L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

En aparté avec le designer Jean-Marc Gady

Par Yasmina Bennaceur
,
le 9 janvier 2012
En aucun cas Jean-Marc Gady ne se prédestinait au design. Les plus grandes maisons font pourtant aujourd'hui appel à lui : Vuitton, Baccarat, Guerlain, pour ne citer qu'elles. Reconnu par ses pairs, Jean-Marc Gady, qui n'oublie pas les racines de son métier, est aussi un fervent défenseur des artisans. Ayant créé son propre studio de création, il tend à réaliser, avec son équipe, des objets ou des scénographies "honnêtes". Le designer nous confie, en aparté, sa vision du métier.
Maison à part : Comment êtes-vous devenu designer ?
Jean-Marc Gady : J'ai toujours beaucoup dessiné. Je savais que j'avais une affinité avec la création, j'ai donc fait mes armes dans la création publicitaire, chez Publicis. Mais cela était frustrant pour moi, j'avais besoin de toucher les objets. J'étais aussi navré de voir des books au contenu riches refusés. C'est durant mon année d'étude à l'Ecole Bleue, en 1996 (ndlr : école d'architecture d'intérieur, de design et d'art) que je suis passionnément tombé dans le design et c'est devenu mon métier.
MAP : Vous souvenez-vous de votre toute première création ?
J-M G : Je me rappelle qu'à treize ans, j'ai fabriqué avec mon père une fusée inspirée de l'univers de Tintin car les modèles vendus dans le commerce étaient trop chers. Je me suis rendu compte que c'était extrêmement valorisant de créer soi-même quelque chose.
MAP : Quelle est la rencontre que vous auriez aimé faire ?
J-M G : Adolescent, j'aurais adoré rencontrer le scénographe Robert Wilson, le cinéaste David Lynch ou encore le designer Philippe Starck, que je n'ai jamais eu l'occasion de croiser.

MAP : Comment définissez-vous le métier de designer ?

J-M G : Mon métier est complètement protéiforme. Le design a toujours existé, il y a simplement des passerelles qui se créent avec des univers différents : la mode, l'art contemporain... Bref, c'est compliqué à définir mais le liant, c'est la démarche créative et la rencontre. Nous sommes des artisans, je ne suis pas obsédé par mon style et je me méfie des recettes toutes faites, les tentations sont extrêmement présentes. Je n'ai pas de style particulier, je me suis toujours dit que si l'on développait une démarche créative avec du sens, on pouvait s'attaquer à pas mal de projets. Au fond, nous sommes des artisans.
MAP : Quel métier admirez-vous le plus et auriez-vous aimé faire si ce n'était pas celui de designer ?
J-M G : J'aurais aimé faire un métier plus glamour comme réalisateur ! (rires). Le design, ce n'était pas mon truc à la base mais aujourd'hui je suis très content de mon métier.
MAP : Quelle est, ou pourrait être votre devise ?
J-M G : Je n'en ai pas vraiment, je me méfie du côté donneur de leçons mais si je devais avoir une devise, elle serait la suivante : "que la démarche de création fasse toujours sens".
La suite de l'interview en page suivante
En aparté avec le designer Jean-Marc Gady

En aparté avec... Jean-Marc Gady

En aparté avec... Jean-Marc Gady - gady
En aparté avec... Jean-Marc Gady - gady © © HartoDesign / Jérémie Woillard
MAP : Quel est le projet dont vous êtes le plus fier ?
J-M G : Il n'y en a pas un qui ressorte plus qu'un autre. Mais je me souviens de la lampe French Cancan pour laquelle la galerie R'Pure de New-York m'a laissé carte blanche, je me suis vraiment bien amusé en la dessinant. Récemment, j'ai créé des photophores en verre soufflé pour la maison Diptyque, et cela a permis de sauver un verrier français qui était en grande difficulté. C'est forcément un projet qui marque.
MAP : Y-a-t-il un projet un peu fou que vous rêvez de réaliser ?
J-M G : Ce qui me tient particulièrement à cœur, c'est de pouvoir, un jour, réaliser la décoration d'un hôtel, de A à Z. C'est un secteur génial dans lequel une armée de gens sont au service de quelques- uns. Un hôtel, c'est la vie, on y trouve tout, des chambres, un restaurant, une piscine...
MAP : Quel est l'objet dont vous auriez aimé être le créateur ?
J-M G : J'adore la marque Dyson, ce sont des visionnaires. Le système sans sac de leur aspirateur, par exemple, je le trouve à la fois beau et puissant.
MAP : Si l'une de vos créations pouvait parler, qu'aimeriez-vous qu'elle vous dise ?
J-M G : J'ai créé un cendrier avec deux doigts, il y a longtemps, ce qui donnait à l'objet un côté humain. S'il pouvait parler, il me dirait : "merci, je suis bien dans mes baskets là !"

MAP : Considérez-vous vos créations comme de l'art ?

J-M G : Non, absolument pas. Un artiste travaille vraiment tout seul, il est libre. Le design, c'est un métier de collaboration, nous sommes le maillon d'une chaîne et nos créations restent des objets qui seront forcément fonctionnels. Paradoxalement, c'est lorsque le client m'impose des contraintes que je me sens le plus libre. Je prends vraiment du plaisir à répondre à des commandes précises.
MAP : Votre métier, un vecteur d'engagement, un outil pour faire passer un message ?
J-M G : Absolument, et à plein de niveaux. Notre métier implique la fabrication et à ce titre, nous avons un impact, dès le premier trait dessiné. Le but est de créer des objets qui ont une légitimité, des objets honnêtes. Les designers devraient plus se tourner vers l'artisanat français, un secteur d'engagement, définitivement.

MAP : Quelles sont vos dernières réalisations ?

J-M G : Il y en a beaucoup ! Il y a les photophores bougies pour la maison Diptyque pour laquelle nous avons aussi créé un magasin en carton à l'occasion des fêtes de fin d'année. Récemment, nous avons réalisé la scénographie du salon de haute joaillerie Aymes, place de Valois, à Paris. Parmi nos dernières créations figure aussi une nouvelle collection de chaises Pemp, pour Perrouin. Il s'agit de chaises et de chauffeuses qui s'inspirent des chaises à porteurs japonaises : les Kago. Nous avons par ailleurs signé la scénographie des Ateliers d'Asnières pour la marque Louis Vuitton, à l'occasion des "Journées particulières" (nldr : un événement organisé par le groupe LVMH et permettant aux visiteurs de découvrir les coulisses du luxe).

MAP : Un dernier mot pour conclure ?

J-M G : Aujourd'hui, le design prend beaucoup de formes, il a tendance à oublier ses racines premières. Le design, c'est avant tout un projet, pas seulement industriel, c'est donner le meilleur de soi-même.
Découvrez quelques unes des créations de Jean-Marc Gady, en pages suivantes.
En aparté avec... Jean-Marc Gady

Re-découvrir les bijoux

Gady
Gady © Aymes
"Une invitation où la découverte des bijoux se fait de manière tout à fait inattendue..."
Re-découvrir les bijoux

Chaises design - En aparté avec le designer Jean-Marc Gady

Chaises design - Gady
Chaises design - Gady © JM Gady
Chaise PEMP pour Perrouin - Jean-Marc Gady
Matériaux : Hêtre massif
Dimensions : H (chaise) : 95 cm x H (assise) : 45 cm x l : 46 cm x P : 43 cm
Prix public indicatif : 330 €
Chaises design - En aparté avec le designer Jean-Marc Gady

Les chaises de nos campagnes réinventées

Les chaises de nos campagnes réinventées - Gady
Les chaises de nos campagnes réinventées - Gady © JM Gady
"J'ai voulu effectuer une relecture de l'emblématique chaise Camaret et pouvoir donner une descendance à cette icône de la maison Perrouin."
PEMP laisse deviner son appartenance à la catégorie des chaises de style sans en afficher les attributs...
"J'ai préservé les assemblages ayant fait les qualités de proportions et d'ergonomie de la Camaret tout en la simplifiant".
Les chaises de nos campagnes réinventées

Tapis messager - En aparté avec le designer Jean-Marc Gady

Tapis messager - Gady
Tapis messager - Gady © JM Gady
Tapis race - Jean-Marc Gady
"Avec Races, je voulais jouer sur le double sens qui défini à la fois la course sportive et les différentes nationalités qui s'y affrontent, c'est une vision symbolique de ce qui fait la beauté de l'Olympisme, porteur de paix, mais aussi la naïveté d'une performance sans fin."
Tapis messager - En aparté avec le designer Jean-Marc Gady

Seule ou accompagnée

Seule ou accompagnée - Gady
Seule ou accompagnée - Gady © HartoDesign Jérémie Woillard
Feuilles d'acier pliées puis assemblées par soudure recouverte d'une laque mate.
Dimensions: Largeur : 30 cm, Profondeur : 109 cm, Hauteur : 150 cm
couleurs disponibles : blanc, noir, bleu canard, rouge orangé, jaune
Seule ou accompagnée

Magasin en carton

Magasin en carton - Gady
Magasin en carton - Gady © Patric Maurein
Création d'un magasin en carton pour "La Maison diptyque, parfumeur atypique" - scénographie Jean-Marc Gady
Magasin en carton

Magasin en carton

Magasin en carton - Gady
Magasin en carton - Gady © Patric Maurein
Pop up store pour "La Maison diptyque, parfumeur atypique" - Jean-Marc Gady
"J'ai pris le parti littéral du pop-up store en le réalisant entièrement en carton, l'idée étant de concevoir un mini magasin inspiré des codes mobiliers de la célèbre boutique du boulevard St germain"
Magasin en carton

Sauver l'artisanat français

Sauver l'artisanat français - Gady
Sauver l'artisanat français - Gady © JM Gady
Photophores pour "La Maison diptyque, parfumeur atypique" - Jean-Marc Gady
Verre soufflé
H : 11 cm
Prix public : 55 €
Sauver l'artisanat français

Cendrier "bling-bling"

cendrier - Jean-Marc Gady
cendrier - Jean-Marc Gady © DR
Le cendrier "Up Yours" en céramique a été réédité en version "bling-bling"
Dimensions : 80 x 80 x 120 mmm
Disponible en différents coloris : or, platine, noir, blanc et orange
Cendrier "bling-bling"

Seaux à Champagne

Moet & Chandon - sceau à champagne - Jean-Marc Gady
Moet & Chandon - sceau à champagne - Jean-Marc Gady © DR
Gamme d'accessoires de service pour Moët & Chandon.
Elle est composée de seaux, de rafraîchissoirs, de vasques, de bougeoirs et de plateaux.
Jean-Marc Gady joue sur le contraste entre le noir laqué présent à l'extérieur et les reflets métalliques de l'inox poli et de l'étain à l'intérieur.
Seaux à Champagne

Assiettes en faïence

Asiettes - Ligne Roset - Jean-Marc Gady
Asiettes - Ligne Roset - Jean-Marc Gady © DR
Assiettes en faïence pour Ligne Roset
L'assiette en haut à gauche (modèle "Moonlace") intègre les motifs des serviettes brodées d'antan
Avec ses découpes, l'assiette en bas à gauche (moddèle "Moonstamp")joue la carte de la fragilité
L'assiette, au milieu à droite, semble, tel un morceau de gruyère, avoir été mangée par des souris !
Dimensions : 24 x 24 x 2,5 cm
En savoir plus sur : www.jeanmarcgady.com
Assiettes en faïence
Nous vous recommandons

Cette maison familiale avait du potentiel mais il fallait beaucoup d'imagination pour s'y projeter. Découvrez l'incroyable métamorphose.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic