L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Hypérions : des arbres-villages pour verdir le paysage

Par G.N.
,
le 4 avril 2016
Le bois est-il l'avenir de la construction ? Se livrant à une grande réflexion sur la question, l'architecte d'anticipation Vincent Callebaut a imaginé le concept "Hypérions", un ensemble de six tours hyperboloïdes en lamellé-croisé structurel, reliées par des balcons recouverts de végétation et de cultures hors-sol. Retour vers le futur.
C'est un concept de ville verte (et verticale) qui aurait sa place dans l'univers étendu de Star Wars. Peut-être sur une lune forestière où une peuplade vivrait en symbiose avec la nature, nichée au creux d'arbres géants. Mais Vincent Callebaut envisage bel et bien "Hypérions" sur Terre, et plus précisément en Inde. Son projet, avant-gardiste comme toujours, explore les possibilités de construire des tours de grande hauteur en bois. Mais contrairement à d'autres architectes comme Michael Green ou Rüdiger Laine, qui imaginent des immeubles aux formes et fonctions finalement assez classiques, le visionnaire belge pousse la réflexion un cran plus loin.
Vincent Callebaut envisage ainsi six tours-arbres reliées entre elles par des passerelles végétalisées et réunies à leur sommet par une vaste toiture-verger. Chaque tour, qui mêlera habitations, espaces tertiaires et fermes urbaines, s'élèvera sur 36 étages, tutoyant ainsi les 110 mètres - soit presque la hauteur du plus grand arbre mesuré à ce jour, le séquoia "Hyperion" (sans "s", ni accent), qui pousse dans le nord de la Californie.
Structurellement, elles seront construites avec une résille de bois lamellé-croisé (CLT). Un matériau qui semble convaincre l'architecte qui écrit : "Ses procédés de fabrication requièrent moins d'énergie et sont beaucoup moins polluants que ceux des matériaux classiques tels que l'acier et le béton qui ont un impact négatif sur l'environnement. En substituant ces matériaux par le bois, on évite l'émission de CO2 jusqu'à 1,1 tonne par mètre cube. Finalement, entre sa capacité de séquestration lors de sa croissance (0,9 tonne/m3), d'une part, et sa faible émission durant ses process de fabrication d'autre part, un mètre cube de bois représente donc une économie globale de 2 tonnes de CO2 !".
Découvrez toutes les images du projet "Hypérions" dans les pages suivantes.
Hypérions : des arbres-villages pour verdir le paysage

Hypérions : une structure mixte bois-béton-acier

Hypérions : une structure mixte bois-béton-acier - Hypérions
Hypérions : une structure mixte bois-béton-acier - Hypérions © Vincent Callebaut
Cependant, l'architecte explique que les six-tours arbres devront faire des concessions en termes de matériaux. Il précise qu'une structure mixte est envisagée : "Infrastructure en acier-béton pour les fondations antisismiques, les parkings et la base des noyaux verticaux. Superstructures en poteaux, poutres et panneaux de bois massifs, le tout renforcé par des lames en acier à l'articulation des poteaux et des poutres". In fine, le squelette de l'ensemble Hypérions sera constitué à 25 % de matériaux inertes (acier et béton) et 75 % de matériaux bio-sourcés. Vincent Callebaut avance que ce type de solution présentera une grande résistance mécanique, notamment en cas de séisme, et un bon comportement face au feu.
Hypérions : une structure mixte bois-béton-acier

Hypérions : une ville-jardin verticale

Hypérions : une ville-jardin verticale - Hypérions
Hypérions : une ville-jardin verticale - Hypérions © Vincent Callebaut
Les tours-arbres afficheront également de bonnes performances acoustiques et thermiques, selon le concepteur. Il annonce opter pour une ventilation naturelle en intégrant, le long des noyaux de circulations verticales, de véritables cheminées à vent qui profiteront de l'inertie thermique du sol, jusque sous les fondations, où la température est stabilisée à 18 °C tout au long de l'année. "Par courant d'air naturel, l'air extérieur - atteignant 45 °C en été et chutant à 3 °C en hiver - est ainsi rafraîchi ou réchauffé au contact de la terre. Et cela sans utiliser un seul kW d'électricité !", fait valoir Vincent Callebaut qui revendique s'être inspiré du système de climatisation des termitières. Toujours dans une considération environnementale, il prévoit d'équiper les rives sud des principaux balcons et des dômes vitrés des serres bioclimatiques de capteurs photovoltaïques afin de produire de l'électricité qui assurera l'éclairage et la fourniture d'eau chaude sanitaire à l'ensemble de cette ville-jardin suspendue.
Hypérions : une ville-jardin verticale

Hypérions : un écosystème artificiel

Hypérions : un écosystème artificiel - Hypérions
Hypérions : un écosystème artificiel - Hypérions © Vincent Callebaut
Côté ressources, le visionnaire belge prévoit que la totalité des déchets organiques, liquides ou solides, soient recyclés sur place grâce à des boucles fermées. Eaux de pluies et eaux grises seront filtrées par des systèmes racinaires de plantes dédiées, épaulés par des mollusques et des crustacés qui participeront également à l'élimination des micro-déchets organiques. Un véritable écosystème artificiel sera mis en place : des cultures hydroponiques de légumes (carottes, tomates) et d'autres plantes (épinards, safran, coriandre) prendront place sur un substrat léger (billes d'argile) et seront irriguées par l'eau des élevages piscicoles, elle-même enrichie en azote, phosphore et magnésium par les déjections des poissons. Un véritable maraîchage vertical qui permettra d'économiser de grandes quantités d'eau. Quant au mobilier des appartements et espaces de travail partagés, il sera également réalisé en matériaux naturels, tels que le tamarin et le santal.
Il faut noter qu'un autre immeuble en bois, également nommé "Hypérion", devrait voir le jour, plus près de nous - à la fois dans l'espace et dans le temps. Il s'agit d'une tour d'habitation dessinée par Jean-Paul Viguier qui devrait s'élancer dans le ciel de Bordeaux.
Hypérions : un écosystème artificiel

La structure d'Hypérions mise à nu

La structure d'Hypérions mise à nu - Hypérions
La structure d'Hypérions mise à nu - Hypérions © Vincent Callebaut
Les résilles des six tours se dévoilent. Elles sont reliées entre-elles par des passerelles qui facilitent les circulations, et à leur sommet par une terrasse qui stabilise et solidarise l'ensemble.
La structure d'Hypérions mise à nu

Hypérions et leurs réservoirs suspendus

Hypérions et leurs réservoirs suspendus - Hypérions
Hypérions et leurs réservoirs suspendus - Hypérions © Vincent Callebaut
Les tours de bois seront couronnées d'étangs artificiels qui serviront à stocker l'eau et à élever des poissons. Elle irriguera ensuite les cultures situées en contre-bas. La gestion de cette ressource apparaîtra comme primordiale dans un avenir proche.
Hypérions et leurs réservoirs suspendus

Hypérions : une certaine vision du luxe

Hypérions : une certaine vision du luxe - Hypérions
Hypérions : une certaine vision du luxe - Hypérions © Vincent Callebaut
L'habitat totalement écologique avec structure bois et ferme urbain intégrée verticalement n'empêchera pas les occupants d'avoir envie d'une certaine exclusivité. Les serres offriront de beaux espaces où se détendre d'une longue journée de télétravail dans les espace de co-working intégrés aux tours.
Hypérions : une certaine vision du luxe

Hypérions : un camaïeu de vert et de parme

Hypérions : un camaïeu de vert et de parme - Hypérions
Hypérions : un camaïeu de vert et de parme - Hypérions © Vincent Callebaut
Comme dans les autres projets de Vincent Callebaut, le vert et le bleu - ou plutôt le mauve ici - dominent la palette de couleurs. L'architecte pousse la végétalisation à son maximum et multiplie également les sources de production d'énergie (verte, elle-aussi). Outre les panneaux photovoltaïques (bleus), on note la présence d'éoliennes urbaines à axe vertical qui alimenteront l'éclairage et divers systèmes (ascenseurs, pompes).
Hypérions : un camaïeu de vert et de parme

Hypérions et ses beaux hyperboloïdes de bois

Hypérions et ses beaux hyperboloïdes de bois - Hypérions
Hypérions et ses beaux hyperboloïdes de bois - Hypérions © Vincent Callebaut
La structure en CLT, une fois débarrassée de ses jardins et autres panneaux de revêtement, laisse entrevoir l'enchevêtrement de poutres et poteaux qui assurent la solidité de la construction. Sous des airs de maquette en allumettes digne de François Pignon, Hypérions est une superstructure conçue pour encaisser des tempêtes tropicales et des secousses telluriques.
Hypérions et ses beaux hyperboloïdes de bois

Hypérions, le joyau de Jaipur

Hypérions, le joyau de Jaipur - Hypérions
Hypérions, le joyau de Jaipur - Hypérions © Vincent Callebaut
Esthétiquement convaincant, Hypérions représente une véritable rupture stylistique avec la construction traditionnelle indienne. Mais le pays, qui a fait confiance à Le Corbusier pour concevoir la ville de Chandigarh, pourrait également confier des projets à l'imaginatif Vincent Callebaut.
Hypérions, le joyau de Jaipur
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic