L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

La mauvaise résistance au feu des canapés pointée du doigt

Par C. Chahi Bechkri
,
le 11 octobre 2010
Canapés inflammabilité
Canapés inflammabilité © C. Chahi Bechkri
L'UFC-Que Choisir vient de publier les résultats d'une enquête portant sur l'inflammabilité des canapés. Verdict ? Sur les treize modèles testés, aucun ne présente une bonne résistance au feu... Des résultats accablants qui s'expliquent par l'absence de réglementation sur les matériaux mis en œuvre.
Vingt ans après avoir publié des résultats accablants concernant l'inflammabilité des fauteuils, l'association UFC-Que Choisir a souhaité faire un point sur la situation en faisant passer une nouvelle batterie de tests à des canapés. Treize modèles* ont ainsi successivement été soumis à l'épreuve de la cigarette, puis à celle de la petite flamme (allumette ou briquet) et enfin, à celle du "bûcher" dont le principe est de déposer un élément enflammé (morceau de rideau ou bois de cheminée) sur le canapé.
Verdict ? Le constat est toujours aussi sombre puisque, comme le déplore l'association, "si tous passent avec succès l'essai à la cigarette, un seul passe à l'essai à l'allumette et aucun ne réussit le test du bûcher". Encore plus grave, l'association rapporte qu'en raison des fumées toxiques qui se dégagent, "l'incendie peut devenir mortel en moins de trois minutes".

Absence de réglementation

Face à ces résultats accablants, l'UFC, qui est également Vice-Présidente du Collectif de Lutte contre les Accidents de la vie courante (CLAC), dénonce l'absence de réglementation. "Malgré l'appel lancé depuis plus de vingt ans pour une réglementation protectrice des consommateurs, suivi d'un avis dans le même sens de la Commission de Sécurité des Consommateurs, aucun progrès n'est intervenu", regrette-t-elle. Pour l'heure en effet, aucun contrôle n'est effectué en France, avant commercialisation, pour contrôler le niveau d'inflammabilité des meubles rembourrés. Par ailleurs, aucune sensibilisation n'est menée auprès des fabricants de canapés afin de les inciter à mettre en œuvre des matériaux peu inflammables.
Un vide législatif que l'association aimerait voir combler "dans les plus brefs délais". Aussi a-t-elle de nouveau saisi la Commission de Sécurité des Consommateurs et est intervenue conjointement auprès d'Hervé Novelli, secrétaire d'Etat à la consommation et de John Dalli, commissaire européen. L'occasion de leur rappeler qu'au Royaume Uni et en Irlande les tests d'inflammabilité sont obligatoires depuis 1988.
*L'association précise que "le choix des canapés a été effectué pour être le plus représentatif possible en termes de diversité de composition chimique et des futures évolutions liées à l'introduction sur le marché de produits biologiques ou naturels".
La mauvaise résistance au feu des canapés pointée du doigt
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic