L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Le marché de l'immobilier de luxe se fige

le 15 décembre 2014
immo luxe
immo luxe
Selon une récente étude, le marché de l'immobilier de prestige ne décolle pas, et ce malgré un premier trimestre 2014 qui laissait présager une reprise. Le secteur souffre d'une véritable "paralysie" des transactions.
Le secteur de l'immobilier peine à voir le bout tunnel. Lors de son dernier congrès, la Fnaim a même annoncé un recul de 100.000 transactions en 2014.
Et si jusqu'à présent, le luxe tirait son épingle du jeu, ce ne sera pas le cas en 2014. En effet, selon une étude du portail d'annonces immobilières haut de gamme Lux-Residence.com en collaboration avec Coldwell Banker France & Monaco, ce segment ne fait plus exception : "Fin 2014, le moral se dégrade et l'étude dévoile des chiffres similaires à ceux de 2013. Le rebond de confiance affiché au premier trimestre 2014 laisse place en cette fin d'année à un pessimisme marqué de la part des futurs acquéreurs au sujet de leur situation financière personnelle mais également pour ce qui est du contexte économique en France. Attentifs quant à l'évolution des prix, ils espèrent que 2015 sera l'année des "bonnes affaires", souligne Laurent Demeure, Président et CEO de Coldwell Banker France & Monaco.

Profil de l'acheteur d'un bien de luxe

Concernant le profil de l'acquéreur de ce type de bien, il ne change pas. Selon l'enquête, il s'agit d'une clientèle âgée de plus de 50 ans, et près d'un acheteur sur 3 affiche des revenus annuels au-delà de 200.000 euros (32%). Essentiellement actifs (72%), ils sont à 91% des secundo-accédants. Environ "49% des personnes interrogées ayant un projet d'acquisition d'un bien de prestige recherchent une future résidence principale alors qu'ils sont 86% sur le segment classique", souligne l'enquête. Que cherchent exactement ces acquéreurs ? "Pour les acquéreurs haut de gamme, la recherche d'un bien de prestige s'inscrit dans le temps et ne laisse aucune place au hasard ou à la précipitation. 55% d'entre eux sont en quête du bien idéal depuis plus de 6 mois. A l'inverse, sur le marché classique, les candidats à l'acquisition sont 60% à rechercher leur bien depuis moins de 6 mois. Le segment des acquéreurs dans l'immobilier de luxe représente seulement 0,5% de la population française, une clientèle exigeante en quête de biens d'exception", raconte Séverine Amate, porte-parole de Lux-Residence.com. Côté budget, 39% des personnes interrogées visent un achat de plus d'1,5 million d'euros. Quant au type de bien, ce sont les propriétés/villas qui arrivent en tête (49%) puis l'appartement (23%).

Un marché immobile mais des attentes pour 2015...

Reste que le passage à l'acte d'achat se fait de plus en plus difficilement : "Même si le prix du bien n'arrive qu'en troisième position des critères essentiels dans leur projet d'acquisition, les acquéreurs de biens de prestige n'ignorent pas le principe de rentabilité. Invités à s'exprimer ouvertement sur les principaux facteurs qui ont pu retarder leur décision d'achat, un tiers d'entre eux citent spontanément des prix qu'ils considèrent surévalués", analyse l'enquête. Ils sont d'ailleurs 64% à envisager une chute des prix immobiliers (47% sur le marché immobilier classique).
Au final, sur le marché du luxe, l'envie d'acheter est bien présente pour 2015. Cependant, tous les futurs acquéreurs sont dans l'attente d'un ajustement des prix, et espèrent trouver un bien de qualité correspondant à leurs envies. "L'immobilier haut de gamme subit depuis quelques mois un sérieux coup de frein, tout comme le marché classique. L'heure est venue pour les vendeurs de proposer des biens en cohérence avec les prix du marché. Seule une baisse des prix débloquera la situation", conclut Séverine Amate, porte-parole de Lux-Residence.com.
Le marché de l'immobilier de luxe se fige
Nous vous recommandons

Cette demeure californienne a retrouvé une nouvelle jeunesse grâce à une transformation pharaonique

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic