L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Une maison à espaces inversés pour gagner en confort et lumière

Par
,
le
Aménager le salon à l'étage plutôt qu'au rez-de-chaussée dans une maison R+1 destinée à être construite en ville. C'est la solution que propose le constructeur pour éviter le vis-à-vis, gagner en lumière et en confort. Présentation de ce concept, déconcertant au premier abord, qui propose en réalité une autre manière d'habiter, plus adaptée à la densification urbaine et à nos modes de vie...
Dans la maison Ĥimmin, l'entrée se fait par le rez-de-chaussée mais le salon est situé... à l'étage ! Configuration étrange, un brin déconcertante ? Pas pratique ? Peut-être, mais ce n'est pas l'avis du constructeur Maisons Evolution (filiale du groupe MFC) qui vient de lancer une toute nouvelle gamme de maisons conçues sur ce modèle*.
Concrètement cela signifie qu'il faut monter à l'étage pour rejoindre le salon. Au lieu d'être aménagé au rez-de-chaussée - niveau où se fait pourtant l'entrée dans le logement -, il se situe au R+1. La cuisine, elle, reste au niveau inférieur. Elle peut ainsi continuer à bénéficier d'un accès direct sur l'extérieur.

Échapper au vis-à-vis et gagner en confort

Cherchant une réponse à la problématique de la densification urbaine, le constructeur a vu dans cette configuration des "espaces inversés" un moyen d'échapper au problème du vis-à-vis mais aussi de gagner en confort et en lumière. "Les maisons en R+1 avec combles aménagés telles qu'elles sont proposées aujourd'hui ne correspondent plus aux besoins actuels", décrypte Antoine Vandromme, PDG de Maisons Evolution. Isolé en hauteur, il explique que le salon devient un "espace à part", une bulle de quiétude dédié au bien-être et à la détente.
Afin d'apporter un maximum de lumière à la pièce, l'étage a été agrémenté, non pas de simples fenêtres verticales comme c'est traditionnellement le cas, mais de verrières d'angle : elles démarrent en façade et débordent jusque sur la toiture offrant ainsi une surface vitrée accrue.
Et pour maximiser les volumes, la hauteur a été généralisée sur tout à l'étage à 1,80 mètre au minimum. Il en résulte un salon "cathédrale" d'une hauteur de quatre mètres sous plafond. "Les visiteurs sont toujours surpris par la sensation de volume, une sensation d'autant plus surprenante que le salon, en version T4, ne mesure que 20 m2 au sol", indique Antoine Vandromme.
A l'arrivée, le constructeur fait valoir un gain en termes de confort, de luminosité et d'espace, le tout obtenu pour un prix final d'environ 1.350€/m2, c'est-à-dire un budget qui rentre dans l'enveloppe des primo-accédants.
Pour en savoir plus sur la maison Ĥimmin et sur le concept des "espaces inversés", cliquez en pages suivantes.
*Le concept de la maison Ĥimmin a remporté la médaille d'argent catégorie "Approches Urbaines constructeurs" dans le cadre du Challenge de l'habitat innovant 2017, organisé par LCA-FFB. Retrouvez l'intégralité du palmarès en cliquant ici.
Une maison à espaces inversés pour gagner en confort et lumière

Un concept ancré dans le réel

Un concept ancré dans le réel
Un concept ancré dans le réel © Maison Himmin/Maisons Evolution
C'est en travaillant sur l'élaboration d'un programme de maisons individuelles pour le bailleur social 3F, à Grigny, en Essonne, que le concept de la Maison Ĥimmin a émergé (voir photo ci-dessus). "Nos maisons devaient être intégrées à proximité de très hauts immeubles, du R+4 au R+7, il fallait donc trouver une solution pour que leurs occupants ne souffrent pas de cette promiscuité", confie Antoine Vandromme.
A noter : le concept de la maison a été élaboré en partenariat avec un industriel, VELUX, et deux architectes : Henrik Norlander Smith et Magdalena Urbaniak.
Un concept ancré dans le réel

Les "espaces inversés", un concept pas si nouveau

Les
Les "espaces inversés", un concept pas si nouveau © Maison Himmin/Maisons Evolution
Bien qu'il paraisse déconcertant au premier abord, le concept sur lequel s'appuie la maison Ĥimmin, celui des "espaces inversés", n'est en réalité pas nouveau. "Dans le nord de l'Europe, où la lumière se fait rare comme ici en ville, il est très fréquent d'avoir les pièces de vie à l'étage pour améliorer le confort visuel", explique Antoine Vandromme. Et d'ajouter : "c'est pareil dans certains chalets, à la Montagne".
Les "espaces inversés", un concept pas si nouveau

Une maison conçue pour s'intégrer en zone urbaine

Une maison conçue pour s'intégrer en zone urbaine
Une maison conçue pour s'intégrer en zone urbaine © Maison Himmin/Maisons Evolution
Facilement reproductible, la maison a vocation à être intégrée en zone urbaine. Le fait de placer le salon à l'étage permet en effet d'échapper à la proximité des voisins et au manque de lumière.
Une maison conçue pour s'intégrer en zone urbaine

Un salon comme un refuge, un cocon

Un salon comme un refuge, un cocon
Un salon comme un refuge, un cocon © Maison Himmin/Maisons Evolution
Outre le gain de lumière et d'espace, le fait d'aménager le salon à l'étage procure aux occupants un plus grand confort. La pièce devient en effet comme un refuge, coupé du bruit de la ville et de celui des voisins. Une sorte de cocon propice à la détente et au bien-être. "L'environnement urbain est suffisamment stressant pour que les gens n'y soient pas confronté chez eux", argumente Antoine Vandromme.
Un salon comme un refuge, un cocon

En haut, le repos, en bas l'action

En haut, le repos, en bas l'action
En haut, le repos, en bas l'action © Maison Himmin/Maisons Evolution
En haut, le repos, en bas l'action. C'est sur cette dichotomie qu'a été pensé la maison Ĥimmin. "Le rez-de-chaussée est consacré aux occupations familiales : la cuisine ouverte pour préparer les repas et la salle de bain pour la toilette", indique le constructeur.
En haut, le repos, en bas l'action

Une luminosité accrue grâce à des verrières d'angle

Une luminosité accrue grâce à des verrières d'angl
Une luminosité accrue grâce à des verrières d'angl © Maison Himmin/Maisons Evolution
Le fait de positionner le salon à l'étage et non pas au rez-de-chaussée permet d'aller plus facilement chercher la lumière. Une lumière qui pénètre dans le logement grâce à un dispositif de verrières d'angle positionnées de manière à dégager des vues tout en protégeant l'intimité des occupants de la maison.
Une luminosité accrue grâce à des verrières d'angle

Une sensation d'espace

Une sensation d'espace
Une sensation d'espace © Maison Himmin/Maisons Evolution
Dans le salon, la hauteur sous plafond est de 4 mètres : il en résulte une sensation d'espace alors que la pièce, dans la version T4, ne fait que 20m2 au sol.
Une sensation d'espace

Une maison accessible aux primo-accédants

Une maison accessible aux primo-accédants
Une maison accessible aux primo-accédants © Maison Himmin/Maisons Evolution
Différentes versions de la maison Ĥimmin sont proposées, du T2 au T5, de 60 à 103 m2, pour un prix allant de 83.000 à 136.000 € TTC, soit un budget d'environ 1.350€/m2. Une enveloppe accessible pour les primo-accédants.
Une maison accessible aux primo-accédants
Nous vous recommandons

Passionnés par l'art contemporain, les propriétaires souhaitaient faire aménager leur extérieur en une terrasse spacieuse et équilibrée.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic