L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Bien chiner en brocante

Par Augustin Flepp
,
le 28 août 2014
Les brocantes ou marchés aux puces regorgent d'objets anciens, souvent rares, qui confèreront à la décoration de votre habitat un caractère singulier. Dans votre quête de la perle rare, il est nécessaire de distinguer les professionnels des amateurs et de maîtriser les codes de la négociation.
Ouvertes gratuitement au public, les brocantes ou vide-greniers ont lieu partout en France chaque semaine et offre une multitude d'objets anciens ou d'occasion (art de la table, mobilier, lampe...) allant de quelques centimes d'euros à des milliers d'euros.

Mobilier, art de la table, objets décoratifs...

Du mobilier fonctionnel des années 50, en passant par le style Napoléon III, jusqu'à l'Art nouveau, toutes les périodes sont représentées même si les objets vintages de l'après-guerre ont, selon les spécialistes, les faveurs des nouvelles générations d'acheteur. Les objets neufs sont donc exclus des brocantes.
Comment dénicher la perle rare ? Quelle différence entre une brocante et un vide-grenier ? Comment reconnaître un brocanteur professionnel d'un amateur ? Comment s'informer sur les prix du marché ? Comment mettre toutes les chances de son côté pour réussir la négociation ? Quelles sont les périodes les plus propices ?
Découvrez les réponses en pages suivantes.
Bien chiner en brocante

Quelle est la différence entre une brocante et un vide-grenier ?

Brocante, vide grenier, marché aux puces... Il est parfois difficile de faire la distinction entre un vide grenier et une brocante tant ces manifestations se ressemblent.
Par définition, ces ventes sont ouvertes sur la voie publique en vue de vendre ou d'échanger des objets usagés et acquis de personnes autres que celles qui les fabriquent ou en font commerce.
Quelle est donc la différence entre une brocante et un vide-grenier ?
Si les deux sont soumis au régime des ventes au déballage défini à l'article L 310-2 du Code du commerce, c'est-à-dire des ventes de marchandises effectuées dans des locaux ou sur des emplacements non destinés à la vente au public, alors que les étals d'une brocante sont réservés aux professionnels, le vide-grenier est organisé par une association ou une municipalité à destination des particuliers. Ces derniers sont autorisés à participer à ces ventes deux fois par an au plus. L'occasion pour le tout-à-chacun de vider sa cave ou son grenier et par là même, de se faire quelques sous.
Le brocanteur est quant à lui un professionnel qui vend ou échange des objets mobiliers usagés ou acquis de personnes, autres que celles qui les fabriquent ou en font le commerce (articles 321-7 et R321-1 à R321-8 du code pénal). Il doit se déclarer à la mairie ou à la préfecture et être enregistré au registre du commerce - son numéro est d'ailleurs obligatoirement affiché sur son étal.
Il doit également tenir un registre dit "de police" des objets mobiliers, contenant "une description des objets acquis ou détenus en vue de la vente ou de l'échange et qui permet l'identification des objets ainsi que celle des personnes qui les ont vendus ou apportés à l'échange" (article 321-7 du Code Pénal) ce qui permet de s'assurer de la traçabilité des objets vendus.
A noter qu'il existe des déballages professionnels, qui s'adressent uniquement à des professionnels de la brocante ou à des antiquaires, ainsi que des salons d'art destinés à une clientèle plus haut de gamme.
Quelle est la différence entre une brocante et un vide-grenier ?

Comment s'informer sur la date et le lieu des brocantes ?

S'informer sur la date et le lieu des brocantes peut s'effectuer de différentes manières.
Sur Internet, le site du SNCAO-GA (Syndicat National du Commerce, de l'Antiquité, de l'Occasion et des Galeries d'Art) répertorie les principales manifestations (foires, brocantes et marchés aux puces) par région. Et certaines brocantes sont accompagnées du label SNCAO certifiant de la légalité des brocanteurs.
L'on peut citer également Anticstore.fr, site d'annonces d'objets anciens, qui propose lui aussi un agenda des salons des antiquaires.
Par ailleurs, les magazines spécialisés comme Aladin ou Antiquité-Brocante sont d'excellents moyens de se tenir informer des brocantes incontournables ou méconnues d'un charmant village.
Côté vide-greniers, vous pouvez vous renseigner dans votre mairie - l'organisation d'un vide-grenier est obligatoirement déclarée à la mairie - ou dévorer les journaux de votre presse quotidienne régionale et enfin, scruter les affichettes posées dans votre quartier !
Comment s'informer sur la date et le lieu des brocantes ?

Comment distinguer un brocanteur professionnel d'un amateur ?

Sur le marché d'Aligre à Paris, Jean-Marc Foulonneau est un brocanteur authentique. Des chaussures rouges, un polo vert Lacoste, une banane autour de la taille et un chapeau de cow-boy lui confère une allure de vieux briscard respecté de la profession. Comme s'il existait un style vestimentaire rattaché à ce métier. Mais attention, ce n'est pas le cas ! Les looks sont parfois trompeurs et il convient donc de rester vigilant.
Sur une brocante, les exposants doivent être des professionnels enregistrés au registre du commerce. Mais il arrive quelquefois de croiser des vendeurs particuliers qui se confondent parfaitement avec eux. Non-déclarés, ils n'offrent aucune garantie quant à l'origine et l'authenticité des objets exposés sur leur étal et se permettent d'afficher de fausses plaques d'identification.
Quelques signes peuvent néanmoins nous avertir d'une supercherie.
Tout d'abord, les professionnels ont l'obligation, lorsque l'on leur demande, de rédiger une facture détaillée. "L'acheteur demande au vendeur d'indiquer, entre autres, l'origine de l'objet, sa matière, sa fonction et le nom de son fabricant", nous explique Jean Nowicki, président de la SNCAO (Syndicat Nationale du Commerce, de l'Antiquité et de l'Occasion). Et même pour des petits objets de quelques euros.
La facture permet une meilleure transparence quant à la provenance de l'objet et évite de tomber sur une copie ou une contrefaçon.
L'autre moyen de reconnaître le vrai du faux réside aussi dans la connaissance du vendeur sur l'objet. "Le brocanteur est censé déterminer l'origine de l'objet et sa matière, à la différence d'un exposant amateur qui se débarrasse de pièces de son grenier", nous explique Louis Viez, fondateur du site lepetitbrocanteur.com. Un vendeur balbutiant sur l'historique d'un objet n'est jamais bon signe.
Comment distinguer un brocanteur professionnel d'un amateur ?

Comment s'informer sur les prix du marché ?

Pour éviter de se faire escroquer ou de tomber sur une contrefaçon, il est conseillé de s'informer au préalable sur la valeur de l'objet recherché. Des sites internet comme Artprice ou celui de ce qui est aussi un magazine, La Gazette de l'Hôtel Drouot, sont spécialisés sur les œuvres d'art et les objets anciens, tout comme les magazines spécialisés qui offre une indication assez précise du marché de l'art.
Une fois sur place, utiliser les applications smartphone du Bon coin ou de Ebay s'avère un moyen utile pour avoir une estimation rapide du prix d'une pièce.
Si Internet et les revues spécialisées peuvent apporter une petite idée du prix d'un objet à un moment donné, le marché de la brocante s'adapte à l'offre et à la demande. Les prix des produits de la brocante sont donc en constante évolution.
Comment s'informer sur les prix du marché ?

Comment mettre toutes les chances de son côté pour réussir une négociation avec un brocanteur ?

Sur une brocante, il n'est pas rare de voir des négociations s'engager. Un élément à part entière des marchés que les acheteurs ne doivent pas négliger.
Mais sous leurs yeux se cache peut-être un objet rare, unique - masque africain, vaisselle traditionnelle du XXe siècle, mobilier vintage - dont le prix sera parfois difficile à négocier. Notez d'ailleurs que les brocanteurs acceptent rarement, pour ce genre de produit, une baisse du prix initial au-delà de 20 à 30%.
Il sera plus facile de négocier plus une pièce abîmée, à la peinture écaillée par exemple, les vendeurs sont alors généralement plus conciliants. Avec quelques notions de bricolage, l'objet pourra retrouver son aspect et son esprit d'antan !
En revanche, si l'objet acheté est un meuble et que le vendeur s'engage à le livrer au domicile du client, on évitera de tenter de baisser le prix.
Autre élément indissociable de la négociation, la courtoisie. "Pour obtenir le prix recherché, il faut aborder le brocanteur avec une forme de sympathie", explique Louis Viez, l'un des fondateurs du site lepetitbrocanteur.com. "Il faut être correct avec la personne que l'on aborde, être aimable", ajoute de son côté un brocanteur parisien rencontré sur le Marché d'Aligre à Paris.
Établir un climat de confiance par une discussion détendue augmente les chances de réussir son petit commerce !
Dans les brocantes, il n'existe donc pas de règles concernant la négociation du prix d'un objet. Tout va dépendre de la qualité de l'objet, de la connaissance du brocanteur sur l'objet ou même de l'attitude de l'acheteur.
Notez enfin qu'en cas de litige avec un autre acheteur sur le même objet, l'expression "Premier arrivé, premier servi" prend ici tout son sens. "Il y a une règle d'or, dès que l'on a la main sur un objet, il est à nous", nous confirme Louis Viez.
Comment mettre toutes les chances de son côté pour réussir une négociation avec un brocanteur ?

Quelles sont les heures et les périodes les plus propices pour dénicher la perle rare ?

Il est bien connu que le meilleur moment pour dénicher sa perle rare, il faut savoir se lever tôt. Très tôt même, afin d'être à l'aube sur place. Il est en effet conseillé de se rendre dès l'ouverture de la brocante, c'est-à-dire vers 7h en moyenne. Après cette heure, les professionnels ont déjà réalisé leur récolte des objets les plus recherchés et les plus précieux.

Sous la pluie

Tôt le matin, bien sûr, mais aussi, ce que l'on sait moins... quand il pleut ! L'idée peut paraître aberrante, mais c'est sans doute la solution pour réaliser les affaires que ceux restés à la maison na feront pas ! Guère enthousiastes par ce temps, les brocanteurs sont généralement pressés de remballer et risquent d'être plus conciliants sur les prix. C'est alors le moment d'en profiter !
Quelles sont les heures et les périodes les plus propices pour dénicher la perle rare ?

Quels sont les objets les plus recherchés du moment ?

L'après-guerre a la cote. D'après les professionnels du secteur, les objets et meuble vintage des années 50-60 connaissent un franc succès auprès des jeunes générations d'acheteurs.
"Le mobilier et les lampes industrielles, les objets design ou insolites sont très recherchés actuellement", nous déclare Daniel Duval, brocanteur au marché d'Aligre.
Quels sont les objets les plus recherchés du moment ?
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic