L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

La Fnaim annonce une baisse des prix de l'immobilier

Par L.P.
,
le 4 octobre 2007
Façade immeuble
Façade immeuble © Jean-Francois Perigois
La dernière enquête de la Fnaim annonce la couleur : les prix de l'immobilier ancien en France seraient en légère baisse. De leur côté, les Notaires de Paris-Ile-de-France continuent de parler d'une «hausse modérée».
Les prix de l'immobilier ancien ont légèrement baissé au troisième trimestre 2007. C'est la conclusion de l'Observatoire des marchés de l'ancien, présenté mardi par la Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier).
Les prix des logements anciens ont baissé de 0,9 % au troisième trimestre. Les appartements ont perdu 1,7 % de leur valeur tandis que les maisons n'ont connu aucune fluctuation (0 %). En rythme annuel, l'immobilier ancien est en hausse de 4,7 % contre 7,1 % à la fin 2006. Selon la Fnaim, «les prix de l'ancien ont désormais retrouvé un rythme de variation voisin de celui observé entre 1995 et 1999.»

Moins de 5 % de progression pour 2007 ?

Toujours selon la Fnaim, le marché «poursuit son retour à plus de modération». La fédération estime pourtant que la baisse des prix au troisième trimestre «ne semble pas traduire l'amorce d'une baisse généralisée des prix ou d'un quelconque effondrement du marché».
Outre la trêve estivale traditionnelle, la baisse s'explique par un certain « attentisme » lié aux modifications de la mesure sur le crédit d'impôt sur les emprunts immobiliers. La Fnaim a annoncé qu'une «progression des prix inférieure à 5 % pour 2007» était envisageable.

L'immobilier en Île-de-France également en modération

De leur côté, les notaires de Paris-Ile-de-France ont publié leurs chiffres pour le second semestre. D'après eux, le marché de l'immobilier en Île-de-France a connu une «hausse des prix modérée», selon l'expression consacrée. Celle-ci serait portée par la vente des appartements anciens, alors que les volumes de transactions ont légèrement baissé.
A Paris, selon les indices Notaires-Insee, les prix des appartements anciens n'ont augmenté que de 1,6 % au 2ème semestre, contre +2,2 % sur la même période en 2006. Le marché du foncier, dont la rareté est l'une des principales causes de la crise du logement, ne cesse de se contracter, avec un volume de vente en chute de 10,2 %.
La Fnaim annonce une baisse des prix de l'immobilier
Nous vous recommandons

En jouant sur les volumes, l'intérieur est à la fois confortable et baigné de lumière, tout en restant connecté à l'extérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic