L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

City Zed : vivre aujourd'hui dans la maison de demain

Par Rouba Naaman
,
le 13 décembre 2010
V Zed
V Zed © City Zed
Depuis 1998 et l'éco-quartier Bed Zed au sud de Londres, le concept de Bill Dunster s'est imposé comme l'exemple à suivre en matière de maison bioclimatique. Aujourd'hui, la société City Zed reprend le flambeau en France, et propose un premier projet à Villeneuve d'Ascq.
Selon City Zed, la maison du futur est déjà à portée de main. City Zed, c'est l'association de professionnels de l'immobilier français* et d'un ponte de l'architecture bioclimatique, Bill Dunster, père de l'éco-quartier BedZed en Grande-Bretagne. "La Zed Factory de Dunster bénéficie de plus de dix ans de recul sur leurs méthodes architecturales. Et ça marche ! Nous avons donc voulu importer le concept en France" explique Bruno Gimazane, associé fondateur de City Zed.
Les réglementations thermiques de 2020, il n'y pense même pas : "Pour certains, c'est un argument commercial, pas pour nous. Répondre aux normes, c'est facile, mais rendre l'espace agréable à vivre, ça l'est moins". Fort de l'expérience de Zed Factory, qui a déjà plus de douze ans de recul sur la construction de BedZed, City Zed espère adapter à la France un concept qui se développe ailleurs, à savoir une maison à énergie positive agréable à vivre.

L'heure n'est plus à l'expérimentation

Le bien-être des occupants reste la priorité dans l'esprit de City Zed. "Nous vendons des maisons, pas des laboratoires pour nouvelles technologies ! Tout a déjà été testé dans plusieurs projets de Zed Factory, avec des résultats très positifs" insiste Bruno Gimazane. Et ce qui devait être modifié l'a été, comme par exemple la mise à disposition de voitures électriques, qui n'a pas eu beaucoup de succès auprès des habitants de l'éco-quartier britannique.
Le projet V Zed
V Zed © City Zed
Le projet V Zed
 Le premier projet de la société, V Zed, sera construit à Villeneuve d'Ascq (Nord) dans le courant du deuxième trimestre 2011. Le concept, modulable, sera ici adapté à huit logements à un étage, de 90 à 110 m² chacun, avec trois chambres et un jardin. Et toujours, les célèbres "wind cowls", ces cheminées de ventilation naturelle multicolores, ainsi que des éoliennes individuelles, qui égaient les toits de BedZed.

L'ambition de généraliser le concept

Panneaux photovoltaïques sur la partie sud du toit, eau chaude solaire, isolation renforcée, triple vitrage, les logements seront idéalement construits pour limiter le chauffage à un petit poêle à bois. La maison produit ainsi plus d'énergie qu'elle n'en consomme, grâce notamment à un électroménager peu gourmand en électricité et des éclairages LED. Elle bénéficiera peut-être d'un toit végétalisé, "si nous trouverons des prestataires aux prix raisonnables" précise Bruno Gimazane.
L'associé regrette en effet le retard de la France par rapport à ses voisins européens, ce qui tempère son ambition de généraliser le concept dans l'ensemble du pays. "Aujourd'hui, si nous devons construire cinq cent maisons à ossature bois, nous ne sommes pas sûrs de trouver rapidement tout le matériel nécessaire" affirme-t-il. Le prix de vente des biens (aux alentours de 320.000 €) ne devrait pas s'en trouver affecté.
*Kieken immobilier construction et Thema properties.
City Zed : vivre aujourd'hui dans la maison de demain
Nous vous recommandons

Cette demeure californienne a retrouvé une nouvelle jeunesse grâce à une transformation pharaonique

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic