L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Tassement des prix : faut-il vendre ?

Par Marie Castets
,
le 19 juin 2008
immeuble vendre appartement vente
immeuble vendre appartement vente © MAP
Certains pays font face à un début de crise immobilière, tandis que les prix commencent à se tasser en France. Faut-il pour autant craindre un retournement de tendance au sein de l'hexagone ? Les acteurs de terrain se veulent rassurants et parlent plutôt d'un assainissement du marché.
La crise immobilière qui touche l'Espagne, l'Angleterre et l'Irlande s'arrêtera-t-elle aux frontières de ces pays ou touchera-t-elle aussi leurs voisins ? Pour l'heure, la France résiste à la crise, mais la hausse semble sérieusement se tasser - quelques régions enregistrent même des baisses - et certains analystes prédisent une dépréciation des biens dans les douze mois à venir. Qu'en est-il en réalité ? Sur le terrain, les agents immobiliers ne croient pas à l'hypothèse d'une bulle et restent confiants quant à la rentabilité de ce marché.

Stabilisation du marché

"Je ne crains pas une grande crise", explique Jean Perrin, président de l'UNPI. "La détente est sans doute à prévoir dans certains secteurs où l'on a sur-construit alors qu'il y a peu d'activité économique, les villes moyennes sans véritable dynamisme comme Montauban, Niort, Tarbes, Saint-Etienne ou encore, Clermont Ferrand", reconnait-il sans penser qu'il y ait là véritablement matière à paniquer. René Pallincourt, président de la FNAIM, ne s'alarme pas outre mesure non plus. D'après les chiffres de la fédération, l'année 2007 a enregistré une hausse de 1,7 % (contre + 7 % l'année précédente et 14.7 % en 2004 !), ce qui confirmerait la thèse d'un "atterrissage en douceur". Le président de la FNAIM estime que "le marché est en voie de stabilisation, ce qui va permettre de resolvabiliser la clientèle".

Pas de précipitation

"Ça n'est vraiment pas la peine de vendre si l'on n'a pas d'impératif particulier, assure Lionel Thomas, agent immobilier chez IBT, société lyonnaise indépendante. Il ne s'agit que d'un réajustement du marché". En clair, à moins d'avoir besoin d'argent ou de racheter un logement plus grand, inutile de se précipiter. En revanche, Jean Perrin précise que les propriétaires qui envisagent de vendre d'ici deux à trois ans ont tout intérêt à le faire dès maintenant car "le marché va sans doute continuer à se tasser et les délais de vente à s'allonger". De son côté, Lionel Thomas reconnaît que ceux qui ont vendu l'année dernière n'auraient jamais pu obtenir un si bon prix en vendant aujourd'hui. Un constat qui ne concerne pas les biens sans défauts (exposés plein sud, sans travaux, avec du cachet etc...) qui n'ont, de l'avis des experts interrogés pas perdu de leur valeur. Cela dit, Lionel Thomas constate qu'une nouvelle pratique se répand : de nombreux couples vendent leur logement lorsque la famille s'agrandit mais, faute de moyens pour acheter plus grand, réintègrent le marché de la location. D'autres vendent "au cas où", sans impératif précis et placent leur capital au chaud. Attention alors à choisir un placement dont les fruits compenseront les dépenses de loyer !

Vendre au juste prix

Quoiqu'il en soit, vendre aujourd'hui implique de s'adapter à ce nouveau marché qui, après avoir été "euphorique" pendant des années redevient "raisonnable" selon les mots de René Pallincourt. Car les vendeurs sont désormais beaucoup trop gourmands. Et au final, les biens ne partent plus. Pour vendre dans les meilleurs délais, il faut donc raison garder. "Ce que je constate au quotidien, c'est que dans la réalité, les prix se situent en dessous de 10 % par rapport aux prix annoncés sur les sites d'annonce" , raconte Lionel Thomas. Il ne faut donc plus hésiter à baisser ses prétentions financières, "en regardant les prix du marché et en se mettant légèrement en dessous, de l'ordre de 3 à 5 %" , conseille Jean-Perrin. Dans tous les cas, si le bien ne suscite aucun intérêt dans le mois qui suit sa mise en vente, c'est le signe qu'il faut revoir son prix à la baisse. Pour fixer un prix raisonnable, n'hésitez pas à faire évaluer votre bien par plusieurs professionnels.
Tassement des prix : faut-il vendre ?
Nous vous recommandons

Jouer avec les volumes, permet d'obtenir un intérieur à la fois confortable et baigné de lumière, tout en restant connecté à l'extérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic