L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Petite fête entre voisins

Par Céline Chahi
,
le 5 mars 2009
La Fête des voisins rassemble chaque année des millions de personnes en France et en Europe. La manifestation est l'occasion pour les habitants de se rencontrer et d'apprendre à se connaître. De bonnes relations de voisinages que les organiseurs aimeraient voir perdurer sur le reste de l'année...
Inciter les gens à se rencontrer. Tel est l'objectif de la Fête des voisins. Un but parfaitement atteint puisque chaque année, le nombre de participants grossit. En 2008, la manifestation a d'ailleurs été célébrée dans 1.000 villes de 29 pays et a rassemblé plus de 8 plus de millions de participants en Europe dont six millions en France, un record ! En France où les voisins sont invités à se réunir depuis 1999, l'événement est devenu un véritable rituel. Les cours d'immeubles, les jardins des pavillons voire même les rues sont réquisitionnés par les habitants pour y organiser des pique-niques géants, des apéritifs dînatoires, des dîners ou des barbecues. Une véritable source de satisfaction pour son instigateur, Atanase Périfan, animé depuis dix ans par l'idée de développer la solidarité de proximité. "Nous sommes dans une logique individualiste de repli sur soi, de défiance par rapport à l'autre, dont il faut absolument sortir, explique-t-il. Rencontrer ses voisins est l'un des meilleurs moyens pour sortir de cet isolement qui règne encore trop souvent dans nos villes". Un message aujourd'hui entendu, mais qui n'a pas été facile à faire passer au début de l'aventure.
Du micro-événement à la manifestation nationale
Atanase Perifan
Atanase Perifan © DR
  C'est en 1997 qu'Atanase Périfan organise sa toute première fête. L'initiative est prise à la suite d'un événement dramatique : la découverte du corps d'une voisine décédée depuis deux mois dans son appartement. "Il me paraissait inconcevable que des personnes habitant à moins de deux minutes l'une de l'autre ne se connaissent pas", se rappelle-t-il. Pour réussir à nouer contact avec ses voisins, il décide de tous les convier à venir prendre un verre dans la cour de son immeuble et... C'est un succès ! Ayant réussi à faire de ce dîner un rendez-vous annuel incontournable, il décide d'étendre le concept à sa rue puis, l'année suivante, à tout son quartier, le 17e arrondissement de Paris. "J'avoue que se retrouver seul dans la rue, un gobelet en plastique à la main, en train d'attendre des inconnus est une situation plutôt stressante", confie-t-il. Des peurs qui, à la fin de journée, vont complètement se dissiper : à lui seul, ce jour là, il parvient à mobiliser 800 immeubles et à réunir 10.000 habitants. A partir de 2000, la manifestation reçoit le soutien de l'Association des Maires de France et prend une dimension nationale : 500.000 personnes se retrouvent pour faire la fête ensemble. "Ce genre de rassemblement fait considérablement évoluer les rapports de voisinnage, souligne Atanase Périfan. Les célibataires font connaissance entre eux, les jeunes actifs rendent service aux personnes âgées et certains voisins vont même jusqu'à pratiquer des activités ensemble".
Immeubles en fête
Immeubles en fête © Immeubles en fête
 Un plan d'action pour 2009
En 2004, la manifestation prend un nouveau tournant : elle s'étend en Europe sous le nom d'European Neighbours'Day et reçoit le patronage du parlement européen. "Nous approuvons ce genre d'initiative citoyenne qui contribue aux échanges interpersonnels et à une meilleure compréhension entre les villes européennes et nous nous félicitons de la grande solidarité qui en résulte" commente son président, Hans-Gert Pöttering. En 2008, d'autres états ne faisant pas parti de l'Union Européenne (Japon, Taiwan, Turquie, Canada, Ukraine...) se joignent à la manifestation, portant ainsi à 29 le nombre de pays participants. Une belle réussite qui ne satisfait pas encore pleinement Atanase Périfan.
Le créateur de la Fête des voisins aimerait en effet parvenir à créer une dynamique de solidarité durable tout au long de l'année. Dans cette perspective, il s'apprête à lancer, en partenariat avec le ministère du logement et de la ville, un plan d'action afin de "renforcer les solidarités de voisinage, en complément des solidarités institutionnelles et familiales". L'idée est de trouver d'autres prétextes pour faire se réunir entre eux les habitants et surtout de leur fournir des outils pour faciliter l'organisation des solidarités de voisinage : annuaire des voisins, crochets de tranquillité à accrocher sur sa poignée de porte, tableau à messages, kits d'urgence en cas de grand froid... Bien entendu, pas question de relayer la fête au second plan. Elle aura lieu le 26 mai prochain. Juste le temps pour les participants de se procurer les affiches, invitations, ballons et T-shirts mis à disposition par l'association via son site Internet.
Pour découvrir quelques exemples de bonnes relations de voisinage et les outils du programme "Voisins solidaires", cliquez sur suivant.
Plus de renseignements sur le : www.immeublesenfete.com
Laurent Kudlaszyk
Laurent Kudlaszyk © DR
 Trois questions à Laurent Kudlaszyk, 44 ans, participant à la fête des voisins
Maison à part : Qu'est-ce qui vous a poussé à organiser votre première fête ?
Laurent Kudlaszyk : J'habite dans un lotissement à Villeneuve d'Ascq et je me suis rendu compte que ne connaissais pas du tout mes voisins, même les plus proches. Je voulais faire en sorte que les gens se rapprochent, que les parents dont les enfants sont scolarisés dans la même école se rencontrent, que les nouveaux locataires fassent connaissance avec les anciens mais surtout que tout le monde passe un bon moment ensemble.
MAP : Combien de fête avez-vous organisé jusqu'ici et comment se sont-elles déroulées ?
L.K : Le 26 mai prochain, je vais organiser ma quatrième fête. Pour la première, j'avais simplement convié mes voisins à prendre l'apéritif devant chez moi. Le courant est tellement bien passé entre nous qu'à 21 heures, tout le monde était encore là et l'apéritif s'est spontanément prolongé par un diner. L'année suivante, j'ai sollicité la ville pour que nous puissions organiser un pique-nique dans un parc municipal. Quarante personnes avaient fait le déplacement. Depuis, nous nous retrouvons là-bas tous les ans. Chacun est libre d'apporter ce qu'il veut. Cette année, nous devrions organiser un méchoui et j'espère pouvoir réunir une centaine de personnes.
MAP : Grâce à ces fêtes, la relation que vous entreteniez avec vos voisins a-t-elle changé ?
L.K : Ces fêtes ont eu un impact très positif sur nos relations de voisinage. Désormais, dans le lotissement, beaucoup de voisins se rendent des services : lorsque l'un d'entre eux part en vacances, l'autre surveille sa maison, sort ses poubelles, relève son courrier. En rentrant du travail, les gens ne se contentent plus se saluer dans la rue, ils prennent le temps de discuter ensemble et ça c'est vraiment nouveau.
Petite fête entre voisins

Le service de la baguette

Le service de la baguette - Immeubles en fête
Le service de la baguette - Immeubles en fête © Immeubles en fête
Le service de la baguette

Le service de la bouteille

Le service de la bouteille - Immeubles en fête
Le service de la bouteille - Immeubles en fête © Immeubles en fête
Le service de la bouteille

Le service de la garde

Le service de la garde - Immeubles en fête
Le service de la garde - Immeubles en fête © Immeubles en fête
Le service de la garde

Crochet de tranquillité

Crochet de tranquillité - Immeubles en fête
Crochet de tranquillité - Immeubles en fête © Voisins solidaires
Crochet de tranquillité

Annuaire des voisins

Voisins Solidaires
Voisins Solidaires © Voisins Solidaires
Annuaire des voisins

"Le messager" - Petite fête entre voisins

Voisins solidaires
Voisins solidaires © Voisins solidaires
"Le messager" - Petite fête entre voisins
Nous vous recommandons

Jouer avec les volumes, permet d'obtenir un intérieur à la fois confortable et baigné de lumière, tout en restant connecté à l'extérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic