L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Nouvelle contestation des compteurs électriques intelligents Linky

le 2 décembre 2010
Linky
Linky © Linky, le compteur électrique communicant - ERDF
Un décret du 2 septembre 2010 a précisé le calendrier de déploiement des nouveaux compteurs intelligents Linky, qui sera décidé à la fin de la phase d'expérimentation. L'association de consommateurs CLCV s'oppose à ce dernier, estimant qu'en l'état, trop de questions et d'incertitudes demeurent.
Sur le fond, tout progrès est bon à prendre. Mais pour l'association de consommateurs CLCV, concernant les nouveaux compteurs d'électricité intelligents, baptisés "Linky", "on est loin du compte quant aux objectifs affichés", explique-t-elle dans un communiqué ce mercredi, s'inscrivant dans la continuité des critiques entendues dernièrement.
Pour se mettre en conformité avec une directive européenne - prévoyant leur installation sur le réseau d'ici à 2020 chez au moins 80% des usagers - un décret du 2 septembre dernier, rend "obligatoire leur mise en place en France et établit un calendrier" précise l'association - le Gouvernement parle lui de "décret 'organisationnel' qui ne décide pas à ce stade de la généralisation du remplacement des compteurs existants". "Sur le fond on ne peut qu'adhérer", déclare la CLCV, mais là où le bât blesse, ce sont les conditions de ce déploiement d'ici à 2020 : de nombreuses questions demeurent, qui poussent l'association à s'opposer en l'état au développement de Linky.
Un gain de productivité pour le gestionnaire mais un surcoût pour les usagers
Des compteurs disposés à l'extérieur des logements - "ce qui ne permettra pas aux consommateurs d'être informés de leur consommation" ; le problème de la lisibilité et de la comparabilité des tarifs, face à "la possibilité technique d'avoir jusqu'à sept tarifications différentes de fourniture et quatre tarifications relatives au gestionnaire de réseau" ; la multiplication des offres concurrentes ; et,surtout, la question de la prise en charge du financement du coût* de ce type d'appareils.... Pour la CLCV, "il est inacceptable que le consommateur supporte le coût financier de compteurs qu'ils n'ont pas demandés, qui ne répondent pas à leur information, dont la fiabilité technique n'est pas certaine et dont le principal atout est de permettre la réalisation de gains de productivité substantiels pour le gestionnaire de réseau et de nouveaux services pour les opérateurs".

Demande d'une évaluation tant technique que financière

Le gain de productivité pour les gestionnaires de réseau de distribution - ERDF - lié à l'installation de ces appareils doit profiter aux usagers, défend-elle. Et de demander : une évaluation précise tant sur les coûts, que sur l'efficacité technique des compteurs - notamment, pour avoir "l'assurance qu'ils puissent informer facilement les consommateurs, leur permettre à court terme de piloter leur consommation, et qu'ils soient techniquement compatibles avec le développement à venir de la production décentralisée d'ENR, avant tout déploiement" - et la mise en place de garanties de protection des données personnelles.
Après les dysfonctionnements constatés lors des tests grandeur nature en région et la multiplication des critiques, contestations et doutes soulevés, l'avenir de Linky semble pour l'instant bien sombre... A noter que le Ministère du développement durable, alors en charge de ce dossier, a prorogé fin septembre le délai d'expérimentation technique sur le terrain de trois mois, jusqu'au 31 mars 2011.
*Selon ERDF, le coût par usager serait compris entre 120 € à 240 €. Il pourra être supporté par ce dernier à raison de 1 à 2€ par mois pendant dix ans.
Nouvelle contestation des compteurs électriques intelligents Linky
Nous vous recommandons

Pour les maisons qui ont la chance d'être implantées dans un joli cadre, la transparence est un choix pertinent.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic