L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Eau : les villes françaises qui gaspillent le plus

le 9 novembre 2009
eau pretexte
eau pretexte © fotolia
Selon un palmarès réalisé par nos confrères du Journal du Dimanche publié le 8 novembre, Nîmes est la ville française qui enregistre le plus de pertes d'eau dues à la vétusté de ses réseaux, tandis que Paris fait figure de bon élève.
"Calamiteux" : c'est l'état des réseaux d'eau potable français selon le Journal du dimanche (JDD) daté du 8 novembre, qui dresse, à la suite d'une enquête appronfondie sur les rapports annuels sur les prix et la qualité de l'eau des 57 plus grandes villes françaises, le classement des "villes qui gaspillent l'eau".

41% de perte à Nîmes

La ville gardoise Nîmes obtient la palme du gaspillage, puisque, selon le JDD, "seuls 6 litres sur 10 parviennent aux consommateurs de la ville", soit 41% de perte. A Avignon, deuxième sur la liste, les réseaux affichent 35,5% de taux perte. A l'autre bout du tableau, le "bon élève", c'est Paris. Un rendement "maximal : 96,5% de l'eau injectée dans les conduites est consommée par les habitants de la capitale", explique le JDD. L'explication ? "L'œuvre du préfet Haussmann, qui a développé les galeries souterraines de la capitale au XIXe siècle", qui donnent accès aux "1800 kms de canalisations à pied", permettant le repérage rapide de la moindre fuite.
Une facture de 2 milliards d'euros pour le contribuable français
Le JDD, s'appuyant également sur une étude récente du ministère de l'Ecologie, précise qu'à l'échelle nationale, "un litre sur 4 disparaît dans une fuite ou une rupture de canalisation" : un scandale "écologique" et "économique", le JDD évaluant la facture pour les Français à 2 milliards d'euros.
Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'écologie, répondant à l'hebdomadaire, précise que le gouvernement va réagir en fixant notamment la réduction des pertes à 15%. Précisant qu'"au rythme actuel des investissements, il faudrait un siècle et demi pour remplacer les canalisations", elle a indiqué que "les gaspillages doivent cesser". Cet "effort réaliste" permettrait "d'économiser 600 millions de mètres cubes d'eau chaque année". Un chantier qu'elle évalue, déclare-t-elle dans cet entretien, à 1,5 milliard d'euros. Réparations des fuites, mais aussi création de réseaux d'assainissement et renforcement de l'existant seraient la priorité des travaux à engager.
Le classement du gaspillage de l'eau, établi par le JDD (édition du 8 novembre)
Le % présenté est celui du taux de perte.
Nîmes : 41
Avignon : 35,5
Rouen : 31,71
Amiens: 29,73
Toulon: 26,7
Mulhouse : 26
Le Havre : 25,84
Nice : 24
Strasbourg : 23,9
Pau : 23
Metz : 21,8
Bordeaux : 21,62
Dijon : 20,7
Calais : 20,3
Nancy : 20
Antibes : 19,98
Montpellier : 19,77
Brest : 19,6
Grenoble : 17,81
Clermont-Ferrand : 17,8
Tourcoing, Roubaix, Lille : 17,1
Poitiers : 17
Saint-Maur-des-Fossés : 16,89
Marseille : 16,5
Le Mans : 16,11
Angers : 15,7
Nantes : 15,6
Aix-en-Provence : 15
La Rochelle : 14,59
Besançon : 14,4
Orléans : 13,93
Rueil-Malmaison, Colombes, Asnières-sur-Seine, Courbevoie, Nanterre : 13,4
Saint-Étienne 13,1
Lyon, Villeurbanne, Boulogne-Billancourt, Argenteuil, Montreuil, Saint-Denis, Versailles, Vitry-sur-Seine : 12
Limoges : 11,72
Aulnay-sous-Bois, Reims, Tours : 10
Rennes : 5
Paris : 3,53.
L'enquête complète, réalisée par Nicolas Prissette (avec Nolwenn Le Blevennec) est accessible en ligne sur le site Jdd.fr
Eau : les villes françaises qui gaspillent le plus
Nous vous recommandons

Habilement transformé, cet ancien couvent où le charme et l'élégance des vieilles pierres se marient parfaitement au confort moderne.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic