L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Malongo et sa cafetière contre l'obsolescence programmée

Par R.N.-B.
,
le 29 avril 2013
Ek'Oh
Ek'Oh © Malongo
Dans le débat sur l'obsolescence programmée des appareils électriques, Malongo apporte sa pierre en lançant Ek'Oh. Cette cafetière à dosettes est constituée d'éléments clipsés, détachables dont remplaçables "à l'infini" selon le torréfacteur.
Le sénateur Jean-Vincent Placé a remis le débat sur le tapis, mais la question de l'obsolescence programmée fait bondir les associations de consommateurs et les écologistes depuis de nombreuses années. Si la plupart des fabricants d'appareils électriques et électroniques nient en bloc la possibilité d'un auto-sabotage volontaire de leurs produits, d'autres devancent la critique, à l'image de Malongo.
Le petit torréfacteur niçois, devenu l'un des grands noms du café, vient de sortir Ek'Oh. Cette machine à expresso tente de se démarquer de ses nombreuses concurrentes en adoptant l'image d'un appareil "réparable à l'infini". Ses éléments clipsés, fabriqués dans leur quasi-totalité en France, sont tous détachables, donc remplaçables, et constitués de matériaux recyclables.

5 ans de garantie

Le but : allonger la durée de vie de l'appareil. La cafetière à dosettes bénéficie par ailleurs d'une garantie de cinq ans, et le service après-vente de Malongo promet "la reprise et l'échange de votre machine à votre domicile sous 24 heures" en cas de panne.
Reste à savoir si le défi pourra être tenu dans la durée. L'un des reproches formulés par les associations de consommateurs aux fabricants d'appareils électroménagers concerne, en effet, le fait que les pièces détachées nécessaires pour la réparation des machines cessent d'être produites quelques années après la mise sur le marché...

Louer sa machine pour en devenir propriétaire

Avec Ek'Oh, Malongo se lance également dans le "leasing", une nouvelle manière d'acheter. Au lieu de verser le prix de la machine à expresso (150 euros) en une fois, le client loue l'appareil pour le prix de 6,50 euros par mois pendant 24 mois (soit 156 euros au total).
Au terme du contrat de location, la machine à dosettes devient la propriété du client - qui peut également choisir de la rendre à partir du 12ème mois de location, sans frais supplémentaires.
Malongo et sa cafetière contre l'obsolescence programmée
Nous vous recommandons

La Casa del Desierto est un pavillon de verre chargé de démontrer les capacités de ce matériau en climat extrême.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic