L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Serge Mouille, lumière du design

Par Rouba Naaman
,
le 14 octobre 2010
Jusqu'au 31 octobre, l'espace electrorama PMMT à Paris expose des luminaires créés par Serge Mouille. A cette occasion, Maison à Part revient sur la carrière de l'un des plus grands designers français des années 50.
Rien ne prédestinait Serge Mouille à devenir l'un des pontes français du design de luminaires. Né en 1922 à Paris, d'un père policier et d'une mère couturière, il s'intéresse très tôt au travail d'orfèvre. A 13 ans, il s'inscrit à l'Ecole des arts appliqués, dont il sortira diplômé six ans plus tard. Le jeune Serge s'imagine alors travaillant pour les arts de la table. Mais le destin lui réserve une autre carrière.
Après avoir collaboré plusieurs années avec le sculpteur Gilbert Lacroix, Serge Mouille ouvre son propre atelier d'orfèvrerie en 1945. Il y développe ses premiers prototypes de lampes. C'est sa rencontre avec Jacques Adnet en 1952 qui bouleverse le cours de sa vie professionnelle. Le président de la Société des artistes décorateurs lui commande, pour la Compagnie des arts français, un grand luminaire. Serge Mouille imagine alors le Lampadaire 3 bras, qui deviendra sa pièce maîtresse.

1952, le début du succès

Fort de ce succès, l'orfèvre développe une gamme de lampadaires et d'appliques murales. Ces objets en aluminium émaillé et métal peints sont réalisés à la main, ce qui les rend uniques. Les formes arrondies, presque féminines des réflecteurs contrastent avec les pieds graciles des lampes, qui rappellent les pattes d'un insecte. Les bras des luminaires sont articulés par des rotules : l'une des marques de fabrique de Serge Mouille.
Tout s'enchaîne pour l'artiste. En 1955, il reçoit le prix Charles Plumet et est élu à la Société des artistes décorateurs. L'année suivante, il est exposé dans la galerie de Steph Simon boulevard Saint-Germain, à Paris. Les modèles de Serge Mouille ont un succès retentissant. Pourtant, l'orfèvre hésite encore à lancer une production massive de ces articles uniques.

L'artiste se fait désirer

Mouille préfèrerait-il réserver son œuvre aux institutions sociales ? A partir de 1956, il créé des modèles exclusifs pour la cité universitaire d'Antony, le foyer des jeunes travailleurs de Fontenay et Cachan, les universités de Strasbourg et Marseille, entre autres. L'artiste répond cependant à plusieurs commandes spéciales, du paquebot France à la cathédrale Bizerte en Tunisie, en passant par le siège social d'Esso à la Défense.
Il résiste en tout cas à l'appel du gain, puisque l'acteur Henry Fonda doit faire le siège de son atelier pour obtenir de Serge Mouille qu'il lui imagine une lampe ! Malgré tout, il expose ses luminaires au Salon des arts ménagers de 1961. L'année suivante, il y présente notamment les fameuses Colonnes, qui lui valent un nouveau succès. L'artiste reçoit pléthore de récompenses : diplôme d'honneur de l'Exposition internationale de Bruxelles en 1958, médaille de la Ville de Paris, etc.

Rééditions rarissimes

Ces prix ne suffisent pas à raviver le courage du créateur. Atteint de tuberculose, fatigué, il décide en 1964 d'arrêter la production - encore manuelle ! - de ses lampes, pour se consacrer à l'enseignement. Il dissout également la Société de création de modèles, qu'il avait créée trois ans plus tôt pour encourager les jeunes designers. Serge Mouille s'éteint en 1988.
Dix ans plus tard, sa veuve Gin Mouille décide de relancer la production des luminaires, qui ne sont plus réalisés à la main, sous le prétexte de limiter les contrefaçons. Seuls près de 600 objets, numérotés, sont ainsi produits chaque année. Serge Mouille a su dessiner des lampes universelles qui, cinquante ans plus tard, continuent de susciter des passions.
Exposition de luminaires Serge Mouille
Du 25 septembre au 31 octobre 2010
Espace electrorama PMMT
11 bd Saint-Germain
75005 PARIS‎
Pour découvrir quelques-uns des chefs-d'œuvre de Serge Mouille, cliquez sur suivant
Serge Mouille, lumière du design

Lampadaire 3 bras - 1952 - Serge Mouille, lumière du design

Mouille 3bras
Mouille 3bras © Ateliers Serge Mouille
Le Lampadaire 3 bras est le modèle créé en 1952 à la commande de Jacques Adnet. Il est fabriqué à la main donc chaque exemplaire est différent.
A l'origine, les deux bras latéraux étaient moins longs et pivotaient sur leur axe. Serge Mouille les fixe pour une disposition optimale, mais laisse la possibilité de pivoter les réflecteurs grâce aux rotules.
Lampadaire 3 bras - 1952 - Serge Mouille, lumière du design

Lampadaire simple - 1953 - Serge Mouille, lumière du design

Lampadaire simple - 1953 - Mouille lampadaire simple
Lampadaire simple - 1953 - Mouille lampadaire simple © Ateliers Serge Mouille
Il s'agit d'une version plus longiligne, presque épurée du lampadaire 3 bras. Ce modèle a été très largement diffusé et a rencontré un grand succès.
Lampadaire simple - 1953 - Serge Mouille, lumière du design

Lampe de table tripode - 1954

Mouille tripode
Mouille tripode © Ateliers Serge Mouille
La première lampe de table de Serge Mouille prend des allures d'insecte. Le réflecteur, baptisé Moule, est orientable grâce à une rotule.
Lampe de table tripode - 1954

Lampe Cocotte - 1957 - Serge Mouille, lumière du design

Mouille cocotte
Mouille cocotte © Ateliers Serge Mouille
Après la lampe Antony, créée en 1955 pour les chambres de la cité universitaire d'Antony, Serge Mouille propose cette autre lampe de bureau. Baptisée Cocotte, elle est imaginée pour les chambres d'un foyer de jeunes travailleurs de Fontenay. Pour l'occasion, on demande au designer un modèle bon marché.
Lampe Cocotte - 1957 - Serge Mouille, lumière du design

Lampe Saturne - 1957 - Serge Mouille, lumière du design

Mouille Saturne petit
Mouille Saturne petit © Ateliers Serge Mouille
Les Saturnes sont des lampes à poser. Ce modèle est présenté au Salon des arts ménagers de 1957.
Lampe Saturne - 1957 - Serge Mouille, lumière du design

Lampe Agrafée 2 rotules - 1958

Mouille Agrafée
Mouille Agrafée © electrorama PMMT
Deux rotules articules ce lampadaire : l'un à la base, l'autre au niveau du réflecteur. La gamme de luminaires Agrafée se décline également dans un modèle simple, avec une seule rotule.
Lampe Agrafée 2 rotules - 1958

Lampe Signal grise - 1962

Mouille Grand signal gris
Mouille Grand signal gris © Ateliers Serge Mouille
Inspiré par la création du néon, Serge Mouille lance les colonnes lumineuses Signal et Totem. Elles combinent la fluorescence et l'incandescence, pour une lumière crue, diffusée par des fentes. Elles sont présentées au Salon des arts ménagers de 1962.
Les lampes Signal existent en trois tailles (Petit, Grand et Très grand) et en deux couleurs (gris et noir).
Lampe Signal grise - 1962

Lampe Totem - 1962 - Serge Mouille, lumière du design

Mouille Totem
Mouille Totem © electrorama PMMT
Les lampes Totem sont présentées au Salon des arts ménagers par la Société de création des modèles, créée en 1961 par Serge Mouille. Ces luminaires ont une histoire cocace : ils ont été fabriqués par accident, par un empilement involontaire d'éléments !
La lampe Totem existe en Petit ou Grand modèle, et est décliné en couleurs. Elle est ici exposée dans la vitrine du magazine electrorama PMMT.
Lampe Totem - 1962 - Serge Mouille, lumière du design

Applique murale 3 bras

Mouille applique 3 bras
Mouille applique 3 bras © Ateliers Serge Mouille
Il s'agit d'une adaptation murale du lampadaire 3 bras, première oeuvre majeure de Serge Mouille.
Applique murale 3 bras

Plafonnier 7 bras - Serge Mouille, lumière du design

Mouille plafonnier 7 bras
Mouille plafonnier 7 bras © Ateliers Serge Mouille
Ce plafonnier est décliné en 3 modèles différents : à trois, cinq ou sept bras, tous articulés grâce à une rotule.
Plafonnier 7 bras - Serge Mouille, lumière du design
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic