L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Droit au logement opposable : 60.000 ménages patientent toujours

Par Avec AFP
,
le 21 janvier 2016
logement social
logement social © Emmanuelle Combaud - FOTOLIA
Depuis la mise en oeuvre du Droit au logement opposable (DALO) en 2008, plus de 82.000 ménages ont été relogés mais des progrès restent à accomplir : près de 60.000 ménages patientent toujours et l'Etat a été condamné dans 25.000 dossiers, indique un bilan remis au ministère du Logement. Précisions.
Depuis sa mise en place en 2008, le droit au logement opposable (DALO), a permis à plus de 82.000 ménages d'être relogés dans des conditions décentes. Toutefois, un rapport - remis la semaine dernière à Sylvia Pinel, ministre au Logement, par le comité de suivi de la loi DALO-, met en avant les près de 60.000 ménages qui attendent toujours d'être relogés.
Entre 2008 et 2014, près de 500.000 ménages ne parvenant pas à trouver un toit (sans domicile fixe, expulsables, en logement insalubre...) ont déposé un recours pour demander à l'Etat de les loger, comme le prévoit la loi, a affirmé de nouveau le comité de suivi de la loi DALO dans le même rapport.
Si 82.028 ménages ont été relogés, la loi "peine encore à être appliquée, en particulier dans les secteurs où la crise du logement est la plus aiguë", relève le rapport, soulignant que 59.502 ménages attendent toujours un logement.

Marie-Arlette Carlotti chargée de ce dossier

C'est pourquoi, Sylvia Pinel a chargé Marie-Arlette Carlotti, présidente du comité de suivi, de se pencher sur la situation d'une quinzaine de départements critiques, notamment en Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Avec pour objectif clair : identifier quels sont les leviers à actionner pour "accélérer le relogement des familles DALO", explique le ministère, par exemple en mobilisant davantage de logements sociaux gérés par les préfectures et Action logement (ex-1% Logement, financé par les contributions des entreprises) ou en accompagnant les familles.
Du côté des réactions, Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre estime qu'"il y a mieux à faire avec les outils existants". Avant de commenter : "Il y a aussi une crise du logement dans ces territoires : il n'y a pas assez de logements, pas assez de logements sociaux et de logements pas chers."
Parmi les points positifs, "il y a des territoires où le DALO fonctionne : Rennes, Strasbourg..., a souligné, René Dutrey, secrétaire général du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées. Et de plus en plus de logements sont mobilisés pour les personnes reconnues Dalo (17.365 en 2014).
Droit au logement opposable : 60.000 ménages patientent toujours
Nous vous recommandons

Cette maison familiale avait du potentiel mais il fallait beaucoup d'imagination pour s'y projeter. Découvrez l'incroyable métamorphose.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic