L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

L'œuvre de Charlotte Perriand vue à travers le prisme de la photographie

Par C. Chahi Bechkri
,
le 21 avril 2011
Une exposition consacrée à Charlotte Perriand est actuellement organisée au Petit Palais à Paris. Regroupant plus de photographies que de meubles, elle donne à voir un aspect méconnu de l'œuvre de la célèbre créatrice.
Le fauteuil tournant, la table éventail, la chaise longue bambou, la potence d'éclairage... De nombreuses créations signées Charlotte Perriand ont accédé au statut privilégié d'objet culte. Si leurs silhouettes sont familières, leurs origines - autrement dit, les sources d'inspiration de la créatrice - restent en revanche mystérieuses. Un flou que le Petit Palais, en partenariat avec l'éditeur de mobilier Cassina, a décidé d'éclaircir en dévoilant, avec une exposition, un aspect méconnu de son travail, à savoir la photographie.
On l'ignore souvent mais Charlotte Perriand en était une grande adepte. Un art auquel elle s'est toujours intéressée, collectionnant les documents émanant d'agences ou de photographes, et auquel elle aimait s'adonner, immortalisant ainsi les paysages et les visages qu'elle avait pu croiser sur son chemin et qui lui avaient plu.

La photographie comme source d'inspiration

Dès son entrée dans l'atelier de Le Corbusier et de Pierre Jeanneret, en 1928, Charlotte Perriand utilise quotidiennement la photographie dans son travail de designer et d'architecte. Les clichés lui servent tantôt de support d'étude pour le dessin des meubles, tantôt de source d'inspiration pour trouver de nouvelles formes, de nouvelles manières de mettre en œuvre les matériaux mais également de concevoir les espaces.
Charlotte Perriand sur le Taporo, 1974. Photographie de Pernette Perriand-Barsac.
Charlotte Perriand © AChP
Charlotte Perriand sur le Taporo, 1974. Photographie de Pernette Perriand-Barsac.
 Objets trouvés dans la nature, assemblages de matériaux, bâtiments et constructions... Autant d'éléments que la créatrice aimait immortaliser et dont on retrouve la trace dans certaines créations. Placés côte à côte, les clichés - 380 sont exposés au Petit Palais - et les meubles présentent d'ailleurs une ressemblance frappante. Sans doute n'est-ce pas un hasard en effet si le meuble de séparation créé en 1954 adopte par exemple la même silhouette qu'un immeuble de l'Armée du Salut pris en photo vingt ans plus tôt. De même avec sa fameuse potence d'éclairage dont les lignes semblent être directement inspirées de celle d'une bôme de voilier immortalisée en 1937.

...et comme partie intégrante des œuvres

Mais ce n'est pas tout : Charlotte Perriand intégrera également des tirages photographiques dans certaines de ces œuvres, dans les plateaux de ses tables basses, par exemple. Elle s'en servira aussi pour réaliser des photomontages monumentaux destinés à décorer des pièces entières, tout en relayant ses positions politiques !
Plusieurs d'entre eux sont d'ailleurs présentés dans l'exposition comme, par exemple, celui réalisé en 1937 à la gloire du Front Populaire avec le peintre Fernand Léger pour le Pavillon de l'Agriculture. A voir également : "La Grande Misère de Paris", un autre grand panneau conçu, cette fois, pour dénoncer les mauvaises conditions d'habitation à Paris. Des œuvres méconnues que l'on donne aujourd'hui la chance aux visiteurs de redécouvrir.
Charlotte Perriand
De la photographie au design
Exposition jusqu'au 18 avril 2011
Ouverture : du mardi au dimanche de 10 à 18 heures
Entrée gratuite dans les collections permanentes mais payante pour les expositions temporaires
Plus de renseignements sur le : www.petitpalais.paris.fr
A noter que Cassina, ayant fait l'acquisition en 2004 des droits de reproduction de l'œuvre de Charlotte Perriand, réédite les pièces de la créatrice. Découvrez-en quelques unes en pages suivantes.
L'œuvre de Charlotte Perriand vue à travers le prisme de la photographie

Table basse - L'œuvre de Charlotte Perriand vue à travers le prisme de la photographie

Table basse
Table basse © Cassina
Table basse - L'œuvre de Charlotte Perriand vue à travers le prisme de la photographie

Table basse - L'œuvre de Charlotte Perriand vue à travers le prisme de la photographie

Cassina
Cassina © Cassina
Table basse conçue en 1984 par Charlotte Perriand et dont les lignes pourraient être inspirées d'éléments minéraux photographiés sur la plage en Normandie.
Table basse - L'œuvre de Charlotte Perriand vue à travers le prisme de la photographie

Meuble de séparation

Meuble de séparation - Cassina
Meuble de séparation - Cassina © Cassina
Meuble de séparation dessiné en 1954 par Charlotte Perriand. Meuble dont la silhouette rappelle celle d'un immeuble de l'Armée du Salut en construction, photographié vers 1931.
Meuble de séparation
Nous vous recommandons

Pour sublimer leur résidence et profiter des beaux jours, des propriétaires décident de réaliser une généreuse piscine sur leur parcelle.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic