L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Immobilier : que peut-on acheter avec 200.000 euros en France et en Europe ?

le 25 juillet 2016
Tour Eiffel - Paris
Tour Eiffel - Paris © V.B / MAP
Paris est-elle la ville la plus chère d'Europe ? Quel type de logement peut-on s'offrir en France avec 200.000 euros ? Quid du même type de bien chez nos voisins européens ? Eléments de réponse avec la dernière étude Property Index du cabinet Deloitte.
Avec la somme de 200.000 euros, on peut acquérir un bien de seulement... 50 m2 en France, soit la surface la plus faible en Europe (hors Royaume-Uni où elle atteint 39 m2 !) alors que pour ce même montant, il est possible d'avoir un 97 m2 en Allemagne, un 94 m2 en Belgique ou un 84 m2 en Italie.
Selon la cartographie inédite réalisée par le cabinet Deloitte dans le cadre de l'étude Property Index, la France arrive en deuxième position, après la Grande-Bretagne, sur le podium des prix des transactions les plus élevés. Avec 4.000 euros/m2, elle devance l'Irlande (3.200 euros/m2) qui enregistre, pour sa part, une augmentation significative puisqu'en 2014, le prix des transactions s'élevait à 2.600 euros/m2.

Ecarts entre capitale et villes secondaires

Plus en détail, c'est au niveau des capitales que les prix affichent les plus grands écarts. Ainsi, Paris est la deuxième ville d'Europe la plus chère avec un prix de 10.700 euros/m2 dans le neuf et environ 8.000 euros/m2 dans l'ancien, alors que la moyenne nationale est de 4.000 euros/m2. Même constat, précise Deloitte, au Royaume-Uni et en Russie où le prix au m2 dans le neuf au centre de Londres et de Moscou est 3,5 à 3,7 fois plus élevé (respectivement 18.000 euros/m2 et 2.700 euros/m2) que la moyenne nationale (respectivement 5.050 euros/m2 et 720 euros/m2).
Reste que cette règle n'est pas valable dans certains pays d'Europe :
Munich (6.000 euros/m2) est plus chère que Berlin (3.200 euros/m), Milan (3.600 euros/m2) plus chère aussi que Rome (3.500 euros/m2), ou Barcelone (3.500 euros/m2) un peu au-dessus de Madrid (3.000 euros/m2).

Vers des taux variables pour tous ?

En outre, révèle l'étude du cabinet Deloitte, si le marché de la construction en Europe "se porte bien", l'accession à la propriété fluctue selon les pays. Ainsi, les Français doivent mobiliser entre 6 et 8 ans de salaires pour acheter, contre 3,3 et 4,4 années de salaires pour les Allemands ou les Belges.
Enfin, prédit Deloitte, la Banque Centrale Européenne (BCE) et le Comité de Bâle pourraient - dans le cadre de Bâle III - obliger les banques à ne distribuer que des prêts immobiliers à taux variable. "Avec plus de 90% des crédits immobiliers à taux fixes en France, cette obligation pourrait impacter fortement l'accession à la propriété et le nombre de transactions", conclut l'étude.
Immobilier : que peut-on acheter avec 200.000 euros en France et en Europe ?
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic