L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Par Amelie Pierquin
,
le 12 mai 2014
A l'occasion de l'agrandissement de la gamme du fameux canapé Ploum, Maison à Part a tenté de lever le mystère qui entoure les frères Bouroullec. Erwan Bouroullec constitue avec son frère Ronan, l'un des duos les plus reconnus du monde du design. Il nous dévoile sa vision du métier, ses créations, ses inspirations... Un entretien en aparté.
Maison à Part : Quel est votre premier souvenir de création ?
Erwan Bouroullec : J'ai appris à dessiner à cinq ans avec une femme dans une école de dessin. Tous mes souvenirs sont avec elle. Elle me faisait faire plein de choses : je déchirais du papier, je faisais des peintures avec des pots de yaourt, des croquis de nus... Mes premiers souvenirs sont incarnés par cette personne : Anne-Marie Lucas.
MAP : Quelle est la rencontre ou le souvenir qui a fait de vous le designer que vous êtes ?
E.B : Ce sont sans doute mes rencontres avec de nombreux chefs d'entreprises. Dans le monde du meuble, ils ont l'avantage de ne pas être des énarques, ce sont souvent des personnes qui ont construit ce qu'elles sont et pour beaucoup, elles sont assez incroyables.
Le premier, avant tous les autres à avoir cru en nous, c'est Giulio Capellini. Ensuite, il a eu Michel Roset bien sûr, avec lequel j'ai travaillé. Rolf Fehlbaum, qui dirige Vitra m'a également beaucoup aidé ainsi qu'Eugenio Perazza.
Ce sont sans doute les plus belles rencontres de ma vie... après ma femme, bien sûr (rires).
Ce sont des personnes qui nous ont donné des opportunités de projets mais aussi une certaine ouverture d'esprit. Ces hommes ont aimé la naïveté qui se dégageait de nous lorsque nous avons débuté, tout en respectant la nature de notre travail.
Je dois beaucoup à tous ces hommes.
MAP : Sur quels critères choisissez-vous les éditeurs pour qui vous travaillez ?
EB : Ce que j'aime chez les éditeurs comme ligne Roset par exemple, c'est leur grande capacité de distribution. Cela nous permet de faire des projets qui sont plus accessibles. On recherche toujours le côté grand public, même si cette question est assez complexe.
Il faut trouver le juste milieu entre l'hyper grand public qui ne nous permet pas de voir et gérer les méthodes de production, et les trop petits éditeurs qui n'ont pas la visibilité nécessaire à nos envies.
Nous n'avons jamais eu l'occasion de travailler avec un hyper fabricant. Il est difficile de dire si on le ferait ou non. Le problème aujourd'hui c'est que notre société pousse toujours vers plus de production à moindre coût, parfois à la limite du raisonnable.

MAP : Quelle rencontre auriez-vous aimé faire ?

E.B : J'aurais aimé connaître des écrivains. Le design est une pratique un peu pauvre, dans le sens où un objet est fait de peu de choses. Je lis beaucoup et j'aime la complexité d'un livre. C'est pourquoi j'aimerais notamment rencontrer le romancier Henry Bauchau.
MAP : Quelle serait pour vous la définition de votre métier ?
E.B : Pour moi, le design c'est avant tout une obsession. C'est le domaine dans lequel je me sens à l'aise, c'est ce qui me donne envie de créer, de faire des choses. D'une manière plus générale, je pense que le designer est celui qui comprend le fabriquant et l'utilisateur. Il est un peu amoureux de ces deux personnes à la fois, et ce, malgré leurs différences.
MAP : Quel métier auriez-vous aimé faire si vous n'aviez pas été designer ?
E.B : J'aurais adoré être un scientifique. Mais pas n'importe quel scientifique, un astrophysicien par exemple. Je suis très impressionné par les scientifiques spécialisés dans un domaine ultra pointu.
D'un autre côté, j'aurais rêvé d'être comique, je pense que je n'ai pas choisi le bon métier (rires). Malgré des blagues qui tombent souvent à plat, je trouve que l'idée même de vouloir faire rire les gens est déjà une initiative louable.
MAP : De quelle création êtes-vous le plus fier ?
E.B : J'aime beaucoup la Slow Chair que nous avons créée pour Vitra. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi celle-ci plus qu'une autre, c'est un sentiment. J'aime cette chaise qui est très légère, très belle, épurée.
MAP : Quel est votre projet le plus fou ?
E.B : Les Algues ont vraiment ouvert un domaine très étrange et un tout petit peu dangereux. C'est un peu comme si l'on avait créé un pot de peinture... on ne sait pas ce que les gens vont peindre avec, et par moment le résultat peut être d'assez mauvais goût...
Conceptuellement, c'est sans doute l'un des projets les plus fous, même si je ne pense pas que mon frère et moi fassions vraiment des projets fous en règle générale.

MAP : Quelle est votre création idéale ?

E.B : J'aime beaucoup créer pour mes enfants. J'ai fait un lit pour ma fille. Créer soi-même c'est super, j'y ai mis beaucoup de cœur et elle le gardera toute sa vie. Ce n'est pas nécessairement un bon lit, mais c'est une création que j'ai faite pour elle et c'est ce qui le rend génial.
MAP : Si une de vos création pouvait parler qu'aimeriez-vous qu'elle vous dise ?
E.B : J'aimerais bien qu'elle dise "je n'ai pas grand-chose à dire", que son utilité et sa beauté parlent d'elles-mêmes.
A noter : De nouvelles déclinaisons du fameux canapé Ploum, bestseller des Frères Bouroullec, ont été présentées à Paris, lors de l'ouverture de la nouvelle boutique Ligne Roset.
Découvrez en pages suivantes, quelques réalisations emblématiques...
Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Lit Clos - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Ronan et Erwan Bouroullec
Ronan et Erwan Bouroullec © Morgane Le Gall
Ce lit a été réalisé en 2002 par les Bouroullec pour Capellini. Il est constitué d'un piétement fait de deux tréteaux et d'une cabine grillagée à porte coulissante en bois laqué et vitre plastique.
Édition limitée à 8 exemplaires.
Lit Clos - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Slow Chair - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Erwan et Ronan Bouroullec
Erwan et Ronan Bouroullec © Paul Tahon and R & E Bouroullec
Fauteuil dessiné en 2006 par les frères Bouroullec. Il présente la particularité d'être malgré ses dimensions imposantes, extrêmement léger.
Slow Chair - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Vegetal Chair - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Vegetal Chair - Erwan et Ronan Bouroullec
Vegetal Chair - Erwan et Ronan Bouroullec © Erwan et Ronan Bouroullec
La "Végétal chair", en polyamide teinté, a été conçu pour Vitra en 2008.
Vegetal Chair - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Collection Diapositive - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Collection Diapositive
Collection Diapositive © Studio Bouroullec
La collection "Diapositive" (2014) est la première collaboration des frères Bouroullec avec Glas Italia. Elle est constituée de meubles en verre thermo-soudés colorés sur lesquels ils ajoutent des éléments de bois.
Collection Diapositive - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Ploum - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Canapé Ploum
Canapé Ploum © Ligne Roset
La collection de canapé Ploum est l'un des bestsellers des deux frères. En 2014, ils élargissent la gamme en proposant des canapé de tailles différentes et un nouveau tissu, plus souple.
Ploum - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Tuiles textiles : les Clouds

clouds 1
clouds 1 © Paul Nahon and R. & E. Bouroullec
Les Clouds permettent de créer d'étonnantes parois textiles colorées et ludiques. Modulables à l'infini, elles permettent de renouveler son intérieur au gré de ses envies...
Clouds, design R. et E. Bouroullec - Kvadrat
Pour en savoir plus retrouvez notre article : Des "tuiles" textiles pour habiller son intérieur
Tuiles textiles : les Clouds

Les algues - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"

Les algues - Ronan et Erwan Bouroullec
Les algues - Ronan et Erwan Bouroullec © Paul Tahon
Conçues en 2004, les Algues, éditées par Vitra, font à la fois office d'élément de décoration et de séparation.
Les algues - Erwan Bouroullec en aparté : "le design, une obsession"
Nous vous recommandons

Pour sublimer leur résidence et profiter des beaux jours, des propriétaires décident de réaliser une généreuse piscine sur leur parcelle.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic