L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

L'hôtel 61 Nation, un véritable plongeon dans les années 60

Par Valentin Boudonnet
,
le 10 juin 2013
Situé en plein cœur de Paris, l'hôtel Best Western Premier 61 a dévoilé un nouveau visage en avril dernier, après sa rénovation réalisée par l'architecte Axel Schoenert et l'architecte d'intérieur Zsofia Varnagy. Gagnant au passage une étoile, cet établissement, désormais 4 étoiles, joue sur la nostalgie des clients en mettant en scène mille et un petits détails et œuvres issus des Sixties. Visite des lieux en compagnie des deux responsables de sa transformation.
Mobilier orange, couvertures bleu clair, tableau noir et blanc de Gainsbourg dans sa baignoire... Pas de doute, nous sommes plongés en plein dans les années 60. Le pari d'Axel Schoenert et de Zsofia Varnagy, respectivement architecte et architecte d'intérieur et tous deux spécialisés dans le réaménagement d'hôtels, est donc remporté.
"Nous voulions faire retrouver aux clients de l'hôtel l'image du Paris mythique" avance Axel Shoenert pour expliquer sa démarche. Les tableaux représentant Marylin Monroe, Gainsbourg et autres grandes figures des Sixties abondent ainsi dans les couloirs de l'hôtel Best Western Premier 61 situé dans le quartier de la place de la Nation, à Paris.
Toutefois, si l'hôtel ne se contentait que d'une accumulation d'œuvres iconiques issues de cette période, il ne porterait pas ce nom "Hôtel 61". Les deux professionnels ont donc revu intégralement l'aménagement des chambres "en apportant ici et là quelques touches vintage", ajoute Zsofia Varnagy, à la fois pour coller à leur démarche initiale, mais aussi pour respecter les dernières normes en vigueur. Du mobilier un peu décalé, jusqu'au choix des couleurs, chaque élément respecte donc cette atmosphère acidulée typique des années 60.

Un cahier des charges exigeant

Construit dans les années 1930, l'hôtel souffrait d'un aménagement "vieillot" et peu pratique. Son rachat par la chaîne "Best Western" a donc été conditionné par un certain nombre de critères d'excellence à respecter, critères qu'ont suivis à la lettre l'architecte et l'architecte d'intérieur. "Nous avons dû doubler les cloisons dans les chambres, revu la dimension des bureaux et créer une chambre pour les personnes à mobilité réduite au rez-de-chaussée", détaille ainsi Axel Schoenert.
Cette dernière chambre a, par ailleurs, posé quelques problèmes puisque sa construction a nécessité le déplacement de la cafeteria, ainsi que de l'accueil, l'ascenseur étant trop petit pour accueillir un fauteuil roulant (impossibilité donc de faire une chambre de ce type à l'étage).
L'autre exploit des architectes est d'avoir réalisé cette rénovation alors que l'hôtel continuait à fonctionner. "Cela a demandé quelques aménagements" avoue un membre du personnel de l'hôtel, "mais dans l'ensemble, tout s'est bien passé."
Les travaux se sont terminés à la fin du mois d'avril et ont coûté plus de 2 millions d'euros. Bénéficiant dorénavant d'une quatrième étoile et d'un nouvel accès grâce à l'élargissement de la ligne de tramway jusqu'à Nation, l'hôtel 61 devrait ravir aussi bien les hommes d'affaire (clientèle originale de l'hôtel) pour son confort et ses équipements, que les touristes les plus nostalgiques.

Découvrez des photos de l'hôtel en pages suivantes

Hotel 61 Nation (4 étoiles)

61 rue de la Voûte
75012 PARIS
48 chambres (dont une chambre pour les personnes à mobilité réduite)
6 étages
Suite : 330 €/ la nuit
Chambre double (24 m²) : 260 €/la nuit
Proche de Nation
Site internet : www.61-paris-nation-hotel.com
L'hôtel 61 Nation, un véritable plongeon dans les années 60

Des chambres au charme vintage

Des chambres au charme vintage - Hôtel 61 Nation
Des chambres au charme vintage - Hôtel 61 Nation © Luc Boegly
Le premier plongeon dans les années 60 se fait par la couleur.
En effet, le bleu clair est plutôt rare dans les chambres d'hôtel traditionnelles. Il renvoie plutôt à une époque passée où les architectes d'intérieur se permettaient toutes les extravagances.
De la même façon, la couleur orange des suites est très caractéristique de cette époque.
Des chambres au charme vintage

Un équipement décalé et extravagant

Un équipement décalé et extravagant  - Hôtel 61 Nation
Un équipement décalé et extravagant - Hôtel 61 Nation © Luc Boegly
Cette salle de petit déjeuner révèle l'humour de l'architecte et de l'architecte d'intérieur.
Outre les fauteuils, cosy et colorés, ce qui surprend, c'est bien entendu l'énorme lustre au-dessus de la salle.
Prenant la forme d'un chapeau d'été féminin, il étonne par sa légèreté et son étendue.
Un équipement décalé et extravagant

Un hall accueillant

Un hall accueillant - Hôtel 61 Nation
Un hall accueillant - Hôtel 61 Nation © Luc Boegly
L'arrivée à l'hôtel se fait par un hall qui, anciennement, était une salle à manger.
Le nouveau hall a donc été conçu de sorte à ce qu'il baigne dans la luminosité de la rue.
On peut remarquer au fond un tableau en noir et blanc de différentes actrices portant un parapluie, qui rappelle les Sixties.
Un hall accueillant

Des meubles vintage, mais neufs

Des meubles vintage, mais neufs - Hôtel 61 Nation
Des meubles vintage, mais neufs - Hôtel 61 Nation © Luc Boegly
Le mobilier se veut vintage pour que le lien avec les années 60 se fasse immédiatement, en revanche, il n'a pas été chiné par Zsofia Varnagy, mais acheté neuf.
De même, afin d'obtenir sa quatrième étoile, l'hôtel 61 Nation a dû respecter plus de 180 critères dont celui d'un équipement high-tech suffisant pour contenter les hommes d'affaire, clientèle majoritaire de l'établissement. De cette façon, la modernité se mélange au "mobilier-hommage" aux années 60.
Des meubles vintage, mais neufs

Une salle de bains respectant le cahier des charges

Une salle de bains respectant le cahier des charges - Hôtel 61 Nation
Une salle de bains respectant le cahier des charges - Hôtel 61 Nation © Luc Boegly
La salle de bain a, elle aussi, connu son lot de modifications et d'améliorations afin que l'hôtel puisse faire partie de la gamme "Best Western".
Ainsi, la vasque devait respecter une certaine hauteur, le lavabo devait laisser assez d'espace pour poser une trousse de toilette et le sèche-cheveux devait avoir son propre support.
Une salle de bains respectant le cahier des charges
Nous vous recommandons

A l'occasion des Assises du logement en novembre dernier, les experts se sont relayés pour dresser un portrait-robot de nos habitations. Zoom sur le confort et la qualité de l'air intérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic