L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Photovoltaïque : des risques de coupures d'électricité ?

le 25 juin 2010
Panneaux photovoltaïques
Panneaux photovoltaïques © C.C.
Michèle Bellon, présidente du directoire d'ERDF, s'est inquiétée lors d'un colloque organisé par l'Union française de l'électricité des risques "de coupures de courant" liés à la "prolifération photovoltaïque". Une déclaration qui n'a pas manqué de susciter des réactions.
C'est lors d'un colloque de l'Union française de l'électricité qui s'est déroulé le 22 juin, que Michèle Bellon, présidente du directoire d'ERDF (Electricité réseau de France), a mis en garde "contre la prolifération des panneaux photovoltaïques, qui pourrait se traduire par des coupures de courant". Ces coupures résulteraient d'une surtension, lorsque la production excéderait localement la demande.
Cette dernière a évoqué, selon l'Usine Nouvelle, «"un effet d'aubaine assez fabuleux" pour l'électricité solaire, en raison des tarifs de rachat. "Nous allons arriver à 100.000 demandes à la fin de l'année. Nous avons eu 45.000 raccordements en 2009, ce sera 75.000 en 2010, 120.000 en 2011 et 150.000 en 2012. C'est colossal", s'est également inquiétée la présidente, s'alarmant aussi du coût : "500.000 raccordements d'ici à 2013, ce sont 3 milliards d'euros d'investissements. Or c'est ERDF qui finance le raccordement et les renforcements du réseau qui y sont liés (...) Comment va-t-on gérer toute cette production non prévisible, aléatoirement ? Ca va être extrêmement complexe". Elle a également pointé du doigt que dans certains départements, comme les Landes, les projets de raccordements photovoltaïques sont à hauteur de 5 fois la consommation de pointe du département.
La possibilité de risques de coupures ne serait donc plus à exclure : "Je suis assez inquiète car tout cela va très vite. D'ici deux ou trois ans, on sera confrontés à de vrais problèmes d'équilibre entre l'offre et la demande sur la boucle locale", a déclaré Michèle Bellon.

Réactions

La réaction d'Enerplan ne s'est pas faite attendre. L'organisme n'a pas hésité à interpeller la présidence du directoire d'ERDF : "Bien que la France soit encore loin de ses objectifs de déploiement des énergies renouvelables, ERDF s'inquiète de sa capacité à gérer l'augmentation du parc solaire photovoltaïque. Pour rassurer Mme Bellon, nous l'invitons en Allemagne qui a déjà dépassé dans son mix électrique le seuil d'1% d'électricité solaire qu'a retenu le Grenelle de l'Environnement pour 2020 en France". Avant d'ajouter : "Cette visite sera l'occasion de prouver par la réalité que si peu d'électricité solaire ne déstabilise pas le réseau électrique allemand. Qui plus est, ce sera l'occasion pour ERDF de s'initier aux bonnes pratiques du gestionnaire de réseau pour connecter les installations photovoltaïques outre Rhin".
Même son de cloche chez le SER-SOLER. Le Syndicat des Energies renouvelables a déclaré : "Les professionnels de la filière tiennent à rassurer leurs concitoyens. Il n'est pas nécessaire d'apporter des modifications majeures à notre réseau tant que la France ne disposera pas d'un parc d'une puissance 100 fois supérieure à celui d'aujourd'hui". Il a tenu à préciser : "Le nombre de producteurs s'élève aujourd'hui à 0,1 % des consommateurs en France métropolitaine. Cela signifie qu'aucun risque de black-out n'est à craindre. Il faut néanmoins anticiper le développement de cette forme d'électricité et son accueil sur le réseau, même si la limite qui pourrait impliquer une nouvelle structuration du réseau est encore lointaine".
Ce vendredi, Evasol, expert et l'un des principaux installateurs à destination des particuliers en France, a tenu de son côté à rassurer les Français en rappelant dans un communiqué que "les conclusions d'une étude européenne publiée il y a plus d'un an 'Intégration de source d'énergies décentralisées dans le système électrique d'aujourd'hui' * estime que le réseau français actuel peut accueillir sans aucun problème jusqu'à 10 % d'électricité produite de façon décentralisée." Et de souligner qu'actuellement en France, le seuil des 1% est encore très loin d'être franchi. "Le risque est donc inexistant aujourd'hui" en revanche, précise Evasol, il faudra bien entendu anticiper le développement de l'électricité solaire en modernisant le système de gestion du réseau." Enfin, pour Stéphane Maureau, président et fondateur d'Evasol : "Certaines informations diffusées relèvent plus d'une posture anti-photovoltaïque que d'une information technique fondée".

Les particuliers producteurs réagissent

Le Groupement des particuliers producteurs d'électricité photovoltaïque (GPPEP) a tenu à son tour à réagir à la déclaration de la présidente d'ERDF, dans un communiqué en date du 26 juin. Pour lui, "il n'y a aucun risque de surtension ou de black-out." Ajoutant qu'il "serait sans doute plus intéressant qu'ErDF anticipe les travaux plutôt que crier aux loups injustement." Le GPPEP souligne enfin que, "l'électricité photovoltaïque produite par les particuliers est une partie de la réponse à la charge des réseaux qui semble inquiéter, à tord, ErDF."
Photovoltaïque : des risques de coupures d'électricité ?
Nous vous recommandons

L'association Coénove a comparé les coûts d'investissement et de consommation et de maintenance de différentes solutions de chauffage

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic