L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

"Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Par Leslie Cottenceau-Mathurin
,
le 15 juin 2009
Le choix du lieu d'implantation d'une habitation est essentiel, pour Isabelle Mahe. Tellement que cette architecte est partie de la forêt située à proximité de sa maison pour décider de la forme et de l'orientation qu'elle allait donner à ses pièces. Visite en images.
Il a fallu tout le charme tranquille du bois des Metz, situé à Jouy-en-Josas (78), pour éloigner l'incorrigible parisienne qu'était Isabelle Mahe de la capitale : "J'ai d'abord été séduite par l'omniprésence de la forêt sur laquelle débouche la rue", explique-t-elle. Un cadre verdoyant qui a rapidement dicté les plans de sa propre maison. Car, selon cette architecte diplômée de l'école Paris-Villemin, qui reprend volontiers l'un des préceptes chers à Christian de Portzamparc, le travail n'est pas seulement de créer les murs mais surtout "d'occuper le vide entre ces murs". Et, selon elle, cela passe par "l'intégration du paysage au bâtiment" : "Mon premier travail de fin d'études, qui remonte au milieu des années 80, avait porté sur un centre cultuel, précise-t-elle. Je devais y créer des lieux de recueillement propices à la prière". Pour mener à bien ce projet, Isabelle Mahe s'est alors tout simplement inspirée du caractère austère de l'espace extérieur : "A l'époque, je m'étais attachée à véhiculer les sentiments et les sensations que pouvaient faire naître le lieu, vers l'intérieur de la bâtisse". Une première démarche qui s'est renforcée, au fil des années, jusqu'à devenir le fil conducteur de l'ensemble de ses créations.

Une maison ouverte

Vue du dehors, et hormis sa toiture asymétrique, l'habitation d'Isabelle Mahe est assez semblable à ses voisines. Pourtant, quelques indices annoncent déjà une demeure d'exception : "Cette maison est la seule à ne pas avoir de barrière extérieure pour délimiter les cinq mètres de terrain situés à l'avant, indique l'architecte. Le choix a été fait de se tourner vers la rue et d'accroître ainsi la sensation d'espace". Même le mur de la façade a été créé dans cet esprit : "Composé de carrés de verre, il participe, lui aussi, à atténuer la séparation entre le domaine public et la surface privée".
A l'intérieur de la maison, ce rapport aéré à l'espace se répète : "Il n'existe aucune porte, sinon pour les sanitaires. Les pièces sont en fait circonscrites par leurs différences de niveaux, ajoute Isabelle Mahe. Seuls les sanitaires possèdent une porte coulissante". C'est que l'architecte a composé sa maison selon son mode de vie propre : "Il n'était pas question de réaliser un logement familial avec beaucoup de petites chambres, comme souvent en banlieue parisienne. Au contraire, je souhaitais qu'elle revendique une possibilité d'habiter autrement, à l'image du couple sans enfant que mon compagnon et moi-même formons".

L'omniprésence de la forêt

L'habitation a été construite en fonction du lieu et, en particulier, de la forêt toute proche : "La maison est orientée vers le bois. Le choix de grandes baies vitrées augmente les possibilités de vue sur cet espace vert, le rendant ainsi plus proche. Toutefois, pour compenser son orientation nord défavorable, des ouvertures transversales ont été réalisées".
L'omniprésence de ce paysage naturel a un effet immédiat : il dicte l'ambiance intérieure qui évolue au fil des saisons. "Son décor changeant apporte tantôt de la lumière en hiver, lorsque les feuilles sont mortes, tantôt une présence massive en été. La partie du logement qui accueille la bibliothèque et le piano profite pleinement de cette verdure. Elle confère à cette pièce un certain isolement, renforcé par sa situation en contrebas". Cette atmosphère est propice à la musique et à la rêverie, mais aussi au repos. La chambre qui possède une ouverture à l'ouest a d'ailleurs été dotée d'une baie vitrée et d'un balcon au nord, deux éléments qui permettent pleinement d'admirer la vue.
Si ce concept de maison reste encore atypique dans le quartier, il pourrait bien conquérir d'autres riverains. Isabelle Mahe a remarqué que certains de ses voisins avaient déjà commencé à faire, comme elle, sauter les barrières autour de leur parking. Une démarche qui, comme l'espère cette architecte, pourrait bien marquer les prémisses d'une nouvelle façon d'habiter...
"Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Vue de la rue

Vue de la rue - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Vue de la rue - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
Proche des autres habitations, la maison d'isabelle Mahe a une allure modeste. Hormis sa toiture asymétrique, rien ne laisse présager de son originalité et de ses beaux volumes.
Vue de la rue

Vue du dehors

Vue du dehors - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Vue du dehors - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
Le choix a été fait de s'ouvrir vers l'extérieur. Aucune barrière n'entoure le terrain, ni le parking. Quant à la façade, elle a été créée à l'aide de carrés de verre qui participent à atténuer la séparation entre le domaine public et la surface privée.
Vue du dehors

Double exposition - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Double exposition - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Double exposition - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
Tournée vers la forêt, l'habitation est de ce fait au nord. Pour compenser cette orientation défavorable, des ouvertures transversales ont été réalisées.
Double exposition - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Salle avec bibliothèque

Salle avec bibliothèque - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Salle avec bibliothèque - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
L'espace dédié aux livres et au piano donne sur le bois, conférant un sentiment d'isolement, renforcé par la situation de cette pièce située en contrebas.
Salle avec bibliothèque

Plusieurs niveaux - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Plusieurs niveaux - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Plusieurs niveaux - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
Les pièces sont délimitées, non pas par des cloisons et des portes, mais par différents niveaux qui augmentent aussi les possibilités de vue sur la forêt depuis chaque espace.
Plusieurs niveaux - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Salon - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Salon - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Salon - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
La maison de 130 m² habitable est relativement petite mais elle offre des lieux de vie vastes et ouverts à la manière d'un loft.
Salon - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Cuisine - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Cuisine - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Cuisine - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
La cuisine est orientée plein ouest pour bénéficier des lueurs du soleil couchant à l'heure où le couple, qui travaille assez tard, se retrouve pour préparer le repas.
Cuisine - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Chambre - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Chambre - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Chambre - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
La chambre qui possède aussi une ouverture à l'ouest a été dotée d'une baie vitrée et d'un balcon au nord, deux éléments qui permettent d'admirer la vue.
Chambre - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Vert peps - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Vert peps - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Vert peps - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
La couleur "vert peps" a été choisie pour accentuer certaines cloisons. Elle est ponctuellement reprise pour créer une continuité dans l'habitation.
Vert peps - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Esquisse du jardin

Esquisse du jardin - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Esquisse du jardin - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
Le jardin naissant s'oriente lui aussi vers un lieu reposant et de détente à tendance zen.
Esquisse du jardin

Terrasse - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Terrasse - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Terrasse - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
A l'arrière, la terrasse délimitée par un petit muret sert de transition entre la maison et le jardin, tout en prolongeant la maison.
Terrasse - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Patio - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"

Patio - Maison d'architecte Isabelle Mahe
Patio - Maison d'architecte Isabelle Mahe © Isabelle Mahe
La présence d'un patio, côté rue, permet de bénéficier de l'ensoleillement tout en servant d'espace intermédiaire pour délimiter ces deux zones.
Patio - "Le paysage alentour comme point de départ de la maison"
Nous vous recommandons

Transformée du sol au plafond, cette petite maison bretonne a complètement changé de visage. Modernisée, agrandie par deux extensions et entièrement repensée, elle affiche désormais un profil contemporain, où ses propriétaires profitent d'une vue dégagée sur la mer

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic