L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Travaux d'économie d'énergie : du confort avant toute chose...

le 14 septembre 2009
etude architecte
etude architecte
Selon une étude Cap consommateurs habitants, les Français réalisent des travaux d'économie d'énergie en priorité pour leur confort. De leur côté, les banques annoncent avoir accordé à leurs clients plus de 30.000 éco-prêts à taux zéro depuis le 1er avril, d'après la Fédération bancaire française (FBF).
Les mesures incitatives du Grenelle de l'environnement ont-elles encouragé les propriétaires de logements à effectuer des travaux d'amélioration visant à réaliser des économies d'énergie ? Quelles sont les motivations des particuliers à entreprendre des travaux d'économie d'énergie ? Ce sont les questions auxquelles a voulu répondre l'association Cap consommateurs habitants, "partant de l'écart constaté entre les objectifs du Grenelle concernant l'habitat existant et la prise en compte insuffisante des économies d'énergie dans les travaux réalisés par les particuliers".
L'enquête, menée par TNS Sofes, indique que 64% des propriétaires ont réalisé des travaux au cours des cinq dernières années dans le but d'améliorer leur habitation. 81% d'entre-eux ont réalisé des travaux d'aménagement intérieur. Le changement de fenêtre arrive en deuxième position, puisque 50% des propriétaires ayant procédé à des travaux les ont remplacées. Quelque 39% des personnes sondées ont réalisé des travaux d'isolation. Le matériau isolant le plus utilisé est la laine de verre (48%), loin devant le polystyrène (11%), la laine de roche (10%) et les plaques de plâtre (8%).

Le poids du crédit d'impôt

L'étude relève ensuite que pour le Français, "le confort compte plus que les économies". En effet, la raison évoquée pour avoir changé les fenêtres est le confort apporté (57%), suivi de la performance énergétique (24%) et enfin des économies réalisées (11%). En outre, 83% des propriétaires interrogés estiment vivre dans un logement bien isolé.
Si l'incitation financière ne suffit pas à déclencher des travaux, 61% des Français indiquent cependant que la perspective de bénéficier du crédit d'impôt a pesé dans le choix d'entreprendre les travaux. Une majorité des propriétaires indique qu'une période de cinq ans est un délai acceptable pour que les économies d'énergie remboursent les travaux. 20% des personnes interrogées citent 10 ans comme un délai raisonnable, les autres donnant trois ans et moins.
Prêt à taux zéro : "le succès" (Fédération Française des banques)
maison argent vert
maison argent vert © MAP
 
Selon la Fédération bancaire française (FBF), plus de 30.000 offres d'Eco-prêts à taux zéro ont été accordées depuis l'entrée en vigueur du dispositif le 1er avril.
Pour l'organisme, "ce succès est un témoignage de la volonté des banques de poursuivre le financement des projets de leurs clients (immobiliers, travaux 'écologiques') tout en contribuant au développement durable".
Créé par la loi de finances pour 2009, l'Eco-prêt à taux zéro vise à soutenir les particuliers afin qu'ils souscrivent un prêt à taux zéro pour financer les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique de leur résidence principale pour un montant pouvant aller jusqu'à 30.000 euros (travaux d'isolation, de chauffage, etc.) et sur une durée de 10 ans.
Poursuivre les efforts et ajuster le dispositif
Quant à l'avenir du dispositif, la fédération souhaite continuer son travail notamment du fait d'une meilleure information des clients, mais aussi grâce aux efforts de formation des entreprises de bâtiment. Toutefois, la fédération souligne qu'elle doit "apporter quelques précisions réglementaires (notamment sur les travaux éligibles). Des clarifications sont en effet nécessaires pour que la réalisation des projets soit facilitée. Les banques ont d'ailleurs alerté les Pouvoirs Publics sur ces questions".
Travaux d'économie d'énergie : du confort avant toute chose...
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic