L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Les solutions de rénovation les plus performantes pour les copropriétés

le 16 mars 2011
radiateur
radiateur
L'étude "Energie et Avenir", s'interroge sur les travaux les plus performants pour réaliser des économies d'énergie dans les bâtiments collectifs chauffés collectivement. L'enveloppe attribuée pour ce genre de travaux oscillerait entre 3.000 et 17.000 euros.
La récente étude d'"Energie et Avenir"* indique que la rénovation des bâtiments collectifs chauffés collectivement peut obtenir de hauts niveaux de performance (BBC rénovation) notamment grâce à des bouquets de travaux portant sur la rénovation de la chaufferie et le traitement au moins partiel de l'enveloppe. Mieux, rien qu'avec la rénovation de chaufferie seule, le label "HPE rénovation" peut être décroché dans certains cas.
Ainsi, les immeubles collectifs chauffés au fioul ou au gaz, que ce soit un immeuble bourgeois, un immeuble barre et un habitat intermédiaire (1968-74) de la zone H1a (nord), arrivent à des niveaux autour de 150 kWh/m2 SHON/an, cependant, l'immeuble pastiche (1949-1974) "y fait exception en raison de sa faible surface hors oeuvre nette (SHON). Dans ce cas, il suffirait de compléter la rénovation de la chaufferie avec l'isolation de la toiture ou le remplacement des fenêtres", précise l'étude.
La meilleure configuration concernant le rapport investissement et performance reste les bouquets de travaux "chaufferie" et "chaufferie + toiture". L'étude souligne également que la mise en œuvre "3 travaux" (rénovation de la chaufferie avec une mise en place d'une chaudière à condensation, isolation des murs et remplacement des fenêtres avec ou sans VMC hygroréglable B selon les possibilités techniques) suffit pour décrocher le label "BBC rénovation" pour la majorité des typologies et des zones climatiques. Quant à l'investissement dédié à ces travaux, il peut être de moins de 6.000 euros par logement pour le niveau HPE et pour moins de 18.000 euros pour le "BBC rénovation".

Bâtiment chauffé par un réseau de chaleur urbain

L'étude s'attarde aussi sur la rénovation énergétique d'un immeuble collectif disposant d'une sous-station d'un réseau de chaleur. Ici, la rénovation de la sous-station (calorifugeage + régulation/ programmation) et l'isolation de la toiture permettent de gravir le niveau "HPE rénovation". En outre, quelle que soit la typologie d'immeuble, le bouquet de 3 travaux "RCU (réseau de chaleur urbain) + murs + fenêtres" permet de parvenir au niveau «BBC rénovation" en zone H1a. Si les investissements peuvent varier en fonction des zones climatiques, l'étude confirme que "quelles que soient les zones climatiques et la typologie, le 'HPE rénovation' peut être atteint pour moins de 3.000 euros et le 'BBC rénovation' pour moins de 17 000 euros ".
Au final, après avoir étudié le marché de la rénovation énergétique en bâtiment collectif et en maison individuelle, "Energie et Avenir" conclut que l'atteinte des labels demeure plus coûteuse pour les maisons individuelles, soit à partir de 11.000 euros pour le HPE et à partir de 30.000 euros pour le BBC.
* Energies et Avenir regroupe l'ensemble des professions de la filière du chauffage à eau chaude : fournisseurs d'énergies, organisations professionnelles du bâtiment, de l'exploitation maintenance et entretien, ainsi que les fabricants et distributeurs d'équipement.
Les solutions de rénovation les plus performantes pour les copropriétés
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic