L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

La hausse des prix faiblit à la campagne

Par Marie Castets
,
le 21 mai 2008
Maison de campagne
Maison de campagne © MC
Les prix des maisons à la campagne continent de grimper mais moins vite, d'après les derniers chiffres de la Fédération nationale des sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (FNSAFER). Si l'engouement pour ce type de bien reste marqué, il pourrait bien ralentir à cause de l'augmentation du budget transport.
Les Français sont nombreux à faire le choix de vivre hors des villes, tout comme les étrangers, friands de nos campagnes, qui contribuent à faire grimper les prix. Un enthousiasme dont les répercutions financières se sont rapidement fait sentir : le prix de vente moyen d'une maison à la campagne - c'est-à-dire un ancien corps de ferme ou bâtiment accompagné de terrain, qu'il s'agisse de résidences principales ou secondaires - est passé de 79.000 € en 1997 à 220.000 € en 2007, soit une hausse de 178 % en dix ans !

Tassement des prix

L'année dernière, le marché de ces maisons à la campagne a pris 6.8% et généré 8.9 milliards d'euros (soit 11 % de plus qu'en 2006) pour 40.000 ventes. Une hausse sensible qui semble pourtant marquer le pas depuis plusieurs années : en 2005, les prix moyens affichaient une augmentation 15.85 %, et un an plus tard, l'accroissement se limitait 8.42 %. En 2007, la hausse, certes, se poursuit mais pour la fédération nationale des SAFER, "la hausse brutale des prix des carburants pourrait cependant changer la donne. 2007 marque déjà un recentrage du marché sur les zones plus urbaines".

Le pétrole vecteur d'une baisse ?

Et pour cause, "si l'espace rural a bien tendance à croître depuis une dizaine d'années, sa distribution spatiale suit des tendances différentes chaque année depuis 2004" . Et ce, au profit des zones périurbaines. Car si les familles avaient tendance, jusqu'à 2004, à s'installer loin des villes en raison des prix moins élevés et de l'amélioration des réseaux routiers et ferroviaires, les mesures fiscales votées depuis (réforme des donations et depuis peu, défiscalisation des intérêts d'emprunt) semblent avoir recentré les achats vers les couronnes périurbaines et pôles ruraux. Pour la fédération, la mise en place d'un crédit d'impôt pour l'achat d'une résidence principale aurait "alimenté la hausse des prix à partir du troisième trimestre comme pour les maisons anciennes" . En revanche, cette mesure fiscale n'aurait fait que retarder la baisse des prix. Car, comme l'explique la FNSAFER, il est aussi possible que "l'augmentation très forte des cours du pétrole et des prix du carburant en 2007 amène les acquéreurs à intégrer le coût du transport dans leur acquisition" . Une analyse d'autant plus juste que le prix du pétrole n'a pas cessé de flamber depuis.
Qu'est-ce que la FNSAFER ?
Les sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER) sont des sociétés régionales à but non lucratif dont l'objectif général est de veiller à l'aménagement durable et équilibré de l'espace rural. Ses décisions sont contrôlées par les pouvoir publics. Les notaires sont tenus de leur notifier toutes les ventes réalisées dans le domaine rural. La fédération nationale des SAFER (FNSAFER) collecte toutes ces données locales pour en publier les chiffres chaque année.
La hausse des prix faiblit à la campagne
Nous vous recommandons

Visite en images de cette étonnante demeure qui jongle entre tradition et modernité, opacité et transparence, formes compactes et volumes généreux.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic