L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Par C. Chahi Bechkri
,
le 28 avril 2011
La société Furdess, spécialisée dans la création de mobilier contemporain sur mesure, vient de rééditer le bureau en acier qu'avait dessiné en 1966 le designer Ben Swildens pour le siège du constructeur automobile Peugeot. L'occasion de redécouvrir une pièce exceptionnelle tombée dans l'oubli.
Plus de quarante ans se sont écoulés depuis que le designer Ben Swildens a été choisi pour aménager et meubler, en collaboration avec Max Ingrand et les architectes Louis, Luc et Thierry Sainsaulieu, le nouveau siège du constructeur automobile Peugeot. Pourtant, lorsqu'on lui en parle, on dirait que c'était hier. "A cette époque, raconte-t-il, toutes les grandes entreprises voulaient une belle vitrine dans Paris pour représenter leur marque et pour l'avoir, elles étaient prêtes à dépenser une grosse somme d'argent".
Une façade presque entièrement vitrée, une entrée monumentale, un vaste volume déployé sur plusieurs hauteurs, un escalier sculptural, un sol en marbre de carrare blanc... Situé avenue de la Grande Armée à Paris, l'endroit présentait de nombreuses particularités mais ce dont Ben Swildens - que Maison à part a eu la chance de rencontrer - se rappelle surtout, c'est son bureau, pièce dont trois exemplaires trônaient les uns à côté des autres dans le hall d'entrée. Lorsqu'il l'évoque son comportement change d'ailleurs du tout au tout : ses yeux pétillent, ses mains s'agitent et un flot de souvenirs remontent à la surface.
Pour lire la suite de l'article, rendez-vous à la page suivante.
Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Un bureau d'exception sauvé de l'oubli (suite)

Peugeot
Peugeot © Peugeot
Si la pièce suscite autant d'émotions chez lui, c'est qu'elle a valeur de manifeste. Un manifeste esthétique d'une part, puisque son objectif était de prendre le contre-pied des tendances pour proposer quelque chose de complètement nouveau. "Notre dieu à l'époque c'était Saarinen, celui qui avait dessiné une chaise - la Tulipe - avec un seul pied. Que pouvait-on faire de plus ? Eh bien pas de pied du tout ! Tout est venu de là", dévoile-t-il. Une petite prouesse qui s'explique tout simplement par le fait que l'assise et le plan de travail du bureau ne forment qu'un seul et même tout. Un ensemble qui, au final, prend la forme d'un ruban de métal qui se déroule d'un côté et s'enroule de l'autre. "Il s'en dégage un mouvement ce qui, pour moi, est la preuve d'une forme parfaite",
lance Ben Swildens plein de fierté.

Une coque de métal

Mais ce n'est pas tout ! Car, Ben Swildens a également tenu à marquer sa différence dans le choix du matériau. Il a ainsi opté pour de l'acier, un matériau particulièrement difficile à travailler, alors qu'à l'époque la tendance était plutôt au plastique. "C'était idéal pour répondre à la commande de Peugeot car cela correspondait à l'esprit carrosserie de la maison. Pour des fabricants d'automobile, le métal c'était l'évidence" se défend-t-il. Installés en bonne place dans l'entrée, les trois bureaux ne manquaient d'ailleurs pas d'attirer les regards des passants.
Un succès qui fut de courte durée puisque lorsque le siège fut réaménagé, les pièces furent "bradées au plus offrant"... Une situation contre laquelle Ben Swildens, bien qu'étant leur inventeur, n'avait rien pu faire. Au fil des années, il s'était donc résigné à ne plus jamais les revoir. Seulement voilà : un coup de téléphone est venu tout bouleverser. Au bout du fil : la société Furdess, spécialisée dans la création de mobilier contemporain sur mesure. Contre toutes attentes, elle lui propose de rééditer son bureau en huit exemplaires. "Nous sommes littéralement tombés amoureux de ce bureau", confie Grégory Maître, le fondateur de la société. "Jaimais nous n'aurions pensé qu'un matériau aussi rigide que le métal puisse adopter une forme aussi souple".
La suite de l'article en page suivante.
Un bureau d'exception sauvé de l'oubli (suite)

Un bureau d'exception sauvé de l'oubli (suite)

Un bureau d'exception sauvé de l'oubli (suite) - Furdess
Un bureau d'exception sauvé de l'oubli (suite) - Furdess © Furdess
Revoir la pièce qu'il avait pris tant de plaisir à dessiner et ensuite à admirer... Le designer est séduit par l'idée mais il n'acceptera de livrer ses secrets qu'à certaines conditions. Il ne veut plus que le bureau soit mobile au lieu d'être fixé directement dans le sol et, surtout, il exige des "finitions impeccables".

Deux mois de fabrication

Furdess accepte et met aussitôt le designer en relation avec une chaudronnerie lyonnaise, l'une des rares entreprises en France à posséder le savoir-faire pour fabriquer le bureau. "Produire le premier exemplaire a été difficile car aucun plan n'existait, insiste Grégory Maître. Le seul élément concret que nous avions à notre disposition était une petite maquette réalisée à l'époque par le designer. Il nous a donc fallu faire appel à ses souvenirs". Une chance que Ben Swildens ait une bonne mémoire !
Présent sur place pendant plusieurs semaines aux côtés des artisans, ce dernier a ainsi aidé à fabriquer un nouvel exemplaire de son fameux bureau. Un processus long puisqu'il faut deux mois aux équipes pour matérialiser le meuble. Pour l'heure, deux exemplaires ont été fabriqués mais six autres devraient suivre. Le prix de vente ? 75.000 €. Un montant qui en fait l'un des bureaux les plus chers du monde.
A noter que le bureau est présenté en avant première chez Merci, à Paris, jusqu'au 2 mai. Il devrait ensuite être exposé dans différentes galeries à travers le monde : Paris, Rome, New-York, Londres...
Pour en savoir plus, cliquez sur les pages suivantes.
Boutique Merci
111 boulevard Beaumarchais
75003 Paris
Informations sur le : www.merci-merci.com et sur le : www.furdess.com
Un bureau d'exception sauvé de l'oubli (suite)

Siège de Peugeot

Siège de Peugeot - Peugeot
Siège de Peugeot - Peugeot © Peugeot
Le designer Ben Swildens a été choisi en 1966 pour aménager et meubler, en collaboration avec Max Ingrand et les architectes Louis, Luc et Thierry Sainsaulieu, le nouveau siège du constructeur automobile Peugeot.
Siège de Peugeot

Une vitrine d'exception

Une vitrine d'exception - Peugeot
Une vitrine d'exception - Peugeot © Peugeot
Etant situé avenue de la Grande Armée, dans l'un des quartiers les plus chics de la Capitale, l'endroit se devait d'attirer les regards. Pour y parvenir, Ben Swildens a donc vu les choses en grand : façade presque entièrement vitrée, entrée monumentale, vaste volume déployé sur plusieurs hauteurs, sol en marbre de carrare blanc...
Une vitrine d'exception

Mobilier sur mesure

Mobilier sur mesure - Peugeot
Mobilier sur mesure - Peugeot © Peugeot
Le designer a également dessiné le mobilier notamment un bureau - fabriqué en seulement trois exemplaires - destiné aux hôtesses du hall d'accueil. Ces derniers avaient été installés les uns à côté des autres de manière à être bien visibles depuis la rue.
Mobilier sur mesure

Forme spontanée - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Forme spontanée - Peugeot
Forme spontanée - Peugeot © Peugeot
Les bureaux surprennent par leur esthétique radicalement différente de celle des meubles produits à l'époque. Une forme en apparence simple mais qui s'avère au final, très complexe et que Ben Swildens dit avoir mis au point de manière totalement spontanée. "J'ai juste tiré un coup de crayon, dressé une esquisse", confie-t-il.
Forme spontanée - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Réédition - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Réédition - Furdess
Réédition - Furdess © Furdess
Plus de quarante ans plus tard, la société Furdess, spécialisée dans la création de mobilier contemporain sur mesure, tombée sous le charme du bureau, a eu envie de le rééditer.
Réédition - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Haut niveau d'exigence

Haut niveau d'exigence - Furdess
Haut niveau d'exigence - Furdess © Furdess
Ben Swildens a accepté la proposition faîte par Furdess mais en posant un certain nombre de conditions. Il ne veut plus que le bureau soit mobile au lieu d'être fixé directement dans le sol et, surtout, il exige des "finitions impeccables".
Haut niveau d'exigence

Travail de mémoire

Travail de mémoire - Furdess
Travail de mémoire - Furdess © Furdess
Pour réussir à fabriquer un modèle à l'identique, Ben Swildens a été mis en relation avec une chaudronnerie lyonnaise, l'une des rares entreprises en France à être capable de donner au métal la forme souhaitée.
Le designer s'est régulièrement rendu sur place pour aider les équipes à matérialiser le meuble. Tout a été fait en fonction de ses souvenirs car aucun plan n'éxistait.
Travail de mémoire

Processus long - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Processus long - Furdess
Processus long - Furdess © Furdess
Une année de travail a été nécessaire pour produire le pemier exemplaire. Durant ce laps de temps, une modélisation 3D a été réalisée ainsi que plusieurs prototypes.
Processus long - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Pari gagné - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Pari gagné - Furdess
Pari gagné - Furdess © Furdess
Au final, au bout de deux mois, Furdess avait gagné son pari : réussir à rééditer un meuble très complexe à fabriquer.
Pari gagné - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Ruban de métal

Ruban de métal - Furdess
Ruban de métal - Furdess © Furdess
Au final, le bureau se présente sous la forme d'un ruban de métal. Il est réalisé entièrement en acier inoxydable et sa brillance est obtenue à la suite d'un polissage miroir complet.
Ruban de métal

Bureau réédité - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli

Bureau réédité - Furdess
Bureau réédité - Furdess © Furdess
Pour l'heure, seulement deux exemplaires ont été réédités mais six autres devraient bientôt suivre. Son prix ? 75.000 €.
Bureau réédité - Un bureau d'exception sauvé de l'oubli
Nous vous recommandons

Des chambres d'hôte dignes d'un hôtel de luxe, et à l'empreinte environnementale réduite, pensées pour offrir un confort optimal.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic