L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Le chauffage au bois, responsable d'émissions polluantes nocives ?

Par Céline Chahi
,
le 10 janvier 2008
Feu bois - Fotolia
Feu bois - Fotolia © Monique Pouzet - Fotolia
La combustion du bois risque-t-elle en l'état actuel des choses d'engendrer des problèmes sanitaires ? Cette question a récemment été posée sur la place publique à la suite de la publication d'un rapport sur la combustion et la qualité de l'air. Les acteurs concernés ont saisi l'occasion pour rappeler que l'utilisation du bois comme mode de chauffage nécessite des précautions…
"Le bois, une énergie d'avenir pour les particuliers". C'est le message que s'évertue à faire passer l'ADEME depuis 2000. L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie tente en effet, par le biais de multiples campagnes de communication de promouvoir l'utilisation du bois comme solution de chauffage domestique et collectif. Le but semble avoir été atteint puisque les fabricants enregistrent une augmentation des ventes d'appareils de chauffage au bois. Il faut dire que, d'un point de vue environnemental, le bois présente le sacré avantage d'être neutre en terme de gaz à effet de serre. Seulement voilà : un rapport réalisé par l'Atmo Rhône-Alpes dont le contenu a été évoqué dans un reportage alarmiste du Journal Télévisé de 20 heures de TF1, vient semer le trouble dans l'opinion publique.

Altération de l'air intérieur et extérieur

Dans ce document, disponible gratuitement sur Internet, l'organisme chargé de la surveillance et de l'information sur la qualité de l'air en Rhône-Alpes s'interroge sur la combustion du bois qui, outre l'émission de CO2, résorbé par la végétation lors de la photosynthèse, s'accompagnerait d'émissions d'autres polluants…nocifs pour la santé. Des polluants qui, selon le rapport, pourrait altérer à la fois l'air de l'habitation et l'air extérieur.
"Le bois-énergie se développe aujourd'hui en France de manière importante et il convient de s'assurer que les émissions polluantes sont maîtrisées" nous indique Frédéric Bouvier, ingénieur au bureau de surveillance de la qualité de l'air dans la Région Grenobloise (ASCOPARG).
Concernant le chauffage collectif, le rapport fait référence à une étude réalisée en 2003 par le Centre Interprofessionnel Technique d'Etudes de la Pollution Atmosphérique (CITEPA) sur les émissions de polluants pour différents types de combustibles. Cette étude révèle que "le bois est globalement plus émetteur de Co, particules HAP, dioxines, la plupart des métaux lourds (hormis le mercure et le nickel) et dans une moindre mesure de Nox et de COVNM7 que le fioul lourd". Des données qui, comme le précise Frédéric Bouvier, ne sont pas communiquées pour effrayer : "Nous ne voulons pas être alarmants. Si nous avons fait le choix de communiquer toutes les informations, c'est uniquement pour aider les gens à choisir la meilleure solution de chauffage".

Le Québec sur ses gardes

Pour appuyer ses propos, Frédéric Bouvier évoque le bilan de l'application de la loi sur l'Air et l'Utilisation Rationnelle de l'Energie adressé par Philippe Richert, sénateur du Bas-Rhin et président du Conseil national de l'air, au Premier ministre en 2007. Le parlementaire conclut son paragraphe sur le chauffage au bois de la manière suivante : "il faut en tout cas que les pouvoirs publics se saisissent à bras-le-corps de ce problème, pour éviter qu'à l'horizon de dix ans le bois ne devienne dans notre pays l'un des principaux contributeurs aux émissions les plus toxiques".
D'autres éléments étayent le rapport de l'Atmo, comme par exemple des campagnes de communication lancées à l'étranger. On y apprend qu'au Canada, il est déconseillé aux particuliers de s'équiper d'une chaudière à bois. Un dépliant édité par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs alerte : "qu'elles proviennent d'un poêle à bois d'un foyer ou d'un feu de camp, les fumées qui s'en dégagent ne sont pas aussi inoffensives qu'on voudrait bien le croire".

Vers une maîtrise des émissions polluantes…

Ayant eu connaissance du rapport de l'Atmo, l'ADEME apporte, par la voix d'Erwan Autret, l'un de ses ingénieurs, quelques précisions : "certaines personnes sont en train d'opérer un amalgame : ce n'est pas parce qu'on constate la présence d'un polluant qu'il est forcément dangereux pour la santé. Il faut prendre en compte un certain nombre de paramètres comme, par exemple, la concentration et le degré d'exposition des personnes. L'ADEME a toujours travaillé dans le sens d'une réduction de ces émissions polluantes, notamment avec la mise en place du label Flamme Verte qui permet d'offrir des appareils chaque année plus performants".

La filière bois mobilisée

Un discours sensiblement identique chez Arbocentre, l'interprofession de la filière forêt-bois en région Centre, qui se dit consciente de la nécessité d'apporter des améliorations à un certain nombre d'appareils de chauffage. "Nous ne pouvons pas nier que le bois émet des particules fines, notamment avec des appareils anciens au rendement modeste" explique à Maison à Part Olivier Silberberg, responsable Bois-Energie au sein d'Arbocentre. Pour réduire les émissions, l'ADEME et l'association préconisent "un bois de qualité dans un appareil performant". A noter que le bois de chauffage en bûches dispose d'un marquage NF pouvant aider les consommateurs à limiter leur exposition aux contaminants. D'après Olivier Silberberg, les fabricants français de la filière bois travaillent actuellement sur la mise en place d'un filtre à particules sur chaque appareil, un modèle qui s'inspirerait de ceux déjà en place à l'étranger et sur les chaudières industrielles.
Parallèlement, l'ADEME indique avoir réalisé le 21 décembre dernier un appel à projets de recherche et développement dont l'objectif est de développer des technologies d'équipements de chauffage utilisant de la biomasse. Des mesures toutes directement destinées à maîtriser, dans un futur proche, les émissions polluantes de la combustion bois.
Le chauffage au bois, responsable d'émissions polluantes nocives ?
Nous vous recommandons

Transformée du sol au plafond, cette petite maison bretonne a complètement changé de visage. Modernisée, agrandie par deux extensions et entièrement repensée, elle affiche désormais un profil contemporain, où ses propriétaires profitent d'une vue dégagée sur la mer

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic