L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Des roseaux géants oscillent dans le vent pour produire de l'électricité

Par G.N.
,
le 27 mai 2015
Le concept Windstalk, développé par le studio de design new-yorkais Atelier DNA, est une alternative aux éoliennes classiques à rotors mobiles. Il repose sur l'exploitation des mouvements de tiges géantes oscillant dans le vent afin de produire une électricité verte. Découverte.
Les éoliennes sont souvent décriées pour leur impact visuel ou sonore. Les hélices en mouvement, qu'elles soient verticales ou horizontales, génèrent des vibrations et des fronts d'ondes potentiellement gênants. Afin de répondre à la demande d'électricité renouvelable, des designers américains ont imaginé un tout autre dispositif, qui semble inspiré des plantes aquatiques comme les roseaux, joncs et massettes. D'immenses poteaux flexibles oscillent dans le vent, générant au passage un courant électrique, en même temps qu'une impression bucolique.
Techniquement, le concept "Windstalk" (littéralement "tige de vent") repose sur des mâts de fibres de carbone renforcés, à l'image de ceux des voiliers de compétition, mais dans des proportions beaucoup plus élancées : 55 mètres de haut mais seulement 30 centimètres de diamètre à la base. Ils s'effilent même pour n'atteindre que 5 centimètres au sommet où se trouve un luminaire LED, qui fonctionne la nuit, et dont l'intensité d'illumination dépend de la production d'énergie. Le profil circulaire de ces mâts devrait être optimisé afin de maximiser les mouvements.

De la haute technologie

Windstalk
Windstalk © Atelier DNA
 Au cœur de ces vibrisses géantes, se trouvent des disques de céramique polarisée électriquement qui génèrent de l'électricité lorsqu'ils sont soumis à des contraintes mécaniques. Le moindre mouvement, en compression ou en extension, de la tige géante entraîne donc une production piézoélectrique recueillie par des électrodes qui acheminent ensuite le courant dans un câble jusqu'à la base. Cette dernière permet l'ancrage du système grâce à un socle de béton de 10 à 20 mètres de diamètre.
Afin d'assurer une production continue, le pied des roseaux de carbone contient également un générateur de couple qui fait passer un liquide dans un réseau de cylindres à plusieurs niveaux grâce à des pompes. Lorsque le vent s'arrête et que le balancement des mâts s'atténue, l'eau redescend et génère à son tour de l'électricité.

Seulement un concept ?

Le projet "Windstalk", initié en 2010, a reçu le 2e prix du "Land Art Generator Initiative" et a été proposé pour équiper la ville écologique modèle de Masdar, aux Emirats Arabes Unis. Pas moins de 1.200 joncs pourraient être implantés dans un terrain coincé entre des axes de circulation où ils constitueraient une toison originale et durable. Cependant, depuis plusieurs années, le projet semble prendre du retard, tout comme l'érection de la ville verte émiratie, qui ne devrait surgir du sable qu'en 2020. Selon les concepteurs des mâts oscillants, la capacité de production serait comparable à celle des turbines traditionnelles, sans pour autant avancer de puissance précise. De même, le coût de développement et de production des roseaux en carbone-résine n'est pas avancé mais promet d'être élevé.
Découvrez le concept "Windstalk" en images dans les pages suivantes.
Des roseaux géants oscillent dans le vent pour produire de l'électricité

A Masdar, aux Emirats Arabes Unis...

A Masdar, aux Emirats Arabes Unis... - Windstalk
A Masdar, aux Emirats Arabes Unis... - Windstalk © Atelier DNA
Le désert pourrait se hérisser de poils géants afin de produire de l'électricité verte qui sera consommée à Masdar, vitrine émiratie du développement durable.
A Masdar, aux Emirats Arabes Unis...

La nuit, les roseaux géants continuent d'onduler dans le vent...

La nuit, les roseaux géants continuent d'onduler dans le vent... - Windstalk
La nuit, les roseaux géants continuent d'onduler dans le vent... - Windstalk © Atelier DNA
La nuit, les roseaux géants continuent d'onduler dans le vent et produisent de l'électricité qui est "matérialisée" par le scintillement de luminaires LEDs à leur sommet. L'intérêt est autant esthétique que sécuritaire (pour les aéronefs), puisque la hauteur de ces vibrisses atteint tout de même les 55 mètres, équivalent à un immeuble de 18 étages...
La nuit, les roseaux géants continuent d'onduler dans le vent...
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic