L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Une ville fantôme construite rien que pour tester les nouvelles technologies

Par G.N.
,
le 26 octobre 2015
Dans le désert du Nouveau-Mexique (Etats-Unis), une société a décidé de construire une ville flambant neuve qui ne recevra aucun habitant. Elle servira en effet de banc d'essai pour les différentes technologies liées à l'urbanisme et au développement durable... sans interférence avec les humains. Découverte.
Les Etats-Unis comptent de nombreuses villes fantômes, qui ont été abandonnées aussi vite qu'elles avaient été bâties, sur des exploitations minières notamment. Mais celle qui pourrait voir le jour au Nouveau-Mexique, sera déserte sans jamais avoir été habitée. Ce sera même sa raison d'être. En effet, la Pegasus Global Holdings prévoit de construire, en toute connaissance de cause, une cité expérimentale qui pourrait accueillir 35.000 habitants, soit l'équivalent de villes comme Draguignan ou Lens, mais qui n'en comptera aucun. La raison ? L'ensemble des bâtiments, rues et infrastructures servira à tester de nouvelles technologies en toute sécurité.
Le "Center for Innovation Testing and Evaluation" (CITE) s'étalera ainsi sur 1,6 km², et sera modelé d'après une ville américaine moyenne (précisément Rock Hill, Caroline du Sud), incorporant un centre-ville avec mairie et tours de bureaux, banlieues résidentielles, un grand centre commercial, une église, un commissariat et même un petit aéroport régional. Des installations industrielles seront également prévues ainsi que de vastes zones agricoles sur le pourtour. Car en plus de la ville-laboratoire, sont également prévus d'autres districts, pour la gestion de la ressource eau ou pour la production d'énergie verte à partir de différentes sources (biomasse, solaire, éolien et géothermie). L'ensemble du projet pourrait ainsi s'étaler sur près de 39 km².
Découvrez le projet en images (de synthèse) dans les pages suivantes.
Une ville fantôme construite rien que pour tester les nouvelles technologies

S'affranchir de réglementations trop restrictives pour la R&D

S'affranchir de réglementations trop restrictives pour la R&D - ville fantôme
S'affranchir de réglementations trop restrictives pour la R&D - ville fantôme © CITE - Pegasus Global Holdings
L'équipement, qui pourrait coûter environ 1 milliard de dollars à construire (880 M€ au cours actuel), sera destiné tout autant aux agences fédérales du transport, de l'énergie ou de la sureté civile (FEMA) qu'aux universités et organismes de recherches, aux ONG et aux industriels désireux de tester en conditions (quasi) réelles leurs équipements, produits, protocoles ou services. Mais pourquoi ne pas mettre les équipements du futur à l'épreuve d'utilisateurs réels ? Les promoteurs du projet insistent sur la possibilité de déployer des technologies avancées sans aucun risque pour d'éventuels riverains, et s'affranchir ainsi de réglementations trop strictes. L'exemple avancé est celui des essais de véhicules intelligents sans pilote qui pourront sillonner les rues sans risque. L'absence d'interférence humaine sera également utile au recueil de données fiables, non perturbées par des interventions extérieures à l'expérimentation.
S'affranchir de réglementations trop restrictives pour la R&D

Inauguration en 2018 - Une ville fantôme construite rien que pour tester les nouvelles technologies

Inauguration en 2018 - ville fantôme
Inauguration en 2018 - ville fantôme © CITE - Pegasus Global Holdings
Il est estimé que la construction seule permettra de créer 350 postes et que dix fois plus d'emplois indirects seront générés par les besoins de l'exploitation. Cependant, le projet, initié en 2012, a déjà connu plusieurs contretemps, notamment pour des raisons foncières et de proximité avec un parc naturel (Organs Mountains-Desert Peaks National Monument). La première localité retenue, près de Hobbs dans le comté de Lea (à la frontière du Texas), aurait été écartée au profit d'une seconde, au sud de l'Etat, entre Las Cruces et Deming. L'inauguration n'est pas attendue avant 2018.
Inauguration en 2018 - Une ville fantôme construite rien que pour tester les nouvelles technologies

L'Aisne aussi a sa ville fantôme

Ville fantôme
Ville fantôme © Davric - Wikimedia CC
En France, une cité-fantôme existe également depuis 2006 dans l'Aisne. Le "Centre d'entraînement aux actions en zone urbaine" est une reproduction d'une ville de 5.000 habitants (Jeoffrécourt) et d'un village d'une soixantaine de maisons (Beauséjour) avec rues, immeubles, zone commerciale, camping et bidonville. De quoi simuler tout le panorama des environnements urbains actuels en toute sécurité, là encore, loin des regards et des civils...
L'Aisne aussi a sa ville fantôme
Nous vous recommandons

Cette demeure californienne a retrouvé une nouvelle jeunesse grâce à une transformation pharaonique

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic