L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Les façades fantaisistes de Stéphane Malka

Par Céline Galoffre
,
le 20 octobre 2014
Des façades en palettes de bois, composées de portes ou des fenêtres... Stéphane Malka ne manque pas d'imagination. Cet ancien graffeur vient de publier "Le Petit Pari(s)", un ouvrage où il livre sa vision de l'architecture : originale et engagée. Découverte.
Pas de doute, Stéphane Malka est singulier dans le petit monde de l'architecture. Parfois original, peut-être trop pour certains, il explore le milieu urbain sous toutes ses coutures : ses rues, ses murs, ses façades. Autant d'éléments qu'il aime tricoter et détricoter. Qu'il aime embellir, transformer, voire reconquérir. Repenser la ville est pour lui une évidence. Un terrain de jeu qu'il pratique depuis plusieurs années déjà.
Graffeur dans les années 80, il a réalisé de nombreuses fresques, des pochoirs, des collages sur des bâtiments en ruines, des terrains vagues : le street-art lui colle à la peau : "Le graffiti est révélateur des lieux. D'ailleurs, les graffeurs cherchent les sites les plus vus qui se trouvent néanmoins en retrait des espaces classiques. En peignant ces lieux atypiques, j'ai senti leur vrai potentiel", confie l'architecte.

Du graff à l'architecture

Cet explorateur, qui vient de publier "Le petit Pari(s)", est donc passé du statut de graffeur à architecte : "L'art urbain a le vent en poupe et beaucoup de me confrères s'en inspirent pour créer. Moi j'ai en quelque sorte fait le chemin inverse : je suis issu de l'art urbain et je me suis orienté par la suite vers l'architecture", raconte-t-il. Aujourd'hui, Stéphane Malka travaille sur des toits, des dents creuses, des murs pignons, des extensions tout en intégrant des principes d'économie : "La crise sociale m'a amené à repenser l'architecture. Cette nécessité économique nous incite à chercher des solutions. Dans ces moments de tension, on réalise l'importance de développer une architecture pour l'individu", précise le concepteur. Et de compléter : "L'utopie estampillée sur mes projets, n'est pas tant architecturale, mais plutôt humaine car elle place au centre du projet l'Homme, pas comme une mesure, une échelle, mais ses revendications". Son opération "Green machine" illustre bien ces propos puisqu'il s'agit d'une oasis mobile tirant parti des éléments hostiles du désert Saharien : le soleil puissant, le vent et la forte amplitude thermique entre les températures diurnes et nocturnes. Une sorte de ville nomade tout équipée et écologique.

Du rêve à la réalité

Jamais conventionnel, Stéphane Malka décrit son architecture comme "une alternative, un contre-modèle face au corpus architectural, une dissidence contemporaine cherchant à débusquer des solutions pour les sans-grades". Dans cette optique, il a imaginé des logements constitués d'une façade en palettes de bois d'industrie. Un tour de force et une manière de montrer que l'on peut construire durable avec des matériaux peu chers, non fabriqués dans des usines énergivores. Toujours dans le même esprit, le projet "Art Four", met en scène une façade composée d'une combinaison de fenêtres de récupération montées et assemblées. "C'est toujours intéressant de se réapproprier les matériaux, les objets. On produit beaucoup, il faut donc penser à réutiliser tout ça", explique l'architecte. Et si l'on pense que ces projets sont utopiques, il n'en est rien. Certains d'entre eux émergent comme les abris furtifs verticaux A-Kamp47 situés à la Friche de La Belle de Mai à Marseille, sur un mur de soutènement entre un champ culturel et un réseau ferroviaire. Comme quoi il est toujours bon de rêver...
Livre : "Le Petit Pari(s)", éditions Courtes et longues, 240 pages, couverture imitant une brique de béton, 49 euros.
Les façades fantaisistes de Stéphane Malka

L'architecture de Stéphane Malka expliquée dans un livre

Le petit Paris
Le petit Paris © Editions Courtes et longues
Le livre de Stéphane Malka a une couverture originale puisqu'elle est solide et imite une brique de béton. Une singularité à l'image de l'architecture du créateur marseillais.
L'architecture de Stéphane Malka expliquée dans un livre

Du graffiti à l'architecture

ghraffitti
ghraffitti © Editions Courtes et longues
"L'art urbain a le vent en poupe et beaucoup de me confrères s'en inspirent pour créer. Moi j'ai en quelque sorte fait le chemin inverse : je suis issu de l'art urbain et je me suis orienté par la suite vers l'architecture", raconte l'architecte.
Du graffiti à l'architecture

Une façade en porte-à-faux

Une architecture atypique
Une architecture atypique © Editions Courtes et longues
Projet : Neossmann
"Face à la surdensification parisienne et au mal-logement, Néossmann est une proposition de surélévation urbaine vouée à réduire l'étalement urbain".
Une façade en porte-à-faux

Façades de tuyaux

Une façade de tuyaux
Une façade de tuyaux © Editions Courtes et longues
Projet station service
"La Station Services est à la fois studio d'enregistrement, salle de
projection, atelier d'artiste, d'écriture, galerie d'exposition, studio de tournage, salle de concert, boîte de nuit et même micrologement.(...) La façade est composée de membranes qui alimentent les ateliers. Ces éléments sont des gaines électriques de plastique souple fourrées d'une couche d'isolants et de câbles électriques
".
Façades de tuyaux

Façades en bois

façade en bois
façade en bois © Editions Courtes et longues
Projet : toit théâtre
"Constituée de bastaings bruts montés sur des tiges filetées et solidement reliés par des plots tubulaires, la façade est une juxtaposition de tasseaux de bois de différentes longueurs".
Façades en bois

Aménager un pont

Aménager un pont
Aménager un pont © Editions Courtes et longues
"Cette métropole en déplacement peut donc se déconstruire rapidement, adapter sa morphologie aux changements de configurations urbaines et se développer en fonction du nombre de participants".
Aménager un pont

Abris furtifs - Les façades fantaisistes de Stéphane Malka

Abris furtifs
Abris furtifs © Editions Courtes et longues
"Les Abris furtifs répondent aux contraintes immédiates de la précarisation du système social et intellectuel", note l'ouvrage à propos du projet. Ils s'ouvrent comme des parapluies.
Abris furtifs - Les façades fantaisistes de Stéphane Malka

"Graffitecture" - Les façades fantaisistes de Stéphane Malka

graffitecture
graffitecture © Editions Courtes et longues
projet : bureaux actifs
Réflexion autour de la création de bureaux dans les dents creuses. Au programme : construction de la barricade qui peuvent être montées par un collectif "d'indépendants, autoconstruit et autogéré".
"Graffitecture" - Les façades fantaisistes de Stéphane Malka

La Défense revisitée

La Défense revisitée
La Défense revisitée © Editions Courtes et longues
Projet de guerilla architecturale autour d'un complexe modulaire, offrant un nouveau système de vie et de contestation, en insurrection permanente. Ce projet vise à pirater la "grande arche de la fraternité" ; "créer une poche de résistance active par l'accueil de tous les mécontents", note l'ouvrage.
La Défense revisitée

Une façade en palettes

projet amelot
projet amelot © Laurent Clément / Tristan Spella / MALKA ARCHITEC
Dans la catégorie logement, la façade en palettes de bois industriel de l'architecte Stéphane Malka fait figure d'ovni. Pour son créateur, c'est un tour de force, une manière de montrer que l'on peut construire durable avec des matériaux peu chers, non fabriqués dans des usines énergivores.
Une façade en palettes
Nous vous recommandons

Découvrez cette résidence norvégienne secondaire recourant à un procédé original : le bois utilisé est chauffé avec de l'alcool furfurylique afin de renforcer sa solidité et sa durabilité.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic