L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Amarante tisse sa toile en duo

Par Céline Chahi
,
le 7 mai 2009
Catherine Derrier et Nathalie Fritsch, deux créatrices sénonaises plus connues sous le nom d'Amarante, ont reçu un prix dans le cadre du concours "La Relève". Une bonne occasion de découvrir comment, en se réappropriant des techniques anciennes, elles réussissent à dompter le papier...
Un prix, un stand sur la Foire de Paris, une exposition de plusieurs mois dans le cadre prestigieux d'un château... Catherine Derrier et Nathalie Fritsch, qui ne sont inscrites aux Ateliers d'Art de France que depuis janvier 2009, font un beau début de carrière. De quoi les encourager à continuer de travailler ensemble.
Car, jusqu'à il y a encore peu de temps, chacune traçait son petit bonhomme de chemin de son côté : Catherine, diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués, dans l'univers de la scénographie événementielle et Nathalie, ancienne élève des Beaux Arts d'Angers, dans celui de la peinture. Deux femmes, deux formations et deux parcours professionnels différents mais une passion commune découverte tardivement, celle du papier. "Le papier est un matériau simple avec lequel on peut tout faire ou presque, s'enthousiasme Catherine, 47 ans. On le croit fragile mais lorsqu'on le travaille, on se rend vite compte qu'il n'a que l'apparence de la fragilité".

Katapami, paparolles et kakamono...

Convaincues de pouvoir réussir, en s'associant, à exploiter ce matériau, les deux femmes décident de former le duo Amarante, du nom d'un arbre des forêts tropicales d'Amérique du Sud, et d'installer leur atelier à Sens. Ensemble, elles se lancent sur le terrain de l'expérimentation. Les deux créatrices cherchent, non seulement à utiliser tous les types de papiers (craft, journal, recyclé, feuilles de soie...), mais également à trouver de nouvelles manières de le mettre en œuvre. "Nous nous réapproprions d'anciennes techniques japonaises comme celle du pochoir, le katapami ou celle du kakemono, une peinture exécutée sur papier et que l'on déroule verticalement", explique Nathalie, 40 ans. Et d'ajouter : "dernièrement, nous nous sommes également inspirées de la technique des paperolles qui consiste à rouler le papier pour fabriquer des reliquaires". Parallèlement, le tandem mène un travail de recherches sur les finitions. Ainsi, en plus d'être plié, roulé et découpé, le papier est tantôt huilé, tantôt vernis voire même brûlé. Au final, il en résulte des œuvres qui, paradoxalement, sont à la fois simples et sophistiquées : caisson en plexiglas renfermant une accumulation de confettis, vase cartonné garni de feuilles de soie, dessin réalisé avec des bandes de papier enroulées...
Toile d'araignée
Portrait Amarante - concours La Relève
Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
 
Présentées sur la Foire de Paris jusqu'au 10 mai, deux de ces créations attirent particulièrement le regard des visiteurs : il s'agit de cloisons en papier dont les motifs finement découpés font penser à une gigantesque toile d'araignée. "Ce qui nous intéresse avec ces cloisons, ce sont les ombres portées qu'elles produisent, commente Catherine. Grâce à elles, nos créations ne se contentent pas de délimiter un espace mais parviennent, ce qui est plus rare, à l'habiter". Inspiration, création, fabrication... Les visiteurs sont curieux et veulent tout savoir ! Mais pas question pour les deux créatrices de révéler tous leurs secrets. Du coup, elles ne lâchent que des bribes d'informations : "les dessins sont élaborés de manière complètement aléatoire à partir d'un jet de gommettes" avoue Catherine en jetant un regard malicieux à son acolyte. Nathalie poursuit : "toutes les cloisons sont réalisées à quatre mains ce qui réclame une grande rigueur au niveau de l'organisation". Et pour ce qui est de la fragilité des œuvres, question fréquemment soulevée par les visiteurs, les deux créatrices l'assurent : "le papier est un matériau durable". Il n'y a qu'à voir d'ailleurs leurs premières créations : aucun trou ni aucune déchirure apparente : identiques, comme au premier jour !
Pour découvrir le travail de Catherine Derrier et Nathalie Fritsch, cliquez sur suivant.
Le Concours "La Relève" est organisé en partenariat avec Les Ateliers d'Art de France. Il permet chaque année à deux artisans d'art en début de carrière de gagner un stand sur le salon Artisanat de France et d'Europe de la Foire de Paris. Pour concourir, les candidats doivent être créateurs et fabricants d'objets d'art sur le sol français, justifier de leur qualité d'artisan, d'artiste ou être en phase de création d'entreprise, n'avoir jamais exposé à la Foire de Paris et exercer leur activité depuis moins de cinq ans.
Les lauréats de cette 5e édition sont : Christelle Caillaud créatrice de sculptures et de bijoux en bronze, Béatrice Bruneteau, céramiste, et bien sûr, Amarante avec Catherine Derrier et Nathalie Fritsch. Un palmarès 100% féminin !
Amarante tisse sa toile en duo

Cloisons - Amarante tisse sa toile en duo

Cloisons - Portrait Amarante - concours La Relève
Cloisons - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Cloisons mobiles en papier inspirées des techniques japonaises du katapami et du kakemono.
Cloisons - Amarante tisse sa toile en duo

Cloisons - Amarante tisse sa toile en duo

Cloisons - Portrait Amarante - concours La Relève
Cloisons - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Face arrière de la même cloison mobile.
Cloisons - Amarante tisse sa toile en duo

Détail - Amarante tisse sa toile en duo

Détail - Portrait Amarante - concours La Relève
Détail - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
La cloison est découpée à quatre mains d'après le même principe d'un pochoir.
Détail - Amarante tisse sa toile en duo

Toile d'araignée

Toile d'araignée - Portrait Amarante - concours La Relève
Toile d'araignée - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Autre modèle de cloison mobile. Cette fois, l'ensemble de la surface est découpé. Le résultat final fait penser à une gigantesque toile d'araignée.
Toile d'araignée

Détail - Amarante tisse sa toile en duo

Détail - Portrait Amarante - concours La Relève
Détail - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
"Les dessins sont élaborés de manière complètement aléatoire à partir d'un jet de gommettes", avoue Catherine.
Détail - Amarante tisse sa toile en duo

Tableau - Amarante tisse sa toile en duo

Tableau - Portrait Amarante - concours La Relève
Tableau - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Tableau réalisé avec des bandes de papier enroulées.
Tableau - Amarante tisse sa toile en duo

Vase - Amarante tisse sa toile en duo

Vase - Portrait Amarante - concours La Relève
Vase - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Vase en carton garni de feuilles de soie.
Vase - Amarante tisse sa toile en duo

Tableaux - Amarante tisse sa toile en duo

Tableaux - Portrait Amarante - concours La Relève
Tableaux - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Tableaux réalisés à partir de feuilles de papier finement découpées et positionnées dans des caissons en plexiglas.
Tableaux - Amarante tisse sa toile en duo

Détail - Amarante tisse sa toile en duo

Détail - Portrait Amarante - concours La Relève
Détail - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Détail - Amarante tisse sa toile en duo

Tableau - Amarante tisse sa toile en duo

Tableau - Portrait Amarante - concours La Relève
Tableau - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Tableau réalisé à partir de la technique des paperolles qui consiste à rouler le papier pour fabriquer des reliquaires.
Tableau - Amarante tisse sa toile en duo

Caisson - Amarante tisse sa toile en duo

Caisson - Portrait Amarante - concours La Relève
Caisson - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Feuilles de soie disposées verticalement dans un cadre en plexyglas.
Caisson - Amarante tisse sa toile en duo

Cadre - Amarante tisse sa toile en duo

Cadre - Portrait Amarante - concours La Relève
Cadre - Portrait Amarante - concours La Relève © C.Chahi
Feuilles de soie disposées dans un cadre en plexyglas.
Cadre - Amarante tisse sa toile en duo
Nous vous recommandons

Transformée du sol au plafond, cette petite maison bretonne a complètement changé de visage. Modernisée, agrandie par deux extensions et entièrement repensée, elle affiche désormais un profil contemporain, où ses propriétaires profitent d'une vue dégagée sur la mer

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic