L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Une boutique métamorphosée en loft-souplex

Par Valentin Boudonnet
,
le 6 juin 2013
Transformer une ancienne boutique en loft-souplex de 70 m², telle était l'idée de Daniel Cossard, architecte d'intérieur, pour pallier le manque de biens à Paris. Une réalisation qui lui sert aujourd'hui d'habitation secondaire mais aussi de vitrine pour son travail. Mais avant de pouvoir lui-même s'y installer, Daniel Cossard a dû faire face à de nombreuses difficultés.
Les souplex sont souvent vus d'un mauvais œil. Risque d'humidité, absence de fenêtre en sous-sol, et parfois même risque de claustrophobie, les raisons sont nombreuses pour expliquer cette "hostilité" envers ce type de logement très réglementé et souvent sujet à des arnaques immobilières (comme nous l'expliquions ici).
Daniel Cossard est créateur, designer et architecte d'intérieur, et il a été séduit par un ancien local commercial, situé dans le 17ème arrondissement de la capitale. "L'idée était de tirer parti d'un bien qui n'avait aucune cote et d'en faire à la fois, un logement que je puisse habiter et une vitrine pour mon travail" explique-t-il.
Seulement, de nombreux obstacles se sont dressés lorsqu'il a voulu en faire l'acquisition : "tout d'abord, confie-t-il à Maison à Part, il a fallu faire une demande de changement d'usage à la mairie puisque le projet consistait à transformer une ancienne boutique en loft. Ensuite, comme le logement faisait partie d'une copropriété, des demandes de travaux étaient nécessaires [NDLR : pour un rappel de ces règles, consultez notre fiche pratique] et devaient être validés par l'ensemble des copropriétaires."
Démolition d'un escalier, nivelage des sols : de gros travaux en perspective
Côté gros œuvre, les sols ont posé une vraie difficulté. Principalement à cause de leur hauteur variant en fonction des pièces, pour atteindre parfois une différence de 15 cm. Il faut dire que ce local, tour-à-tour charcuterie, salon de massage et bureau d'agent immobilier, a connu de multiples transformations comme a pu le constater Daniel Cossard à son arrivée : "La boutique ouvrait sur la rue et à l'arrière, il y avait plusieurs petites pièces, sans fonction précise, qui avaient été rajoutées au fur et à mesure, sans tenir compte de ce qu'il y avait auparavant."
L'autre vraie difficulté, avant le chantier, a été de retracer l'histoire architecturale du logement afin de déterminer où étaient implantés les murs porteurs et ainsi voir quels travaux il était possible de réaliser. Pour cette étape importante, l'architecte a dû faire appel à un bureau d'études. A cette occasion, il a découvert des poutres métalliques, soutenant le rez-de-chaussée, rongées par la rouille, qu'il a été contraint de remplacer, par sécurité.
Plusieurs imprévus comme celui-ci ont témoigné plus tard de l'insalubrité du lieu et de travaux précédents très désorganisés. Par exemple, comme le raconte Daniel Cossard "nous nous sommes rendus compte en creusant que le niveau des égouts était plus haut que le sol de la cave. Il a donc fallu installer une pompe de relevage en urgence." Aussi, le sous-sol n'atteignant pas les deux mètres de hauteur, il était nécessaire pour l'architecte de creuser pour rendre cette zone habitable ou, du moins, viable.
Dernière anomalie constatée : la présence d'un ancien escalier, condamné, menant à l'étage supérieur. Une anomalie d'ordre juridique puisque cet escalier appartenait à la fois au local situé au rez-de-chaussée, mais aussi au propriétaire du dessus. Le choix de Daniel Cossard a donc été de le démolir pour gagner de la place. Un gain de surface non négligeable pour un logement cloisonné.
Suite de l'article en page suivante.
Une boutique métamorphosée en loft-souplex

"Astuces architecturales" - Une boutique métamorphosée en loft-souplex

Daniel Cossard - salle de bains - souplex
Daniel Cossard - salle de bains - souplex © Daniel Cossard
Pour donner de la lumière au rez-de-chaussée, Daniel Cossard a donc pris le parti d'un décloisonnement total de la pièce principale. Il a ainsi créé un espace où se mêlent salon, salle à manger et cuisine. Toujours dans cette optique, il a installé une baie vitrée à la place de la porte d'entrée, un peu plus haute que le trottoir pour ne pas être dérangé, et l'entrée dans le loft se fait désormais par la cour intérieure de la copropriété.
Le rez-de-chaussée a donc été transformé en un vaste espace de vie et le sous-sol, très réglementé en termes d'aménagement pour y vivre, a été conservé pour en faire un "espace de soin personnel", comme le surnomme l'architecte d'intérieur. "Pour l'instant, le sous-sol contient un dressing, une salle de bains et une petite zone de buanderie, mais il reste de la place pour y mettre un appareil de remise en forme plus tard si on le souhaite."
Une véritable réflexion autour de la structuration des pièces
Une chambre vient aussi s'ajouter à toutes les pièces communes du rez-de-chaussée, mais, là encore, cette installation se devait de respecter les contraintes techniques du bâtiment. Là où se trouvait précédemment la cuisine du local, a été aménagée une chambre, avec une petite particularité cependant : elle est séparée en deux par un mur porteur de plus de 60 cm d'épaisseur. Comme la cuisine possédait l'une des plus grandes fenêtres du logement, elle constituait un espace idéal pour y disposer une chambre.
Daniel Cossard a dû rivaliser d'imagination pour organiser ces deux pièces de 2 mètres sur 2 chacune. "J'ai utilisé quelques astuces architecturales afin de créer une sensation de grandeur. Par exemple, le lit est un peu surélevé d'1,20 m environ pour laisser un dégagement nécessaire à l'escalier menant à la cave, située sous le plancher. J'ai même fait installer une baie qui donne sur cette cage d'escalier pour apporter une luminosité supplémentaire à la pièce. Afin de maximiser le peu d'espace disponible, une penderie sur rails vient se nicher en dessous le lit. La deuxième pièce n'est qu'une arrière- chambre, où viennent prendre place un lit d'appoint et un bureau, mais dans l'idéal j'aimerais bien y installer aussi une coiffeuse."
La nouvelle cuisine a également posé son lot de problèmes. Ayant la forme d'un trapèze, elle ne semblait pas adaptée pour accueillir un plan de travail, évier et électroménager compris, sans respecter un seul angle droit. Et pourtant, Daniel Cossard a conervé cette forme particulière et l'a utilisée à son avantage : "le plan de travail n'est pas droit mais il bénéficie ainsi d'une plus grande profondeur à certains endroits. Par exemple, à gauche, il fait 60 cm, alors qu'à droite, côté évier, il mesure plus d'un mètre, ce qui m'a laissé de la place pour y mettre un égouttoir."
Des travaux qui n'ont pas fait peur à l'architecte d'intérieur puisqu'il a pu se dispenser des frais liés à l'aménagement et à la structuration des pièces, en s'en chargeant lui-même. Le coût a pu également être maitrisé grâce à une planification des tâches bien en amont qui a permis d'aboutir à une enveloppe de 75.000 € (hors équipement). Même si Daniel Cossard reconnaît "ne pas être tout à fait satisfait de l'apparence actuelle de la cuisine, encore un peu froide et pas assez personnelle", d'autres projets viennent déjà se bousculer pour améliorer la vie du logement. Exemples : un aménagement de la cour intérieure, qui doit être validé par la copropriété, et l'installation d'une baie vitrée pour séparer le salon de l'espace cuisine-salle à manger.
Découvrez toutes les étapes importantes du chantier et la réalisation terminée en pages suivantes.
Fiche technique :
Maître d'ouvrage : Daniel Cossard, architecte d'intérieur
Lieu des travaux : 17ème arrondissement, Paris
Superficie logement : 70 m²
Durée des travaux : 6 mois
Type d'entreprises employées : gros œuvre, électricité, sols et plomberie
Budget : 75.000 € (rajouter 30% pour le mobilier intérieur)
"Astuces architecturales" - Une boutique métamorphosée en loft-souplex

Avant : plan du Rez-de-chaussée

Daniel Cossard - plan Avant RDC
Daniel Cossard - plan Avant RDC © Daniel Cossard
Le plan d'origine montre un espace vaste qui donne directement sur la rue. Le magasin s'étalait sur deux pièces et une cuisine a été rajoutée, par la suite, pour les différents occupants qui se sont succédés dans le local.
En bas, à gauche, existait également une réserve, séparée du magasin par une cloison.
En définitive, ce plan est plus ou moins proche de l'aménagement final choisi par l'architecte d'intérieur, seules les pièces ont totalement changé de fonction.
En revanche, le sous-sol, lui, n'était pas du tout aménagé car totalement humide, Daniel Cossard est donc quasiment parti de zéro pour aménager cette partie du souplex.
Avant : plan du Rez-de-chaussée

Après : plan du Rez-de-chaussée réaménagé

Daniel Cossard - plan Après RDC
Daniel Cossard - plan Après RDC © Daniel Cossard
Sur ce plan après travaux, l'on peut observer le nouvel aménagement du rez-de-chaussée.
Une chambre, divisée en deux petites pièces, a remplacé la cuisine et cette dernière a pris la place de la réserve qui n'existe plus. A noter que l'espace cuisine/salon/salle-à-manger n'est désormais séparé par aucune cloison.
Les WC, toute petite pièce qui se trouvait au fond du magasin, ont eux-aussi disparu.
Le plus grand changement est sans doute celui de l'emplacement de la porte d'entrée puisque Daniel Coassard a préféré la placer côté salon. Elle donne donc directement sur la petite cour intérieure appartenant à la copropriété. L'ancienne, elle, a été remplacée par une baie vitrée côté cuisine, suffisamment haute et "floutée" pour que les passants ne puissent pas voir distinctement l'intérieur du loft.
Après : plan du Rez-de-chaussée réaménagé

Après : plan du sous-sol : l'espace de soin personnel

Daniel Cossard - plan Après sous-sol
Daniel Cossard - plan Après sous-sol © Daniel Cossard
Dorénavant, le sous-sol se compose de trois pièces délimitées : la salle de bains, le dressing et un petit espace à gauche des escaliers servant actuellement de buanderie.
Daniel Cossard n'exclut pas de faire, plus tard, de cette zone, sans fonction véritable pour l'instant, un coin "remise en forme" avec des machines de musculation par exemple.
Après : plan du sous-sol : l'espace de soin personnel

Avant : une façade laissée à l'abandon

Photo façade avant - Daniel Cossard
Photo façade avant - Daniel Cossard © Daniel Cossard
Autrefois, l'entrée du local donnait directement sur la rue.
Il s'agissait d'une façade classique, mais on peut voir sur cette photo que cela faisait bien des années qu'elle avait été délaissée.
Daniel Cossard a donc pris le parti, non pas de réaménager cette ouverture déjà existante, mais de la remplacer par une baie vitrée, un peu en hauteur et floutée, pour ne pas qu'on puisse voir l'intérieur du logement.
Avant : une façade laissée à l'abandon

Avant : un magasin cloisonné à l'arrière du logement

Photo magasin avant - Daniel Cossard
Photo magasin avant - Daniel Cossard © Daniel Cossard
Cette photographie montre le début des travaux dans ce qui était, avant, le magasin.
On peut déjà voir que l'espace était très sombre et assez fortement cloisonné.
Cette deuxième partie du magasin constituait alors l'arrière du logement et la petite fenêtre donnait sur la cour intérieure de la copropriété.
Avant : un magasin cloisonné à l'arrière du logement

Avant : des espaces insalubres et notamment la salle de bains

Photo salle de bains avant - Daniel Cossard
Photo salle de bains avant - Daniel Cossard © Daniel Cossard
Abandonné depuis des années, le local n'avait jamais connu de nettoyage complet. C'est pourquoi l'architecte intérieur a pu constater l'ampleur des travaux à mener.
Toutefois Denis Cossard précise qu'il n'a pas conservé la salle de bains dans sa "forme" initiale, puisque cette dernière a été entièrement déplacée au sous-sol.
Avant : des espaces insalubres et notamment la salle de bains

Avant : de gros travaux pour assurer la sécurité

Photo poutres avant - Daniel Cossard
Photo poutres avant - Daniel Cossard © Daniel Cossard
Daniel Cossard a dû faire appel à un bureau d'études spécialisé pour savoir où étaient implantés les murs porteurs.
Lors de ces différentes études, il a découvert de nombreux aménagements ou équipements qui n'étaient plus du tout aux normes.
Comme ces poutres métalliques, rongées par la rouille, qui supportaient une petite partie du rez-de-chaussé. Leur remplacement était inévitable si Daniel Cossard souhaitait faire de ce local un logement habitable respectant les lois en vigueur.
Avant : de gros travaux pour assurer la sécurité

Après : un espace salon-salle à manger-cuisine ouvert et chaleureux

Photo salon après - Daniel Cossard
Photo salon après - Daniel Cossard © Daniel Cossard
La photographie du salon a été prise exactement au même endroit que celle du magasin : on voit mieux les changements apportés à la pièce.
Ainsi, on remarque immédiatement la porte d'entrée, ainsi que le petit coin salon (dont une partie se situe exactement là où se trouvaient les WC). La toute petite fenêtre, en haut à droite, a d'ailleurs été conservée.
Après : un espace salon-salle à manger-cuisine ouvert et chaleureux

Après : un espace salle à manger concentré autour d'une table moderne

Photo salle à manger avant - Daniel Cossard
Photo salle à manger avant - Daniel Cossard © Daniel Cossard
Plutôt que de créer une multitude de petites pièces, Daniel Cossard a opté pour une ouverture de la pièce principale. L'espace salle à manger se résume donc en une simple table.
Toutefois, Daniel Cossard la met bien en valeur car c'est une création personnelle. Comme il l'explique, ce local sert de vitrine pour son aménagement d'architecture intérieure, mais aussi pour son travail de créateur-designer.
Sa table mixe donc avec originalité le côté un peu "rustique" du bois avec des pieds assez semblables aux piliers des temples grecs. Un mélange plutôt surprenant mais qui respecte la modernité du loft.
Après : un espace salle à manger concentré autour d'une table moderne

Après : une cuisine moderne en trapèze

Photo après cuisine - Daniel Cossard
Photo après cuisine - Daniel Cossard © Daniel Cossard
La cuisine se situe maintenant là où se trouvait l'entrée du magasin.
Composant avec les contraintes du bâtiment, Daniel Cossard a même utilisé à son avantage les petits "défauts" de cette pièce. La cuisine a donc conservé sa forme originale de trapèze.
Résultat : plus de place sur le plan de travail côté évier et même un espace supplémentaire pour les luminaires (et non la barre LED qui sert avant tout de décoration), non visibles sur la photo.
A noter que derrière le plan de travail, se trouve un vide sanitaire, accessible en enlevant quelques tiroirs, et qui contient un petit ballon d'eau chaude. Le logement comporte, par ailleurs, deux ballons d'eau chaude dont un grand qui ne sert que pour la salle de bains.
Après : une cuisine moderne en trapèze

Après : une chambre exigue avec un lit deux personnes

Photo après lit - Daniel Cossard
Photo après lit - Daniel Cossard © Daniel Cossard
La position du lit a posé quelques problèmes à Daniel Cossard.
Il était difficile d'imaginer une chambre dans un espace aussi exigu et pourtant, en faisant installer une vitre, donnant sur la cage d'escalier, Daniel Cossard a créé une impression de grandeur de la pièce.
La chambre n'est pas plus vaste, mais elle est plus lumineuse (une fenêtre apportant la lumière naturelle, la vitre procurant un peu de lumière artificielle venant de la cage d'escalier).
Après : une chambre exigue avec un lit deux personnes

Après : un escalier éclairé par des LED

Photo après escalier - Daniel Cossard
Photo après escalier - Daniel Cossard © Daniel Cossard
L'escalier a lui aussi bénéficié de quelques astuces pratiques imaginées par l'architecte intérieur.
Par exemple, pour éviter d'avoir à installer des plinthes, Daniel Cossard a créé une sorte de "double mur" pour, à la fois, faire passer les fils électrique, mais aussi pour installer des LED éclairant les marches de l'escalier qui rentrent directement dans ce faux mur.
Comme il l'explique, ce choix est esthétique et pratique, puisque ces marches sont celles qui sont les moins bien éclairées par le haut et le bas de l'escalier.
Après : un escalier éclairé par des LED

Après : une salle de bains agréable avec une double douche

Photo après salle de bains - Daniel Cossard
Photo après salle de bains - Daniel Cossard © Daniel Cossard
Pour la salle de bains située au sous-sol, Daniel Cossard a voulu maximiser le confort.
Il a ainsi préféré installer une double douche à l'italienne et non une baignoire, plus agréable au quotidien.
La décoration est, quant à elle, assez sobre, ce qui contraste avec le linge de maison et les tapis de sols, très colorés.
Après : une salle de bains agréable avec une double douche

Après : dressing et puits de lumière

Photo après dressing - Daniel Cossard
Photo après dressing - Daniel Cossard © Daniel Cossard
Le dressing est éclairé par un petit puits de lumière que l'on peut apercevoir en haut à droite.
Ce puits, qui donne sur l'arrière chambre, permet ainsi de pouvoir choisir ses vêtements sans forcément être "trompé" sur les couleurs par la lumière artificielle.
Après : dressing et puits de lumière
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic