L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

L'art chinois envahit l'espace des arts décoratifs

Par Augustin Flepp
,
le 19 juin 2014
Il ne reste plus que quelques jours pour découvrir la Chine au musée des arts décoratifs. Fruit de la générosité de donateurs et de collectionneurs, la collection exposée - plat en porcelaine, récipient en jade, textile militaire - illustre les techniques singulières utilisées et le raffinement des formes, rarement vues en Europe, de l'art Chinois.
L'art chinois et la France, une véritable histoire d'amour. A la fin du XXe siècle, les premières collections chinoises s'invitent dans les musées et expositions européennes suscitant fascination et admiration. Car les pièces exposées relèvent quelques fois du domaine de l'étrange ou du fantastique, à l'image des représentations de dragons, "chiens fô" et autres chimères qui ont eu un succès fou auprès d'un public devenu amoureux de cette culture lointaine.
Aujourd'hui, l'engouement pour l'art chinois ne se dément pas, et une exposition lui rend d'ailleurs hommage au musée des Arts décoratifs à Paris jusqu'au 29 juin prochain. Les curieux sont invités à venir admirer des pièces rares, à la technique unique et aux formes souvent raffinées.
Les objets exposés sont originaires des grandes dynasties chinoises, celles des Song (960-1279), des Yuan (1279-1368) et de la dernière, celles des Qing (1644-1912), qui représentent la partie la plus importante de l'exposition.
L'art militaire est illustré à travers des habits semi-officiels, armures ou encore des robes de cour. Et l'on découvre également des albums de papiers aquarellés du XVIIIe et du XIXe siècle qui montrent le mode de vie et les décors chinois de l'époque.

Vase en céramique, cloisonnés et pots en jade

Les autres salles sont, quant à elles, dédiées aux céramiques d'exportation, classés par technique. L'on pourra notamment admirer un grand plat Yuan en porcelaine décorée d'un bleu de cobalt sous couverte. Des jarres, vases et des pots à anse en céramique évoquent, eux, une époque où les Compagnies des Indes Orientales importaient par millions ces objets en Europe.
L'exposition dédie également un espace à une collection de cloisonnés - décoration en émail - offrant un panorama complet de l'histoire retraçant cette technique. Accompagnant ces chefs-d'œuvre, des vases, pots, coupes en jade ou encore en agate, témoignent du raffinement et de l'élégance de l'art chinois.
Aux côtés de ces pièces, des éléments de mobilier, comme les paravents, rappellent la grande maîtrise de la laque que les européens ont longtemps admirée.

Le rôle des collectionneurs

Les collectionneurs ont joué un rôle déterminant en préservant, valorisant et transmettant ces œuvres aux répertoires inédits et les secrets de certaines techniques comme la laque ou la porcelaine.
Jules Maciet, Raymond Koechlin, Jean Schlumberger, David David Weill, la Baronne Salomon de Rothschild... L'exposition aux arts décoratifs consacre d'ailleurs un espace à ces grands noms et acteurs de la promotion de l'art chinois en France.
"La collection pourra être un enseignement utile pour toute une branche d'artistes décorateurs", déclarait David David-Weill, lorsqu'il offrit ses émaux cloisonnés au musée en 1923. S'éduquer à l'art chinois : par ses mots, David-Weill espérait déjà promouvoir l'art décoratif chinois comme un modèle à suivre et une ouverture vers un nouveau registre iconographique.

Découvrez quelques-unes de pièces exposées en pages suivantes.

Informations pratiques :

De la Chine aux arts décoratifs
Jusqu'au 29 juin prochain
Musées des arts décoratifs
107 rue de Rivoli
750001 Paris
Ouverts du mardi au dimanche de 11h à 19h
L'art chinois envahit l'espace des arts décoratifs

Une aiguière en porcelaine

Une aiguière en porcelaine - La Chine aux Arts décoratifs
Une aiguière en porcelaine - La Chine aux Arts décoratifs © DR
Aiguière, Chine, dynasite Ming, XVI siècle. Porcelaine de Jingdezheng, monture en bronze doré. Legs de Don Alexis Rouart en 1898.
Une aiguière en porcelaine

Un porte-miroir en bronze

Un porte-miroir en bronze - La Chine aux Arts décoratifs
Un porte-miroir en bronze - La Chine aux Arts décoratifs © DR
Porte-miroir en forme de rhinocéros, Chine, dynastie Ming, bronze partiellement doré.
Legs de Charles Cosson en 1926.
Un porte-miroir en bronze

Un plat décoré en bleu de cobalt

Un plat décoré en bleu de cobalt - La Chine aux Arts décoratifs
Un plat décoré en bleu de cobalt - La Chine aux Arts décoratifs © DR
Plat, Chine, dynasite Yuan (1279-1368). Porcelaine avec décor en bleu de cobalt sous couverte. Achat de Raoul Duseigneur en 1894.
Un plat décoré en bleu de cobalt

Un récipient en jade patiné

Un récipient en jade patiné - La Chine aux Arts décoratifs
Un récipient en jade patiné - La Chine aux Arts décoratifs © DR
Récipient en forme de gui couvert, Chine, dynastie Ming, XVIe siècle, jade patiné, bois. Don de Jeanne Reutlinger en 1937.
Un récipient en jade patiné

Une gouache sur papier de riz

Une gouache sur papier de riz - La Chine aux Arts décoratifs
Une gouache sur papier de riz - La Chine aux Arts décoratifs © DR
Femme de mandarin du 9e ordre, gouache sur papier de riz, Chine du Sud, dynastie Qing (1er moitié du XIXe siècle). Don de François Carnot en 1910.
Une gouache sur papier de riz

Un brûle-parfum en émaux cloisonnés

Un brûle-parfum en émaux cloisonnés - La Chine aux Arts décoratifs
Un brûle-parfum en émaux cloisonnés - La Chine aux Arts décoratifs © Jean Tholance
Brûle-parfum en forme de gui couvert, Chine, dynastie Qing, période Qianlong (1736-1796), émaux cloisonnés et champlevés sur cuivre, Dépôt public Fondation Salomon de Rothschild en 1923.
Un brûle-parfum en émaux cloisonnés
Nous vous recommandons

En jouant sur les volumes, l'intérieur est à la fois confortable et baigné de lumière, tout en restant connecté à l'extérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic