L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Un appartement remis en lumière par un décloisonnement

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 29 septembre 2014
Dans ce 75 m² parisien, un long couloir desservant les différentes pièces, empêchait la lumière de circuler. Philippe Demougeot décide un décloisonnement radical, et réorganise le bien avec une nouvelle logique. Visite.
Tout en longueur, très découpé, sombre, étroit... Les qualifications négatifs pour décrire cet appartement de 75 m², situé dans les beaux quartiers parisiens, étaient nombreux. Et pour cause : partant de l'entrée, un long couloir desservait tour à tour le séjour, puis la cuisine, et enfin les chambres. "Cette zone de circulation s'étendait sur 10 à 15 m² et faisait perdre de sa qualité à l'appartement" estime Philippe Demougeot, l'architecte d'intérieur qui a été chargé de redonner un nouveau souffle à l'habitation.
Autre obstacle dans ce logement pourtant spacieux, la présence d'un demi-étage où se trouvent les chambres. "Là encore, l'espace était mal agencé, se souvient l'architecte. Deux petites chambres de la même surface étaient accolées, et la salle de bains était trop grande".
Qu'à cela ne tienne, Philippe Demougeot décide de repenser entièrement l'organisation de l'appartement, de l'entrée jusqu'au fond des chambres. Découvrez le résultat final en pages suivantes.
Un appartement remis en lumière par un décloisonnement

Une entrée étroite prend de la couleur

Entrée
Entrée © Philippe Demougeot
Dans l'entrée déjà, l'aménagement de l'appartement était illogique. "Le couloir était étroit, les toilettes coincées, et une demi-fenêtre se trouvait face à la porte" nous décrit Philippe Demougeot.
L'architecte repense l'ensemble, en glissant un dressing près de la porte, et en redonnant un espace raisonnable aux WC. A gauche de la fenêtre, un coffrage cache la tuyauterie, et sert aussi de banc !
Une entrée étroite prend de la couleur

Décloisonner pour ramener la lumière

Cuisine
Cuisine © Philippe Demougeot
Philippe Demougeot commence par déposer la cloison du couloir, qui se trouvait là où siège aujourd'hui la cuisine (à droite sur l'image). L'objectif : ouvrir l'espace au maximum, pour simplifier la circulation.
"Seul le poteau technique, au milieu de la pièce, n'a pu être supprimé mais, finalement, il permet d'isoler le coin salon du reste de l'espace à vivre" nous explique-t-il.
Décloisonner pour ramener la lumière

La lumière inonde l'ensemble de la pièce

Vue de la pièce principale
Vue de la pièce principale © Philippe Demougeot
Une fois les cloisons bannies, la lumière provenant des fenêtres se remet à inonder l'ensemble de la pièce, jusqu'au mur opposé et, ce, grâce notamment à l'étage élevé auquel se trouve l'appartement.
Philippe Demougeot décide de mettre en valeur cette clarté en choisissant une peinture blanche pour toute la partie faisant face aux fenêtres, et "de jouer ton sur ton avec les meubles de la cuisine".
La lumière inonde l'ensemble de la pièce

Un bureau dans la continuité de la cuisine

Bureau
Bureau © Philippe Demougeot
Dans la continuité des meubles de la cuisine, Philippe Demougeot a installé un bureau, toujours en blanc, d'une profondeur de 60 cm, comme les meubles de la cuisine. Un espace modulable qui fait le lien entre la cuisine et l'estrade, située derrière le canapé, qui délimite l'espace du salon.
Au sol, l'architecte a choisi un sol en bambou, qui résiste mieux à l'eau que d'autres essences de bois. "Un choix stratégique en raison de la présence de la cuisine".
Un bureau dans la continuité de la cuisine

Un passage vers les chambres

Escalier
Escalier © Philippe Demougeot
Toujours dans la continuité de la cuisine, se trouve l'estrade qui passe derrière le poteau technique et le canapé. Pour y accéder, quelques marches ont été aménagées, recouvertes de bambou comme le sol.
Au fond, on devine l'espace nuit.
Un passage vers les chambres

Une corniche blanche et des Leds

Corniche
Corniche © Philippe Demougeot
Notez que l'estrade est également blanche... mais pas entièrement ! "Nous avons voulu prolonger visuellement la bande blanche du plan de travail de la cuisine, nous explique Philippe Demougeot. Or, celui-ci ne fait que 60 cm de large, alors que le passage en fait une dizaine de plus. Nous avons donc choisi de couvrir la partie restante de bambou, pour rappeler le sol".
Une ligne de Leds a également été installée dans une corniche contre le mur, pour rappeler l'espace de circulation et apporter une lumière douce la nuit. "Une manière d'équilibrer la luminosité dans l'appartement" souligne l'architecte.
Une corniche blanche et des Leds

Un coin salon intime et chaleureux

Salon
Salon © Philippe Demougeot
Côté salon, l'atmosphère est intime. En partie, grâce à l'estrade et au poteau qui "enveloppent" le coin, mais aussi de par la décoration chaleureuse. "Carine Hornecker [la décoratrice d'intérieur avec laquelle Philippe Demougeot travaille le plus souvent, ndlr] apporte de la fantaisie à mon côté rigoriste, nous explique l'architecte. Je voulais un canapé d'angle, mais elle a choisi les coloris, les meubles, les objets, etc."
Un coin salon intime et chaleureux

Des différences de hauteur au plafond.

Plafond
Plafond © Philippe Demougeot
Au plafond, des différences de niveau ont été instaurées par Philippe Demougeot, "de manière à marquer l'emplacement du salon, et à donner plus de hauteur au niveau de l'estrade", explique-t-il. Tout contribue, là encore, à en fait un espace chaleureux.
Des différences de hauteur au plafond.

L'escalier qui mène aux chambres

L'escalier qui mène aux chambres - Escalier
L'escalier qui mène aux chambres - Escalier © Philippe Demougeot
En grimpant sur cette fameuse estrade, en passant derrière le canapé et en continuant jusqu'au fond de l'appartement, l'on arrive au coin nuit, accessible par le biais de quelques marches. Une nouvelle organisation spatiale qui est plus agréable que le "semi-duplex" qui se trouvait ici.
L'escalier qui mène aux chambres

Une suite parentale, une chambre d'amis...

Suite parentale
Suite parentale © Philippe Demougeot
"Les propriétaires souhaitaient une suite parentale ainsi qu'une chambre d'amis", se souvient Philippe Demougeot. Malheureusement, les deux chambres existantes étaient accolées et de même taille : impossible de faire de l'une d'elles une suite parentale avec un dressing.
L'architecte décide donc de repenser entièrement l'espace. Une grande chambre avec un dressing se trouve maintenant à gauche et, au fond, une chambre d'amis plus petite.
Une suite parentale, une chambre d'amis...

... et une salle de bains partagée !

Salle de bains
Salle de bains © Philippe Demougeot
La grande salle de bains a été également déplacée, et se situe à présent entre les deux chambres. La salle d'eau est ainsi accessible par les deux chambres uniquement.
Les deux chambres ainsi que la salle de bains sont blanches, "comme l'aboutissement de la lumière de la pièce principale" explique Philippe Demougeot.
... et une salle de bains partagée !
Nous vous recommandons

Matériaux, couleurs, styles... Découvrez quelles sont les grandes tendances de la salle de bains cette année.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic