L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Assurer son crédit hors banque, un parcours du combattant

Par Leslie Cottenceau-Mathurin
,
le 18 février 2010
credit immobilier
credit immobilier © MAP
Souscrire une assurance hors banque lors d'un emprunt immobilier reste très compliqué, selon l'étude publiée par le cabinet d'expertise Bao, qui pointe du doigt le quasi-monopole des banques. Résultats chiffrés.
"Un tiers seulement des jeunes emprunteurs souscrit actuellement son assurance hors banque. Ils pourraient être le double avec une information suffisante et une réelle liberté de choix", commente le cabinet d'assurance-emprunteur, Bao, qui publie une étude réalisée en décembre dernier, sur un panel de 290 emprunteurs de moins de 40 ans.

Jusqu'à 10.000 euros d'écart

Habitués à négocier le taux de leur crédit, les emprunteurs s'investissent beaucoup moins lorsqu'il s'agit de comparer les offres d'assurance. Un tort, selon Bao qui assure dans son communiqué de presse qu'à garanties équivalentes, ces clients pourraient réaliser jusqu'à 10.000 euros d'économies sur la durée de leur prêt.
Pour endiguer ce phénomène, une fiche standardisée d'informations obligatoires a été mise en place, depuis juillet dernier. Mais, dans les faits, deux problèmes subsistent : d'une part, cette feuille est souvent remise trop tard par le banquier et, de l'autre, ce dernier n'est pas contraint d'y préciser ses exigences. Au moment de la signature du prêt, la banque peut donc contester le choix de son client.

Une solution : la libéralisation

Dans le cadre de la réforme du crédit à la consommation, la ministre de l'Economie Christine Lagarde a annoncé un projet de loi qui doit bientôt être examiné par l'Assemblée nationale. L'objectif ? Ouvrir le marché des contrats assurance-emprunteurs, de cinq milliards d'euros de primes annuelles, aux grands assureurs de particuliers comme la MAIF, la MAAF ou encore la MACIF.
La nouvelle législation devrait avoir plusieurs atouts, comme d'apporter une meilleure information aux emprunteurs, notamment sur leurs garanties incluses dans le contrat d'assurance auquel ils souscrivent, et des tarifs plus compétitifs. En attendant, la vigilance reste de mise. La commission des affaires économiques a proposé plusieurs amendements offrant la possibilité de renoncer ou de changer annuellement d'assurance, pour accroître la liberté des emprunteurs. Elle a également repris la position de l'Autorité de la concurrence qui suggère de compléter les propositions législatives initiales auprès des banques en leur interdisant, notamment, de proposer un taux d'emprunt moins intéressant, si l'assurance choisie est hors banque et de motiver par écrit tout refus d'un contrat émanant d'un problème d'équivalences de garanties.
Assurer son crédit hors banque, un parcours du combattant
Nous vous recommandons

Visite en images de cette étonnante demeure qui jongle entre tradition et modernité, opacité et transparence, formes compactes et volumes généreux.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic