L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

L'encadrement des loyers a permis des hausses modérées à Paris

Par S.O.
,
le 13 juillet 2016
Photo d'illustration
Photo d'illustration © xiongmao - Thinkstock
L'enquête annuelle de l'Observation des loyers de l'agglomération parisienne (Olap) révèle que la hausse globale des loyers s'est limitée à 0,5% dans la région parisienne y compris à Paris, la plus faible augmentation depuis 2001. A noter aussi que le nombre de baisse de loyers, en cas de relocation, augmente fortement.
Avec l'annonce de l'extension de l'encadrement des loyers à toute la région parisienne, Emmanuelle Cosse a fâché les professionnels de l'immobilier. Dans un communiqué commun, ils réclament "une mission d'enquête de parlementaires faisant le bilan de la mesure appliquée sur Paris intra-muros", comme l'avait promis le premier ministre Manuel Valls, avant que ce dispositif de la loi Alur ne soit étendu à l'ensemble de l'Île-de-France.
Pourtant, si bilan il doit y avoir, le résultat pourrait s'avérer plutôt positif, du moins pour les locataires. Selon les résultats annuels de l'enquête de l'Olap, la hausse des loyers d'habitation du parc locatif privé non meublé est en moyenne de 0,5% dans l'agglomération parisienne en 2015. Et il s'agit de la plus faible évolution des loyers depuis 2001. C'est aussi la première fois, depuis cette même date, que la hausse à Paris n'est pas supérieure à celle de l'ensemble de la région parisienne.

30% des nouveaux baux en baisse

L'enquête révèle aussi qu'en 2015, 30% des nouveaux emménagés à Paris ont bénéficié d'une baisse de loyer grâce à l'encadrement des loyers instauré à partir du 1er août. Cette proportion est inédite car ils n'étaient que 20% en 2014 et seulement 7% en 2013, indiquent les résultats définitifs de cette enquête publiée vendredi 8 juillet 2016.
Dans le détail, l'ensemble des nouveaux emménagés à Paris ont conclu leur contrat de location au loyer moyen de 24,80 euros le m2, un niveau supérieur de 1,6% à celui de 2014, note l'Olap.
En petite couronne, le loyer moyen de relocation s'est établi à 18,30 euros le m2 en 2015, un niveau très proche des 18,20 euros le m2 de l'année d'avant.
Quant à la grande couronne, les loyers des nouveaux emménagés s'y sont érodés de 0,4%, et 43% d'entre eux ont baissé, une "proportion particulièrement élevée (qui) résulte, en l'absence de contrainte réglementaire, d'une certaine détente du marché", commente l'Olap.
"Dans un contexte de reprise modérée de l'économie francilienne, ces résultats illustrent l'impact du décret annuel de limitation de la hausse des loyers et, pour Paris, l'effet complémentaire de l'arrêté d'encadrement des loyers", conclut l'observatoire.
La ministre du Logement s'est félicitée des effets du dispositif. "C'est la première année. C'est énorme. Cela veut aussi dire qu'il y a beaucoup de propriétaires qui ont appliqué la fourchette de prix qui était indiquée dans l'encadrement des loyers", a-t-elle déclaré au micro de nos confrères de France Info.
La ministre évoque également le pouvoir d'achat amélioré pour les locataires. "Cet encadrement des loyers a donné de la transparence sur les prix, a régulé les prix et il n'a pas enlevé de logements du marché locatif. Il n'y a pas de conséquence sur le marché locatif", a-t-elle estimé.
L'encadrement des loyers a permis des hausses modérées à Paris
Nous vous recommandons

Récapitulatif des bons gestes à adopter pour redémarrer son chauffage en toute sécurité.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic