L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Avant/Après : une maison lumineuse au charme indus'

Par V.M
,
le 5 février 2018
Au rez-de-chaussée de cette maison nantaise, de petites pièces sombres et étriquées ont cédé leur place à de grands espaces lumineux et colorés, aux inspirations indus'. Reportage.
A Nantes, cette maison de centre-ville de 130 m2 cachait un fort potentiel. "C'était une bâtisse ancienne laissée dans son jus. Elle avait été rénovée un peu avant notre intervention, mais c'était du bricolage", explique Pauline Giard, architecte en charge du chantier.
Avant travaux, le rez-de-chaussée était organisé en de nombreuses pièces et comportait un immense couloir sombre et étroit, le tout réparti sur une surface de 70 m2 qu'il a fallu totalement optimiser. Et pour cette rénovation, le cahier des charges était clair et concis : de grands espaces chaleureux et lumineux.

Une maison indus', lumineuse et colorée

Résultat, le rez-de-chaussée est marqué par une grande pièce de vie réunissant salle à manger et salon. Le tout plongé en pleine lumière grâce à une grande baie vitrée donnant sur le jardin. Un bel escalier en bois a été dépoussiéré et vient marquer l'espace avec sa structure bleu azur. Une chambre quelconque a été transformée en une suite parentale agrémentée d'une petite salle de bains, elle aussi en notes bleu azur.
Côté déco, comme partout dans la maison, ce bleu azur, le mobilier vintage et des verrières à l'état brut, apportent une note à la fois ensoleillée et indus'. "C'était un choix des clients d'avoir des matériaux bruts. Les verrières ont d'ailleurs été réalisées par le père du client", détaille Pauline Giard. Finis les couloirs sombres et les petites pièces étriquées, place aux grands espaces indus' et lumineux. Maison à part vous fait la visite en images.
Maître d'œuvre : Pauline Giard
Lieu : Nantes
Surface : Un rez-de-chaussée de 70 m2
Durée des travaux : 4 mois/2017
Prix : 55.000 € sans les honoraires d'architecte et bureau d'étude
Avant/Après : une maison lumineuse au charme indus'

Une façade à l'ancienne un peu décrépie

La vigne vierge était mal entretenue
La vigne vierge était mal entretenue © Pauline Giard
Avant travaux, la façade avait une apparence vieillotte, avec son enduit sale et abîmé et sa vigne vierge mal entretenue.
Une façade à l'ancienne un peu décrépie

Une façade ouverte et lumineuse

La façade a été recouverte d'un enduit à la chaux
La façade a été recouverte d'un enduit à la chaux © Pauline Giard
Une porte fenêtre et une baie-vitrée forment une grande ouverture. Elles apportent de la lumière naturelle dans la pièce de vie au rez-de-chaussée, tout en créant une communication avec le jardin.
"Nous avons également procédé à un ravalement complet de la façade en retirant la vigne vierge et en mettant un enduit à la chaux taloché à l'ancienne"
, explique Pauline Giard. L'ouverture en façade a nécessité de gros travaux puisque le mur était porteur. Une poutre métallique a donc dû être ajoutée en soutien.
Une façade ouverte et lumineuse

Un couloir sombre et étroit

Un grand couloir sombre marquait cette maison
Un grand couloir sombre marquait cette maison © Pauline Giard
La porte rouge donnait sur le jardin. Elle était coincée dans un petit couloir sombre et étroit, marqué par la présence un peu écrasante de l'escalier.
Un couloir sombre et étroit

Une cloison abattue pour un grand espace lumineux

Le tracé du couloir a été conservé
Le tracé du couloir a été conservé © Pauline Giard
La cloison en brique sur la gauche a été démolie. Les deux parquets perpendiculaires ont été conservés, ainsi que les vestiges des anciennes cloisons au sol. Les carrelages gris anthracite rappellent d'ailleurs le tracé de l'ancien couloir. "A l'origine, on entrait dans le salon par le couloir. Maintenant, l'entrée se fait directement dans la pièce à vivre", raconte Pauline Giard. Un espace de vie spacieux, lumineux et accueillant, marqué par des teintes bleu azur disséminées un peu partout, sur les murs et de vieux meubles indus'.
Une cloison abattue pour un grand espace lumineux

Une porte d'entrée elle aussi dans un couloir sombre et étriqué

Le couloir traversait tout le rez-de-chaussée
Le couloir traversait tout le rez-de-chaussée © Pauline Giard
Même constat pour la porte d'entrée côté rue. L'entrée se faisait par ce même couloir étroit, dépourvu de lumière naturelle.
Une porte d'entrée elle aussi dans un couloir sombre et étriqué

Une entrée côté rue, sur la même pièce à vivre

La pièce réunie salon et salle à manger
La pièce réunie salon et salle à manger © Pauline Giard
Comme la porte du jardin, désormais l'entrée donne directement sur la pièce à vivre, mais côté salle à manger. Les cloisons ont été abattues pour créer un seul et même grand espace et ici encore des travaux de renforcement ont été nécessaires en ajoutant une poutre métallique. Pour une meilleure intégration, cette dernière a été coffrée et peinte en blanc.
Une entrée côté rue, sur la même pièce à vivre

Une entrée ouverte mais cloisonnée

La verrière n'a pas été thermolaquée
La verrière n'a pas été thermolaquée © Pauline Giard
"Nous avons tout de même souhaité conserver une petite entrée. Donc nous avons installé une verrière et un meuble pour marquer une séparation. La verrière est idéale, car elle cloisonne les espaces en les ouvrant (lien)", détaille Pauline Giard.
Au-dessus du vieux meuble bleu azur, la verrière n'a pas été thermolaquée, pour conserver son aspect brut et accentuer le rendu indus'.
Une entrée ouverte mais cloisonnée

Un escalier ancien au fort potentiel

L'escalier était un peu vieillot
L'escalier était un peu vieillot © Pauline Giard
Un peu décrépit, peinture rouge dépassée, sombre... à première vue cet escalier faisait un peu vieillot. Mais sa structure en colimaçon et sa rampe vintage dévoilaient un fort potentiel.
Un escalier ancien au fort potentiel

Un escalier dépoussiéré et mis en lumière par une verrière

Dans l'escalier aussi le bleu azur est présent
Dans l'escalier aussi le bleu azur est présent © Pauline Giard
"L'escalier a nécessité beaucoup de travail. Il s'appuyait sur l'ancienne cloison en brique qui a été démolie. Nous avons donc dû le renforcer pour qu'il soit autoporteur. Une pièce de bois a été ajoutée sur sa partie gauche, puis il a été raccroché au plancher à l'étage et à la façade côté jardin", explique Pauline Giard.
Les marches et la main-courante ont été vitrifiées. Le tout a été poncé et recouvert du même bleu azur qui parcourt le rez-de-chaussée.
Un escalier dépoussiéré et mis en lumière par une verrière

Une verrière qui illumine les pas

La verrière en trapèze suit l'escalier
La verrière en trapèze suit l'escalier © Pauline Giard
Pour éviter les mauvaises chutes, mieux vaut avoir des escaliers lumineux ! Ici, une verrière donnant sur la cuisine laisse entrer encore un peu plus de lumière naturelle. Sa structure en trapèze suit le mouvement des escaliers et a, ici aussi, été laissée à l'état brut.
Une verrière qui illumine les pas

Une chambre parentale quelconque

La chambre n'avait pas vraiment d'atouts
La chambre n'avait pas vraiment d'atouts © Pauline Giard
La chambre donnait sur le couloir. Si elle n'avait rien d'insalubre, elle n'avait pas non plus beaucoup d'atouts à faire valoir.
Une chambre parentale quelconque

Une chambre transformée en suite parentale

La verrière embarque du verre occultant
La verrière embarque du verre occultant © Pauline Giard
"Nous avons ajouté un grand dressing et une cloison surmontée d'une verrière avec un verre occultant. Elle vient séparer l'espace chambre de la salle de bains, sans pour autant bloquer la lumière", détaille Pauline Giard.
Une chambre transformée en suite parentale

Une petite salle de bains bleu azur

Le bleu s'invite jusque dans la salle de bains
Le bleu s'invite jusque dans la salle de bains © Pauline Giard
Une petite salle de bains a été créée. Au sol, le choix s'est porté sur du carrelage 60 x 60 gris anthracite. Et là encore, le bleu s'invite sur le mobilier, mais aussi en petites notes dans la douche, pour rester dans le thème ! Enfin, un faux plafond accueille les luminaires Leds et la VMC.
Une petite salle de bains bleu azur

Des travaux qui s'arrêtent à l'étage

Ici, un coup de peinture et un ponçage ont suffi
Ici, un coup de peinture et un ponçage ont suffi © Pauline Giard
"Cet espace sert de dégagement. Ici, nous nous sommes contentés de rafraîchir un peu en passant un coup de peinture et en ponçant les parquets", conclue Pauline Giard.
Des travaux qui s'arrêtent à l'étage
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic