L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Détecteurs de fumée : les réponses aux questions que tout le monde se pose

Par C. Chahi Bechkri
,
le 9 février 2015
Alors que les détecteurs de fumée vont très bientôt devenir obligatoires dans tous les logements, ils suscitent toujours autant de questions. Peut-on s'en passer si l'on possède déjà un détecteur de monoxyde ? Se déclenchent-ils si l'on fume dans le logement ? Vont-t-ils bien nous réveiller la nuit ? Réponses.
Les détecteurs se déclenchent de manière intempestive. Ils ne sonnent pas assez fort pour que les occupants du logement puissent l'entendre la nuit. Une fois installés, ils ne nécessitent aucun entretien. L'on entend tout un tas de choses au sujet des détecteurs de fumée : qu'en est-il réellement ? Avec l'aide de Gaëlle Alloin, directrice marketing Europe Kidde, Maison à part fait le point en répondant aux questions les plus fréquemment posées...
Et pour connaître tous les détails concernant le fonctionnement et la pose des DAFF, cliquez ici.
Détecteurs de fumée : les réponses aux questions que tout le monde se pose

Si je suis déjà équipé d'un détecteur de monoxyde de carbone, ai-je besoin d'installer un détecteur de fumée à la maison ?

Réponse ? Oui. Le détecteur autonome avertisseur de fumée, plus communément appelé DAAF, et le détecteur de monoxyde de carbone ne détectent pas la même chose, ils ont donc deux utilités différentes. Comme son nom l'indique, le premier est capable de repérer les premières fumées d'un départ de feu et d'en avertir les occupants du logement. Le deuxième, quant à lui, ne les prévient qu'en cas d'accumulation de monoxyde de carbone due, par exemple, au mauvais fonctionnement d'un appareil de chauffage : cheminée, poêle à bois, chaudière. "En cas de feu dans le logement, le détecteur de monoxyde de carbone va se déclencher, oui, mais bien trop tard pour pouvoir évacuer les lieux", indique Gaëlle Alloin, directrice marketing Europe Kidde. "Le détecteur de monoxyde ne remplace donc en aucun cas le détecteur de fumée, conclut-elle. Pour un logement parfaitement sécurisé, il est recommandé d'être équipé des deux mais la loi législation ne porte que sur les DAAF".
Pour rappel, en vertu de la loi n°2010-238, adoptée le 9 mars 2010 au Parlement, au plus tard le 8 mars 2015, tous les logements devront être équipés d'un détecteur de fumée.
A noter qu'un délai supplémentaire a été accordé jusqu'au 1er janvier 2016, à condition que les propriétaires aient signé, au 8 mars 2015, un contrat d'achat de détecteur. Plus d'informations sur cet amendement en cliquant ici.
Si je suis déjà équipé d'un détecteur de monoxyde de carbone, ai-je besoin d'installer un détecteur de fumée à la maison ?

Si j'installe un détecteur de fumée dans toutes les pièces de mon logement serais-je mieux protégé ?

Dans toutes les chambres oui, sans aucun doute ! Installer un détecteur de fumée par foyer est le minium réglementaire. Cependant, pour une protection vraiment efficace, les fabricants recommandent d'adapter le nombre de détecteurs en fonction de la superficie du logement. "Dans certaines maisons particulièrement grandes, un détecteur ne suffit pas", signale Gaëlle Alloin. "La règle veut que l'on en installe un par étage et un par tranche de 70 m2", poursuit-elle. Le mieux étant de les positionner au plafond, pour mieux capter les fumées qui vont avoir tendance à remonter, et le plus près possible des chambres de manière à ce que le détecteur puisse réveiller les occupants du logement dans leur sommeil.
En résumé : plus on installe de détecteurs et plus les risques sont limités. En installer un dans chaque chambre du foyer est donc une bonne idée, surtout en cas de présence d'enfants, pour mieux sécuriser le logement. En revanche, dans des pièces comme la salle de bains ou la cuisine, mieux vaut éviter car la vapeur, l'humidité ou la cuisson peuvent provoquer des alarmes intempestives.
Si j'installe un détecteur de fumée dans toutes les pièces de mon logement serais-je mieux protégé ?

Si je fume dans mon logement, mon détecteur de fumée va-t-il se déclencher ?

Non, pas du tout, à moins que tous les occupants du logement se mettent à fumer de gros cigares en même temps sans ouvrir les fenêtres !
Grâce à leur chambre optique, les détecteurs de fumée sont capables de reconnaître la fumée d'un incendie qui est particulièrement dense et concentrée. En principe, ils ne vont pas se déclencher lorsque l'on fume une cigarette et que l'on aère en même temps. Tout dépend donc du volume de fumée et de son épaisseur.
Si je fume dans mon logement, mon détecteur de fumée va-t-il se déclencher ?

Si mon détecteur se déclenche sans raison valable, arriverais-je à l'éteindre ?

Oui, bien sûr. Les DAAF sont munis d'un bouton pause. "C'est un peu comme la touche "Mute" de la télécommande de sa télévision", compare Gaëlle Alloin de chez Kidde. "A tout moment, l'on peut désactiver son DAAF, explique-t-elle. Si l'on prévoit de faire volontairement de la fumée, lors d'une soirée organisée à domicile par exemple, ou en cas de plat brûlé, on peut tout à fait couper momentanément l'appareil. Cela peut s'avérer extrêmement pratique, surtout dans les petits logements où le détecteur va peut-être se retrouver près de la cuisine ou de la salle de bains".
A noter qu'il se réarme automatiquement au bout de dix minutes, pratique, pour éviter les oublis de remise en route.
Si mon détecteur se déclenche sans raison valable, arriverais-je à l'éteindre ?

Si mon détecteur se déclenche lorsque je dors, vais-je l'entendre ?

Oui. Partant du constat que la plupart des incendies se déclenchent la nuit, les fabricants ont justement équipé les DAAF d'une alarme suffisamment forte pour pouvoir réveiller les occupants du logement dans leur sommeil. La marque NF impose un niveau sonore de 85 dB, ce qui correspond à un klaxon de voiture. "Après bien sûr, complète Gaëlle Alloin, encore faut-il, que le détecteur de fumée soit placé au bon endroit. Impossible d'entendre le détecteur s'il est placé au sous-sol de l'habitation !". Ce n'est pas pour rien que les fabricants recommandent de l'installer au plus près des chambres, voire même dans chaque chambre, comme nous l'avons vu précédemment, pour une protection maximale.
Si mon détecteur se déclenche lorsque je dors, vais-je l'entendre ?

Si la pile du détecteur tombe en panne, vais-je m'en rendre compte ?

Oui, car tous les appareils conformes à la marque NF émettent une alarme quand la pile approche de la fin de charge. "Les DAAF sont capables d'estimer la durée de vie des piles, en fonction de l'utilisation que l'on en fait", informe Gaëlle Alloin. Un bip va ainsi être émis toutes les trente secondes pendant trente jours avant la fin de la durée de vie des piles. "Cela laisse le temps aux gens d'acheter les piles", commente la directrice marketing de chez Kidde.
Par précaution, l'appareil ne se referme pas si aucune pile si aucune pile n'a été mise à l'intérieur. Une fois le boîtier mis sur le socle, l'on est donc certain que l'appareil fonctionne.
Si la pile du détecteur tombe en panne, vais-je m'en rendre compte ?

Si je n'ai pas de perceuse, puis-je coller ou scotcher mon détecteur au plafond ?

Techniquement, on peut le faire oui, mais ce n'est pas la méthode de pause préconisée par l'AFNOR. L'organisme recommande en effet une pause vissée. C'est pour cette raison d'ailleurs que tous les appareils portant la marque NF sont vendus avec des chevilles et des vis. Une méthode de pose préconisée surtout pour éviter les risques de chutes accidentelles des détecteurs. "Nous ne sommes pas capables de dire si les supports adhésifs résistent bien dans le temps", indique Gaëlle Alloin. "Aux Etats-Unis, plusieurs cas de détecteurs tombés sur la tête des utilisateurs ont d'ailleurs défrayé la chronique", rapporte-t-elle.
Si je n'ai pas de perceuse, puis-je coller ou scotcher mon détecteur au plafond ?

Si je trouve mon détecteur moche, puis-je le repeindre ?

Non en aucun cas car la peinture risque d'endommager la chambre optique qui détecte la fumée à l'intérieur du DAAF. "Les particules qu'elle contient sont volatiles et risquent de freiner le potentiel de détection de l'appareil. Mieux vaut donc s'abstenir", alerte Gaëlle Alloin tout en précisant que les modèles proposés sur le marché sont blancs et qu'ils peuvent donc parfaitement se fondre sur les murs d'une habitation.
Bon à savoir : lorsque l'on repeint la pièce dans laquelle le DAAF est installé, il faut penser à le retirer. L'on évite ainsi les coups de peinture sur l'appareil.
Si je trouve mon détecteur moche, puis-je le repeindre ?

Une fois que le détecteur est installé, dois-je l'entretenir ?

Oui. Il est très important d'entretenir son DAAF une fois installé. Afin que les particules de poussière n'obstruent pas la chambre optique, l'on préconise de passer un coup de chiffon doux légèrement humide ou d'aspirateur sur l'appareil.
Parallèlement, il est également recommandé de tester le DAAF au moins une fois par semaine. Les appareils sont équipés d'un bouton à cet effet. Il suffit d'appuyer dessus pour vérifier qu'ils fonctionnent bien.
Une fois que le détecteur est installé, dois-je l'entretenir ?

Si je ne suis pas équipé en temps et en heure, serais-je pénalisé par mon assureur ?

A priori non car la loi stipule seulement que les propriétaires doivent envoyer à leur assureur un certificat d'auto-déclaration attestant qu'il a bien acheté et installé un DAAF chez lui. Rien n'est précisé concernant d'éventuelles sanctions, le gouvernement laisse donc à la discrétion de l'assureur la possibilité de pénaliser ou non leurs assurés. "La loi se veut incitative et non punitive", indique notre interlocutrice. "On est d'ailleurs loin de éthylotest ou du gilet jaune dont on peut facilement vérifier la présence. Impossible en effet d'aller dans tous les logements pour vérifier la présence des DAAF".
A noter : un amendement à la loi Macron, adopté vendredi 6 février 2015, accorde un délai à l'installation de détecteur de fumée (DAAF) dans les logements à condition que les propriétaires aient signé au 8 mars, date à laquelle les détecteurs sont rendus obligatoires, un contrat d'achat de détecteur.
Si je ne suis pas équipé en temps et en heure, serais-je pénalisé par mon assureur ?
Nous vous recommandons

Quel que soit son âge, votre maison peut être rénovée au point de devenir un bâtiment basse consommation, ou BBC. Avec, pour objectif, une réduction de vos factures énergétiques, mais également un meilleur confort de vie dans une habitation bien tempérée.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic