L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Par C. Chahi Bechkri
,
le 20 octobre 2011
L'hôtel du Ministère, adresse située dans le 8e arrondissement de Paris, à quelques pas de l'église de la Madeleine, vient de faire peau neuve. Autrefois vétuste et défraîchi, il se présente désormais sous les traits d'un écrin cosy aux accents fifties. Retour sur une métamorphose signée François Champsaur.
Mise à part son enseigne à la typographie verte et jaune en relief et sa verrière de style art déco au-dessus de l'entrée, il ne reste plus rien de son passé. L'hôtel du Ministère, établissement situé entre l'église de la Madeleine et la rue du Faubourg Saint-Honoré, a été entièrement redécoré du sol au plafond.
Pour lui donner un nouveau souffle, son propriétaire - un particulier souhaitant garder l'anonymat - a décidé de faire appel à François Champsaur, architecte d'intérieur et designer ayant déjà à son actif de nombreuses réalisations dans l'hôtellerie de luxe. La consigne étant de moderniser l'endroit, de lui donner de la personnalité et, surtout, d'en faire un lieu de partage et de convivalité. "Il a été séduit par le travail effectué par ce dernier en 2009 à l'hôtel Métropolitan, adresse parisienne haut de gamme. François Champsaur avait eu pour mission de le réinventer et le résultat lui a particulièrement plu", commente un proche de son entourage.
Comme il l'avait fait pour le Métropolitan, le designer a donc entièrement repensé l'endroit. Mobilier, revêtements de sol et de murs, luminaires... Tout a été remplacé par des éléments minutieusement choisis chez de prestigieux éditeurs ou dessinés par lui. Et, en six mois de travaux, l'hôtel, autrefois vétuste et défraîchi, s'est transformé en un écrin cosy aux accents fifties...
La suite de l'article en page suivante.
L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties

L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties - Hôtel du Ministère
L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Cet esprit fifties, voir pop à certains endroits, est insufflé dès la porte d'entrée dont la poignée, matérialisée par une constellation d'énormes boules noires, rappelle inévitablement le style de cette période. Juste derrière, un fauteuil en cuir signé Carlo Mollino, figure italienne emblématique du design des années 50, et une sculpture de Rainier Lericolais en étain brossé, donnent également immédiatement le ton.

Un petit côté psychédélique...

Le parti pris esthétique se confirme d'ailleurs en s'enfonçant un peu plus dans l'hôtel. Les formes généreuses du mobilier et l'imposant miroir rond rétro-éclairé de la salle de petit-déjeuner, les couleurs vives qui habillent les murs, les motifs graphiques qui s'étalent sur le sol... Autant d'éléments qui font, là encore, irrémédiablement penser à la déco des fifties et qui donnent, pour certains d'entre eux, un petit côté psychédélique. L'immersion se poursuit d'ailleurs jusque dans les chambres dont le sol a été recouvert d'une moquette parée de rayures dans des camaïeux de jaunes, de bleus et de taupes, et où trônent même des ré-éditions de célèbres fauteuils de cette période.
François Champsaur a en effet regroupé dans l'hôtel de très belles pièces : du mobilier signé par de grands noms du design, des luminaires du créateur Sebastian Kito ou encore de chez Foscarini... Sans oublier ses propres créations : le comptoir de la réception fabriqué en bois de bouleau, le bar en marbre de Carrare, les banquettes et les tables de la salle du petit-déjeuner... Pour n'en citer que quelques-unes !
Pour lire la suite de l'article rendez-vous en page suivante.
L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties

L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties

L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties - Hôtel du Ministère
L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Grâce à l'intervention de François Champsaur, l'hôtel du Ministère possède donc désormais une vraie identité. Par ailleurs, le fait d'y avoir introduit massivement de la moquette - non seulement dans les chambres mais également dans les parties communes - rend l'endroit extrêmement chaleureux.

Association bois et marbre

Une belle réussite car, en même temps, le designer réussit à garder son propre style. Il est en effet resté fidèle à ses matériaux de prédilection que sont le marbre et le bois. Du coup, on les retrouve un peu partout dans l'hôtel : le marbre, au niveau des tables dans la salle du déjeuner et des vasques dans les salles de bains et, sous la forme de lattis servant tantôt de revêtement de mur, tantôt de cloisons à claire-voie pour le bois. Une association qui confère une unité aux chambres et aux parties communes de l'hôtel.
En tout, l'hôtel propose désormais vingt-quatre chambres et cinq suites. A noter que les suites sont regroupées à l'écart dans un autre bâtiment et bénéficient ainsi d'un accès privé pour une plus grande intimité. Toutes répondent néanmoins aux critères de l'hôtellerie de luxe nouvelle génération : grand lit de 160 cm, têtes de lit façon alcôves, double vasque, possibilité d'ouvrir la salle de bains sur la chambre... Et plus la catégorie monte, plus le confort augmente, et plus les prix grimpent !
Découvrez plus d'images de l'hôtel en pages suiva

Hôtel du Ministère

31, rue de Surene
75008 Paris
Tarifs :
- Chambre standard single : 370 €/nuit
- Chambre Supérieure : 410 €/nuit
- Chambre Deluxe : 475 €/nuit
- Junior Suite : 655 €/nuit
Plus de renseignements sur le : www.ministerehotel.com
L'hôtel du ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Transformation complète - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Transformation complète - Hôtel du Ministère
Transformation complète - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Autrefois vétuste et défraîchi, l'hôtel du Ministère, établissement situé à quelques pas de l'église de la Madeleine à Paris, s'est transformé en un écrin cosy aux accents fifties. Une transformation orchestrée par l'architecte d'intérieur et designer François Champsaur.
Transformation complète - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Constellation de boules noires

Constellation de boules noires - Hôtel du Ministère
Constellation de boules noires - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Avec sa poignée matérialisée par un agrégat de grosses boules noires, la porte d'entrée met tout de suite dans le ton !
Constellation de boules noires

La réception - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

La réception - Hôtel du Ministère
La réception - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
A gauche, la réception, pièce dans laquelle a été installée un grand comptoiren bois de bouleau dessiné par François Champsaur.
La réception - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Le bar - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Le bar - Hôtel du Ministère
Le bar - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
A droite, une salle dédiée à la dégustation de vins naturels. La pièce maîtresse est un bar réalisé sur-mesure en marbre de Carrare. Au sol, on retrouve les mêmes carreaux de carrelage que dans l'entrée. Avec leurs motifs géométriques et leur alternance de noir et de blanc, ils donnent aux pièces un côté un peu psychédélique...
Le bar - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

La salle du petit-déjeuner

La salle du petit-déjeuner - Hôtel du Ministère
La salle du petit-déjeuner - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Située sous une immense verrière, la salle du petit déjeuner reste lumineuse même les jours peu ensoleillés. Pour la décorer, François Champsaur a choisi des luminaires de Sebastian Kito, un miroir de Pascal Michalon, des pièces de designers de renoms... Le tout agrémenté de ses propres créations.
A noter que les murs sont parés de lattis de bois, un matériau que le designer affectionne particulièrement.
La salle du petit-déjeuner

La salle du petit-déjeuner

La salle du petit-déjeuner - Hôtel du Ministère
La salle du petit-déjeuner - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Sur les murs, on peut admirer les lithographies colorées de David Lynch, Barthélémy Toguo ou encore Raymond Pettibon.
La salle du petit-déjeuner

Chambre - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Chambre - Hôtel du Ministère
Chambre - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Choix du mobilier, des accessoires, aménagement, organisation générale... Chaque détail a été pensé par François Champsaur. D'ailleurs, le designer a été jusqu'à dessiner le motif à faire figurer sur la moquette.
Chambre - L'hôtel du Ministère, un écrin cosy aux accents fifties

Salle de bain

Salle de bain - Hôtel du Ministère
Salle de bain - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Dans toutes les chambres et suites, la salle de bains a été conçue comme un espace ouvert ou semi-ouvert.
Salle de bain

Salle de bain

Salle de bain - Hôtel du Ministère
Salle de bain - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Ici, grâce à un système de cloison mobile, le client peut décider de l'ouvrir complètement sur la chambre ou, au contraire, de l'isoler.
Salle de bain

Salle de bain

Salle de bain - Hôtel du Ministère
Salle de bain - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Dans d'autres, des portes coulissantes ont été installées de manière à ce que, là encore, les clients aient le choix de fermer ou d'ouvrir la salle de bains sur la chambre.
Salle de bain

Salle de bain

Salle de bain - Hôtel du Ministère
Salle de bain - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Autre configuration possible : une cloison constituée de lattis de bois qui laisse deviner les formes sans les montrer.
Salle de bain

Bois et marbre

Bois et marbre - Hôtel du Ministère
Bois et marbre - Hôtel du Ministère © Hôtel du Ministère
Dans les chambres comme dans les parties communes, deux matériaux ont été mis particluièrement sur le devant de la scène : le bois, comme ici au niveau des têtes de lits, et le marbre, au niveaud des vasques dans les salles de bains, par exemple.
Bois et marbre
Nous vous recommandons

Cette maison familiale avait du potentiel mais il fallait beaucoup d'imagination pour s'y projeter. Découvrez l'incroyable métamorphose.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic