L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Par L.P.
,
le 19 mars 2008
L'architecte et designer italien Andrea Branzi a conçu deux installations inédites pour la Fondation Cartier, à l'occasion de l'exposition que celle-ci lui consacre. Avec leurs parois de verre et de métal entremêlées d'éléments naturels (branche d'arbre, fleurs...), ces installations ouvrent le dialogue avec l'architecture de la Fondation signée Jean Nouvel. A découvrir du 28 mars au 22 juin.
Ces deux installations originales exposées à la Fondation Cartier reflètent un des questionnements d'Andrea Branzi : "comment réinventer l'architecture après l'épuisement de celle-ci ?". Selon le designer et architecte italien, "l'architecture moderne, en privilégiant les formes fermées et en rationalisant les édifices, a perdu le contact avec 'les besoins et comportements intimes de ses utilisateurs' mais aussi avec les besoins d'une société 'fluide' basée sur l'électronique et les services".
Ainsi, le designer a conçu pour la Fondation une mystérieuse ellipse en utilisant des techniques proches de celles employées dans l'artisanat. "Avec le verre et le métal, il entrelace différents matériaux - plantes, arbres, chanvre - et crée une structure hybride mariant le naturel et l'artificiel", explique la Fondation Cartier pour tenter de décrire son travail. A l'intérieur de cette ellipse, l'on retrouve trois sièges de la série "Domestic Animals" de 1985, qui associent éléments de menuiserie industrielle et bois de bouleau brut, faisant ainsi écho à "la nature duelle de la structure elle-même".
Autour de cette ellipse, une toile réalisée en tissage constitue une paroi légère et perméable. "Loin d'une vision de l'architecture envisagée comme un système de modules fermés, ce travail exprime les idées de transparence et de pénétrabilité", précise la Fondation. Apparemment dépourvue de fonction définie, l'ellipse soulève de nombreuses questions : s'agit-il d'un habitat collectif, d'un jardin clos, d'un simple treillis ? "De par son double statut de sculpture et de construction, elle se trouve à la frontière entre architecture et design. Illustrant l'idée de système 'ouvert', l'ellipse se prête à tous les possibles imaginables par l'esprit", complète les curateurs de l'exposition.

Sensualité et géométrie minimaliste

La deuxième installation inédite, tout aussi énigmatique, est baptisée "gazebo", ou "belvédère". "Structurée comme un pavillon, l'installation est dotée d'éléments décoratifs élaborés. Ses parois en fines barres d'acier sont rehaussées d'un galon en métal tressé et de formes organiques en verre aux nuances colorées, conférant une certaine sensualité à cette structure géométrique minimaliste", explique la Fondation Cartier. A l'intérieur de ce belvédère, un "vertical home" sert à la fois de lit, d'étagère ou de plan de travail, transformant ainsi l'installation en un "espace de vie imaginaire".
Dans cette logique de structure à la fois naturelle et artificielle, le bâtiment de la Fondation Cartier, œuvre de Jean Nouvel, offre un environnement idéal aux installations d'Andrea Branzi, qui s'efforce lui aussi de brouiller les frontières entre intérieur et extérieur. Les façades vitrées de Jean Nouvel contredisent, selon les curateurs de l'exposition, "l'idée de volume clos et permettent le dialogue avec le jardin entourant le bâtiment. Pour Branzi, c'est ce brouillage des frontières qui exprime le mieux notre réalité contemporaine".
Cliquez sur suivant pour voir des photos de ces installations.

Designer prolifique

Né à Florence en 1938, Andrea Branzi est à l'origine de nombreuses idées novatrices qui ont nourri le design italien depuis la fin des années 1960. En tant que membre fondateur du groupe Archizoom (1966 - 1974), il est l'un des théoriciens de l'architecture radicale italienne. Auteur et critique prolifique, il est aussi l'un des cofondateurs de la Domus Academy, la célèbre école internationale de design de Milan. Il est actuellement professeur et directeur de recherche en design intérieur au Politecnico de Milan et conservateur du Museo del Design de Milan.
Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Andrea Branzi - Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Andrea Branzi
Andrea Branzi © Fondation Cartier
Né à Florence en 1938, Andrea Branzi est à l'origine de nombreuses idées novatrices qui ont nourri le design italien depuis la fin des années 1960. Il est actuellement professeur et directeur de recherche en design intérieur au Politecnico de Milan et conservateur du Museo del Design de Milan.
Andrea Branzi - Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Ellipse - Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Ellipse - Andrea Branzi
Ellipse - Andrea Branzi © Fondation Cartier
Ellipse - Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Maquette de l'Ellipse

Maquette de l'Ellipse - Andrea Branzi
Maquette de l'Ellipse - Andrea Branzi © Fondation Cartier
Maquette de l'Ellipse

Gazebo - Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Gazebo - Andrea Branzi
Gazebo - Andrea Branzi © Fondation Cartier
Gazebo - Les structures hybrides d'Andrea Branzi

Gazebo ou Belvédère

Gazebo ou Belvédère - Andrea Branzi
Gazebo ou Belvédère - Andrea Branzi © Fondation Cartier
Gazebo ou Belvédère

Oiseaux du paradis

Oiseaux du paradis - Andrea Branzi
Oiseaux du paradis - Andrea Branzi © Fondation Cartier
Oiseaux du paradis
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic