L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Un village de cabanes en bois dans la forêt vosgienne

Par Céline Galoffre
,
le 26 mars 2014
Implantées dans un décor verdoyant des Vosges, les cabanes en bois de Régis Laurent sont de véritables petits nids douillets, chacun unique en son genre. Certaines sont rustiques, d'autres plus luxueuses, mais toutes ont un seul but : offrir un lieu atypique à ses occupants pour qu'ils profitent d'un agréable moment. Découverte.
"J'étais un fou de cabanes quand j'étais gamin. Et j'ai vécu ma vie autour de mes rêves", raconte Régis Laurent, maître d'œuvre et maître d'ouvrage des cabanes du projet Bol d'air.
Une confession qui n'est pas surprenante tant les petites constructions en bois sont soignées et uniques en leur genre. "Afin de nous distinguer de la concurrence, nous avons souhaité créer un village de cabanes toutes différentes les unes des autres que ce soit par leur aspect extérieur ou intérieur", précise Régis Laurent, le propriétaire, qui a fait l'École Nationale Supérieure des Technologies et Industries du Bois (Enstib). Cabane de pêcheur ou de bûcheron, maison du Hobbit, cocon sur pilotis composent ce joyeux site. Objectif final : proposer un lieu original et authentique en plein cœur des Vosges.
Un village de cabanes en bois dans la forêt vosgienne

D'où vient l'idée du village de cabannes?

D'où vient l'idée du village de cabannes? - village de cabanes
D'où vient l'idée du village de cabannes? - village de cabanes © Michel Laurent
A l'origine du projet, une volonté de toujours se réinventer : "Nous disposons déjà d'attractions telles qu'une tyrolienne et notre politique consiste à tout le temps investir", souligne Régis Laurent. Mais pour ce projet, les gérants ont dû négocier pour disposer du foncier. Une fois le terrain acquis, l'idée fut de lancer treize opérations situées à environ 150 mètres d'un bâtiment principal baptisé l'escargot, de par sa forme rappelant la coquille du petit gastéropode. Une des particularités du projet est sa mise en œuvre puisqu'ici ce sont les salariés qui ont piloté chaque projet de cabane. Ferronnier, menuisier, charpentier et maçon sont autant de métiers qui ont participé à l'aventure. Mais leur rôle ne s'arrête pas là : "Ils font tous partie de l'entreprise : certains s'occupent de la photographie, d'autres de la communication ou de l'entretien du domaine", explique Régis Laurent. Une véritable équipe de touche-à-tout !
Découvrez en pages suivantes les cabanes
D'où vient l'idée du village de cabannes?

L'escargot : la cabane d'accueil

L'escargot : la cabane d'accueil - village de cabanes
L'escargot : la cabane d'accueil - village de cabanes © Michel Laurent
"Nous avons voulu que chaque cabane raconte une histoire", note Régis Laurent. La principale est celle d'accueil : avec sa forme en escargot, elle invite à la lenteur afin de prendre le temps de vivre. S'étendant sur 500 m2, elle abrite les locaux techniques et sanitaires pour les chalets ne disposant pas de commodités. Cet édifice héberge aussi trois cabanes accessibles par des passerelles. Côté construction, elle présente un socle en béton réalisé grâce à des agglos circulaires. Pour le bardage bois, le choix s'est porté sur de l'acacia et du châtaigner. Pour la toiture qui se veut arrondie, tout a été inventée pour qu'elle soit le plus étanche et solide possible, notamment pour supporter le poids de la neige l'hiver. "Pour certaines parties, nous avons opté pour un voligeage de 40 mm d'épaisseur, sur lequel nous avons posé un pare-vapeur, puis un isolant incompressible de 20 cm. Après, nous avons remis les lambourdes dans le sens du fil du bois, avant de refaire un voligeage en mélèze sur lequel sont appliqués un pare-pluie et des dalles de grès tenues par du goudron pour ne pas qu'elles bougent", détaille le concepteur. Une prouesse technique qui a néanmoins un coût puisqu'au fur et à mesure du développement du projet, le budget a plus que doublé. Aussi, afin d'optimiser le chantier, les équipements tels que la grue et l'échafaudage ont servi pour l'ensemble des corps de métier.
L'escargot : la cabane d'accueil

La cabane sur pilotis

La cabane sur pilotis
La cabane sur pilotis © Michel Laurent
Les cabanes sur pilotis sont surtout élaborées en mélèze et douglas : "Tout nos bois viennent de la région", glisse le maître d'œuvre. Et d'ajouter : "Nous avons aussi privilégié le travail des entreprises des Vosges. Notre projet, c'est aussi une démarche".
La cabane sur pilotis

Les cabanes perchées

Les cabanes perchées
Les cabanes perchées © Michel Laurent
Ces cabanes sont un véritable défi architectural : "Nous avons construit trois mats d'acacia inclinés à 4°. Pour piquer ces mâts, nous avons conçu des fondations grâce à des rochers de 15/20 tonnes sur lesquels nous avons lardé des pierres avec du fer à béton. Autour de cela, nous avons coulé une ceinture de béton fixée avec des équerres métalliques", souligne Régis Laurent.
Les cabanes perchées

Trois cabanes perchées

Trois cabanes perchées - Les cabanes perchées
Trois cabanes perchées - Les cabanes perchées © Michel Laurent
Au total, ce sont trois cabanes qui ont été montées sur des mâts, celle du milieu servant à rééquilibrer l'ensemble.
Trois cabanes perchées

La cabane du bûcheron

La cabane du bûcheron
La cabane du bûcheron © Michel Laurent
La cabane du bûcheron a la particularité d'être réalisée à partir de chutes de bois et autres éléments recyclés : "Nous avons utilisé une technique canadienne et monté un genre de scierie in situ. Nous avons aussi récupéré des bouts de bois d'une vieille ferme et des vitrages d'une entreprise de la région", raconte Régis Laurent. Et originalité suprême : le hublot provient d'une ancienne machine à laver.
La cabane du bûcheron

Une ouverture au public proche

Une ouverture au public proche - village de cabanes
Une ouverture au public proche - village de cabanes © Michel Laurent
Au final, l'inauguration de ce village est programmée le 25 avril pour une ouverture le 1er mai prochain. "Les débuts sont encourageants puisque nous avons vendu 80 nuitées", précise le gérant. Et si vous aviez, vous aussi, envie de retrouver votre âme d'enfant en grimpant dans une de ces cabanes, il vous faudra débourser entre 98 et 228 euros pour deux personnes.
Une ouverture au public proche

Fiche technique - Un village de cabanes en bois dans la forêt vosgienne

Fiche technique - village de cabanes
Fiche technique - village de cabanes © Michel Laurent
Maître d'oeuvre : Regis Laurent
maître d'ouvrage : Regis Laurent
Budget :1, 5 millions d'euros
Ouverture : mai 2014
Découvrez en pages suivantes le reste des cabanes, et notamment les intérieurs
Fiche technique - Un village de cabanes en bois dans la forêt vosgienne

Cabane Hobbit - Un village de cabanes en bois dans la forêt vosgienne

Cabane Hobbit
Cabane Hobbit © Michel Laurent
La Cabane du Hobbit rappelle les célèbres romans de Tolkien. Elle est maçonnée à la chaux.
Cabane Hobbit - Un village de cabanes en bois dans la forêt vosgienne

Intérieur cabane du pêcheur

Intérieur
Intérieur © Michel Laurent
Les cabanes ont été imaginées afin d'accueillir tous types de publics : des familles avec grands-parents, mais aussi des couples. Les services varient d'un chalet à l'autre. Certains sont très équipés et d'autres sont plus rustiques ne disposant que de toilettes sèches.
Intérieur cabane du pêcheur

Chalet nid d'amour

Chalet d'amour
Chalet d'amour © Michel Laurent
Au total, le projet dispose de 4 cabanes d'exception (sauna, Wifi etc.), 6 cabanes sur pilotis avec seulement les toilettes sèches (NDLR : pour faire la toilette, il faut se rendre dans le bâtiment d'accueil où chaque chalet dispose d'une salle de bains), et trois cabanes se situant dans le bâtiment d'accueil.
Chalet nid d'amour
Nous vous recommandons

Découvrez les solutions de constructeurs pour des maisons plus performantes et plus confortables.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic