L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Le marché de l'ancien retrouve sa dynamique (Century 21)

Par C.Chahi
,
le 8 juillet 2010
Après s'être effondrés suite à la crise des subprimes, les prix de l'immobilier ancien sont brutalement repartis à la hausse en France. Un sursaut du marché qui fait craindre aux professionnels une "contraction du volume des ventes". Retour en chiffres et explications.
Le marché français de l'immobilier ancien joue aux montagnes russes. Après avoir atteint un niveau extrêmement bas en 2008 suite à la crise économique, il est en effet brutalement reparti à la hausse depuis le premier semestre 2009. "Sur un an, France entière, les prix moyens au m2 ont augmenté de 8,5%", a révélé le réseau d'agences immobilières Century 21, mardi, lors d'une conférence de presse. Après étude de ses transactions, il a pu établir que le prix moyen au m2 sur la France entière au premier semestre 2010 est de 2.508 €, un chiffre pratiquement équivalent à celui du record enregistré au premier semestre 2008. Le montant moyen d'un bien ancien tourne ainsi désormais aux alentours de 194.693 € pour une superficie moyenne de 80,95 m2.
Le plus surprenant est qu'au lieu de baisser, le volume des transactions a lui aussi connu une forte augmentation. Century 21 dit ainsi avoir enregistré + 24,6% de compromis de vente signés au premier semestre 2010 par rapport au premier semestre 2009. Interviewé par l'AFP, Bernard Cadeau, président d'Orpi, a expliqué que ce boom apportait la preuve que "l'immobilier restait une valeur refuge".

Paris : l'exception à la règle

En Ile-de-France, le prix moyen du m2 est de 3.101 € par m2 sachant que c'est le département des Hauts-de-Seine qui occupe le haut du tableau avec 4.939 € le m2 et la Seine et Marne occupe la dernière position avec 2.377 €. "L'activité est au beau fixe dans la région et les délais de vente se situent entre ceux de Paris et de la France entière, à 69 jours en moyenne au premier semestre 2010", précise-t-on chez Century 21. Pour ce qui est du reste de la France, le prix le plus élevé a été relevé en Provence avec 3.300 € du m2 et le prix le plus bas dans le Limousin avec 1.164 € du m2.
La seule ville qui échappe à la règle est Paris, où la crise n'a jamais eu de réel impact sur les prix. Dans la capitale, les prix continuent en effet de grimper pour atteindre leur plus haut niveau avec un m2 à 7.079 € soit une évolution de 14,97% sur 12 mois. "Si le marché parisien bénéficie d'une santé insolente, c'est essentiellement grâce aux CSP+ dont la présence a augmenté de 30,3% pour représenter 41,8% des acquéreurs (versus 14,8% France entière), et grâce à la tranche des 60/70 ans qui progresse de 19,5% en un an" commente Century 21. L'autre particularité du marché parisien réside au niveau des marges de négociations qui restent "particulièrement faibles" avec 2,80% d'écart entre le prix de mise en vente et le prix vendu contre 5,24% en moyenne pour le reste de la France.

Vers une crispation du marché ?

D'après les prévisions de Century 21, la hausse devrait se stabiliser autour de 6% pour l'année 2010 ce qui signifie que les prix vont rejoindre ceux enregistrés au premier semestre 2008. Une envolée qui n'affectera pas le volume des ventes tant que les taux d'intérêt resteront bas mais qui, dans le cas inverse, risque d'entraîner une nouvelle "crispation" du marché, les acheteurs ne pouvant plus acheter un logement correspondant à leurs besoins. L'équilibre est donc fragile, comme le souligne Laurent Vimont, président de Century 21 : "Nous sommes très inquiets de cette hausse brutale des prix car on risque un blocage des volumes de vente du fait qu'on est à la limite haute de ce que les acheteurs peuvent payer", a-t-il confié à l'AFP à l'issue de la conférence de presse organisée mardi.
Cette situation tant redoutée par les professionnels a d'ailleurs déjà pu être observée en Basse-Normandie où dès lors que "les niveaux de prix ont dépassé la barre des -5% par rapport aux niveaux atteints au premier semestre 2008, le volume des ventes s'est fortement contracté". L'arrêt n'a cependant été que de courte durée puisque les prix ont aussitôt baissé de -6,5% entre le second semestre 2009 et le premier semestre 2010. Pour l'instant donc, la tolérance limitée à la hausse des prix oblige le marché à se réguler lui-même. Reste à savoir pour combien de temps... A en croire tous les indicateurs cependant, il semble que le "marché ne retrouvera en aucun cas la frénésie des huit années qui ont précédé la crise immobilière".
Pour obtenir plus de chiffres extraits de l'étude de Century 21, cliquez sur suivant.
Le marché de l'ancien retrouve sa dynamique (Century 21)

Evolution annuelle des prix au m2

Century 21
Century 21 © Century 21
Evolution annuelle des prix au m2

Synthèse région par région 1/2

Synthèse région par région 1/2 - Century 21
Synthèse région par région 1/2 - Century 21 © Century 21
Synthèse région par région 1/2

Synthèse région par région 2/2

Synthèse région par région 2/2 - Century 21
Synthèse région par région 2/2 - Century 21 © Century 21
Synthèse région par région 2/2

Evolution des délais de vente

Evolution des délais de vente - Century 21
Evolution des délais de vente - Century 21 © Century 21
Evolution des délais de vente

Prix moyen du m2 par région et variation sur 6 mois

Prix moyen du m2 par région et variation sur 6 mois - Century 21
Prix moyen du m2 par région et variation sur 6 mois - Century 21 © Century 21
Prix moyen du m2 par région et variation sur 6 mois

Prix moyen du m2 par région et variation sur 12 mois

Prix moyen du m2 par région et variation sur 12 mois - Century 21
Prix moyen du m2 par région et variation sur 12 mois - Century 21 © Century 21
Prix moyen du m2 par région et variation sur 12 mois
Nous vous recommandons

Mise au goût du jour dans un esprit campagne chic, cette demeure a retrouvé lustre et cachet.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic