la grille de répartition la plus souvent utilisée* et dans le cas ou tous les copropriétaires participent aux dépenses, le propriétaire d'un appartement au sixième étage paiera 3,5 fois plus que l'habitant du 1er et deux fois plus que celui du 3ème. Les copropriétaires habitant au rez-de-chaussée (ou propriétaires de boutiques en pied d'immeuble) sont dispensés de participations. A moins que l'ascenseur ne desserve également le sous-sol et que ces derniers en fassent usage à ce titre.
Ainsi, dans le cas d'un chantier à 80.000 euros pour un immeuble de six étages comprenant quatre appartements par étages de même taille (selon la grille de calcul standard cette copropriété serait divisée en 52 parts), l'occupant du 6e devra payer 5.384 euros (3,5 /52e de 80.000*), le propriétaire d'un logement au 3e étage devra, lui, verser 3.077 euros. Enfin, un propriétaire logé au premier étage devra payer 1.538 euros. Cette ventilation des coûts vaut également pour le partage des futures charges de copropriétés. "Pour une petite copropriété de six étages, les frais d'entretien d'un ascenseur s'élèvent à environ 2.000 euros par an", estime Claude Lamoussière du cabinet de syndic G.S.M.G.I. Si l'on garde cette hypothèse, l'occupant du 6e étage serait donc amené à payer 134,50 euros par an pour financer l'entretien du nouvel équipement, celui du premier étage, 38,50 euros. Au total, la part des charges liée à l'entretien de ce nouvel équipement représenterait de 7 à 12 % des charges de copropriétés selon la Fédération des ascenseurs.
Les frais d'entretien : 2.000 euros par an.
Nous vous recommandons

Partez à la découverte d'une maison contemporaine métamorphosée en bâtisse provençale.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic