L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Quel budget investir pour une alarme ?

Par L C-M
,
le 13 mai 2009
Alarme design
Alarme design © Somfy
De 150 euros à 1.500 euros et parfois davantage... Le prix des alarmes peut facilement s'envoler, même dans les grandes surfaces. Mais est-ce vraiment un gage de qualité ? Eléments de réponses avec Ludovic Dalle, directeur à l'institut d'études GfK.
Les vacances d'été approchent et, avec elles, le projet de poser une alarme pour sécuriser votre habitat pendant votre absence. Mais un simple passage en magasin peut suffire à vous décourager : nombre colossal de produits, emballages peu explicites, échelle de prix faramineuse... sont autant d'obstacles à l'achat. Pour vous aider à vous y retrouver, Ludovic Dalle, directeur de clientèle à l'institut d'études marketing GfK, s'explique sur le sujet et s'attache, notamment, à dissocier les alarmes en pack des simples détecteurs.

Les petits prix

Si le public s'emballe pour les détecteurs de mouvement et d'ouverture, avec des ventes en progression de +37% et +14% en 2008, Ludovic Dalle met en garde sur leur champ d'action : "Ces produits sont fiables mais ils n'ont pas vocation à couvrir toute une maison. A cause de leur système extrêmement basique, ils se mettent en marche dès qu'une présence est détectée, même s'il s'agit seulement d'un chat. Un point faible qui risque de déclencher l'alarme de manière intempestive".
D'ailleurs, pour bon nombre de fabricants, ces détecteurs dont les prix moyens sont respectivement estimés par GfK, à 36 € et 21 € en 2008, s'apparentent à de "simples gadgets" : "Pour avoir un produit durable et de qualité, Il n'y a pas de mystère : il faut y mettre le prix, stipule Ludovic Dalle. Une donnée qui n'échappe pas aux acheteurs puisque le budget moyen consacré aux alarmes dans les enseignes de la grande distribution était de près de 700 € en 2008".
Le "must"
Alarmes
Alarmes © GfK
 
Pour ceux qui souhaitent le "must" en matière de domotique vendue sur le marché, Ludovic Dalle donne deux recommandations : "Le mieux est d'oublier les simples détecteurs pour s'orienter vers les alarmes dites 'centralisées' qui sont vendues en pack. Ce type de produit a l'avantage de couvrir deux à quatre zones relativement larges, qui correspondent chacune à la superficie d'une ou deux pièces. En outre, l'alarme peut être reliée à des transmetteurs téléphoniques qui composent un ou plusieurs numéros en cas de déclenchement, pour vous prévenir où que vous soyez". Deuxième conseil : "Compter environ 1.500 € pour l'achat de ce pack afin d'obtenir une bonne marque qui offre des garanties techniques et une durée de vie d'une dizaine d'années, ainsi qu'une facilité d'utilisation voire même, pour les modèles les plus récents, un certain design", souligne Ludovic Dalle.
Avec ce type de service novateur, les fabricants d'alarme espèrent récupérer une partie de la clientèle perdue en 2008 (-25%) dans ce secteur : "Pour concurrencer les compagnies d'assurance et les banques qui proposent des services de télésurveillance, il faudra rester à la pointe de la technologie, insiste Ludovic Dalle. Mais aussi améliorer la mise en place et le conseil sur les produits". De bonnes résolutions qui devront être appliquées rapidement dans les grands magasins pour maintenir la place de ces produits sur le marché.
Car une domotique de prévention est également présente dans et autour de la maison. Selon une étude du GfK, l'interphone, avec un prix moyen de 65 € continue de créer l'engouement auprès du grand public. Quant au vidéophone mis en vente autour de 156€, il séduit un peu moins avec un recul de 17% sur l'année passée mais continue de se valoriser grâce à la présence de plusieurs grandes marques. A n'en pas douter, ces deux systèmes, comme les alarmes présentées plus haut, devraient voir s'imposer des nouveautés dans les prochaines années, notamment liées à Internet. Pour l'heure, il est impossible de savoir de quelle façon se fera cette transformation. Seule certitude pour Ludovic Dalle : la technologie devrait être au cœur de cette évolution.
Les détecteurs avertisseurs débarquent dans les habitations
Détecteurs monoxyde de carbone
Détecteurs monoxyde de carbone © GfK
 
Grâce à l'amendement concernant les DAAF (Détecteurs autonomes avertisseurs de fumée), adopté le 10 février dernier par l'Assemblée nationale, le marché des détecteurs avertisseurs devrait rester florissant. Cette mesure implique en effet l'équipement de tous les logements en détecteurs de fumée d'ici à trois ans. Et les détecteurs de monoxyde de carbone ne sont pas en reste puisqu'ils pourraient eux aussi devenir obligatoires, comme le réclame une proposition de loi déposée en avril 2008. Affaire à suivre!
Quel budget investir pour une alarme ?
Nous vous recommandons

Transformée du sol au plafond, cette petite maison bretonne a complètement changé de visage. Modernisée, agrandie par deux extensions et entièrement repensée, elle affiche désormais un profil contemporain, où ses propriétaires profitent d'une vue dégagée sur la mer

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic